Tout sur Armistice

Le 11 novembre, cela fera tout juste 100 ans que les Alliés de 14-18 célèbrent l'Armistice de 1918. En Belgique, la commémoration du 11 novembre à la Colonne du Congrès à Bruxelles et dans de nombreuses communes du pays n'a été organisée pour la première fois que le 11 novembre 1922. La Belgique préférait alors se souvenir de la Première Guerre, le 4 août, date de l'invasion du royaume en 1914.

L'armistice du 11 novembre 1918 qui mit fin à la première Guerre mondiale, déclenchée il y a 101 ans, sera commémoré mercredi en Belgique ainsi que dans d'autres pays impliqués dans la Grande Guerre, qui vit périr quelque 8,5 millions de soldats.

Le roi Philippe et les principaux ministres du gouvernement ont assisté mardi matin à Bruxelles à la commémoration solennelle des victimes des deux Guerres mondiales et des opérations à l'étranger, organisée en ce 11 novembre, date du 96e anniversaire de l'armistice qui a mis fin au premier conflit mondial.

Ce 11 novembre, les flamingants indépendantistes passent à l'offensive. Cibles désignées : les monuments de la Grande Guerre, symboles d'un centenaire outrageusement belgicain à leurs yeux.

Environ 500 personnes, selon l'estimation de la police, ont assisté aux cérémonies commémoratives du 11 novembre lundi, de 10h30 à midi, devant la colonne du Congrès, à Bruxelles. Deux écrans géants ont été installés pour la première fois.

Ils sont entrés en guerre sous le casque à pointe de l'envahisseur prussien. Ils en sont sortis vaincus, puis décrétés belges malgré eux. Les germanophones abordent le centenaire de la Grande Guerre avec un héritage lourd à porter.

Le pèlerinage de l'Yser se tiendra dès 2013 le 11 novembre, et plus à la fin août. En choisissant l'Armistice, le comité du pèlerinage veut revenir aux origines de cette réunion à Dixmude: "une commémoration pieuse de nos soldats sur 'le front belgo-allemand en terres flamandes'". Le nouveau concept doit mettre un terme à la mauvaise perception du pèlerinage de l'Yser.