Il y a trois mois, personne ne savait que le SRAS-CoV-2 existait. Aujourd'hui, le virus s'est répandu dans presque tous les pays du monde.
...

Il y a trois mois, personne ne savait que le SRAS-CoV-2 existait. Aujourd'hui, le virus s'est répandu dans presque tous les pays du monde. Le virus a fait s'effondrer les économies et certains systèmes de soins de santé. Il a rempli les hôpitaux et vidé les espaces publics. Il a éloigné les gens de leur lieu de travail et de leurs amis. Il a perturbé la société moderne à un niveau que la plupart d'entre nous n'a jamais connu. Tout comme la Seconde Guerre mondiale ou les attentats, cette pandémie s'est déjà imprimée dans le psychisme de la nation. Face à la pandémie, les pays ont parfois répondu de manière disparate. En Europe, alors que l'Italie est en lockdown complet, les Pays-Bas continuent de miser sur l' "immunité collective". L'Espagne voyant son nombre de cas et de morts augmenter de manière dramatique s'est contrainte à mettre en place des mesures drastiques pour tenter d'inverser la courbe. Aux États-Unis, le virus a circulé pendant des jours, voire des semaines, sans que des mesures similaires soient prises. Résultat, la première puissance économique mondiale est en train de devenir l'épicentre de l'épidémie, avec à sa tête un président qui continue de parler d'une "banale grippe", alors que le corps médical et scientifique appelle à des mesures plus strictes avant que le système de santé ne se retrouve dans la même situation qu'en Italie où les médecins sont obligés de faire des choix insupportables et de laisser mourir certains patients pour en soigner d'autres, faute de matériel suffisant. Aux États-Unis, il existe moins de lits de soins intensifs par nombre d'habitants qu'en Italie, et le système de protection sociale est quasi-inexistant. Cela laisse présager de la catastrophe à venir outre-Atlantique, où la crise ne fait que commencer. Mais même une réponse parfaite à la propagation du virus ne mettra pas fin à la pandémie, affirment les spécialistes du monde. Tant que le virus persistera quelque part, il est possible qu'un voyageur infecté ravive l'étincelle dans les pays qui ont déjà éteint leurs feux, affirme The Atlantic. C'est d'ailleurs déjà le cas en Chine, à Singapour et dans d'autres pays asiatiques qui ont brièvement semblé maîtriser le virus, mais où des cas de contamination extérieure continuent d'affluer et même de nouveau des cas de contamination directe après seulement trois jours de répit en Chine.Dans ces conditions, il y a trois fins possibles : une très improbable, une très dangereuse et une très longue.Tout dépend, pour commencer, de la fabrication d'un vaccin. S'il s'agissait d'une pandémie de grippe, ce serait plus facile. Le monde a l'habitude de fabriquer des vaccins antigrippaux et le fait chaque année. Mais il n'existe pas de vaccin contre les coronavirus - jusqu'à présent, ces virus semblaient provoquer des maladies bénignes ou rares - les chercheurs doivent donc repartir de zéro. Cependant, les premiers pas de la recherche ont été d'une rapidité impressionnante. Lundi dernier, un éventuel vaccin créé par Moderna et les National Institutes of Health a été soumis à des essais cliniques préliminaires. Cela marque un écart de 63 jours entre les scientifiques qui séquencent les gènes du virus pour la première fois et les médecins qui injectent un candidat vaccin dans le bras d'une personne.C'est extrêmement rapide, mais c'est aussi l'étape la plus courte parmi les nombreuses autres qui suivent. L'essai initial permettra simplement aux chercheurs de savoir si le vaccin semble sûr et s'il peut réellement mobiliser le système immunitaire. Les chercheurs devront ensuite vérifier qu'il empêche réellement l'infection. Ils devront effectuer des tests sur les animaux et des essais à grande échelle pour s'assurer que le vaccin ne provoque pas d'effets secondaires graves. Ils devront ensuite déterminer la dose requise, le nombre de piqûres nécessaires, si le vaccin est efficace chez les personnes âgées et s'il nécessite d'autres produits chimiques pour renforcer son efficacité.Quelle que soit la stratégie, les scientifiques estiment qu'il faudra 12 à 18 mois pour mettre au point un vaccin éprouvé, puis plus longtemps encore pour le fabriquer, l'expédier et l'injecter dans les bras des gens.Il est donc probable que le nouveau coronavirus sera présent dans nos vies pendant au moins un an, voire beaucoup plus longtemps. Si la série actuelle de mesures de distanciation sociale fonctionne, la pandémie pourrait s'atténuer suffisamment pour que les choses reviennent à un semblant de normalité. Les bureaux pourraient se remplir et les bars pourraient s'animer. Les écoles pourraient rouvrir et les amis pourraient se réunir. Mais du coup le virus pourra réapparaitre à certains endroits. Cela ne veut pas dire que la société doit être en état d'isolement continu jusqu'en 2022. Mais "nous devons nous préparer à de multiples périodes d'éloignement social", déclare Stephen Kissler de Harvard. La manière dont vont se dérouler les prochains mois dépend de deux propriétés du virus, toutes deux inconnues à l'heure actuelle. En revanche, les quelques personnes qui ont été infectées par le virus original du SRAS, qui était beaucoup plus grave, sont restées immunisées beaucoup plus longtemps. En supposant que le CoV-2 du SRAS se situe quelque part au milieu, les personnes qui se remettent de leur contamination pourraient être protégées pendant quelques années. Pour le confirmer, les scientifiques devront mettre au point des tests sérologiques précis, qui recherchent les anticorps qui confèrent l'immunité. Ils devront également confirmer que ces anticorps empêchent réellement les gens d'attraper ou de propager le virus. Si c'est le cas, les citoyens immunisés pourront reprendre le travail, s'occuper des personnes vulnérables et ancrer l'économie pendant les périodes de distanciation sociale.Pendant les périodes d'accalmie Les scientifiques peuvent utiliser les périodes entre ces crises pour développer des médicaments antiviraux, bien que ces médicaments soient rarement la panacée, et qu'ils s'accompagnent d'éventuels effets secondaires et d'un risque de résistance. Les hôpitaux peuvent constituer des réserves de médicaments. Des kits de dépistage peuvent être largement distribués afin de détecter le retour du virus le plus rapidement possible. Il n'y a aucune raison pour que les pays laissent le virus revenir sans s'en rendre compte, et donc aucune raison pour que des mesures de distanciation sociale soient déployées aussi largement et aussi lourdement qu'elles ne doivent l'être maintenant. Que ce soit par l'accumulation d'une immunité collective ou par l'arrivée tant attendue d'un vaccin, le virus aura de plus en plus de mal à se propager de manière explosive. Il est cependant peu probable qu'il disparaisse complètement. Le vaccin devra peut-être être actualisé en fonction de l'évolution du virus, et les gens devront peut-être se faire revacciner régulièrement, comme ils le font actuellement pour la grippe. Les modèles suggèrent que le virus pourrait mijoter dans le monde, déclenchant des épidémies tous les deux ou trois ans environ. À l'avenir, le COVID-19 pourrait devenir, comme la grippe aujourd'hui, un fléau récurrent de l'hiver. Peut-être deviendra-t-il si banal que, même si un vaccin existe, de larges pans de la génération née aujourd'hui ne se donneront pas la peine de l'obtenir, oubliant à quel point leur monde a été façonné par son absence.Le coût pour en arriver là, avec le moins de morts possible, sera énorme. Les hôtels sont vides. Les compagnies aériennes clouées au sol. Les restaurants et autres petites entreprises sont fermés. Les inégalités vont s'accentuer : les personnes à faibles revenus sont les plus touchées par les mesures de distanciation sociale et les plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé chroniques qui augmentent leur risque d'infections graves. Les maladies ont déstabilisé les villes et les sociétés à de nombreuses reprises, "mais cela ne s'est pas produit dans les pays industrialisés depuis très longtemps ni dans la mesure que nous connaissons aujourd'hui", déclare Elena Conis, historienne de la médecine à l'université de Berkeley. "Nous sommes beaucoup plus urbains et métropolitains. Nous avons plus de gens qui parcourent de grandes distances et vivent loin de leur famille et de leur travail".Des maladies mentales à suivreUne fois que les infections auront commencé à diminuer, une pandémie secondaire de problèmes de santé mentale suivra. Alors que nous sommes plongés dans un moment d'angoisse et d'incertitude, certaines personnes sont coupées de tout contact humain apaisant. Les étreintes, les poignées de main et autres rituels sociaux sont désormais teintées de danger. Les personnes souffrant d'anxiété ou de troubles obsessionnels compulsifs sont en difficulté. Les personnes âgées, qui sont déjà exclues d'une grande partie de la vie publique, sont invitées à prendre encore plus de distance, ce qui accentue leur solitude. Les Asiatiques sont victimes d'insultes racistes. Les incidents de violence domestique et de maltraitance d'enfants risquent d'atteindre des sommets. Les enfants, dont le corps est pour la plupart épargné par le virus, peuvent subir des traumatismes mentaux qui les accompagneront jusqu'à l'âge adulte.Après la pandémie, les personnes qui se remettent de COVID-19 pourraient être rejetées et stigmatisées, tout comme les survivants d'Ebola, du SRAS et du VIH. Les travailleurs de la santé mettront du temps à guérir : un à deux ans après l'apparition du SRAS à Toronto, les personnes qui ont fait face à l'épidémie étaient toujours moins productives et plus susceptibles de souffrir d'épuisement professionnel et de stress post-traumatique que les autres. Les personnes qui ont subi de longues périodes de quarantaine porteront les cicatrices de leur expérience. "Mes collègues de Wuhan constatent que certaines personnes refusent désormais de quitter leur domicile et sont devenues agoraphobes", explique Steven Taylor, de l'université de Colombie-Britannique, auteur de The Psychology of Pandemics.Ces perspectives ne sont pas réjouissantes, mais "il y a aussi la possibilité d'un monde bien meilleur après avoir surmonté ce traumatisme", dit Richard Danzig du Centre pour une nouvelle sécurité américaine. Déjà, les communautés trouvent de nouvelles façons de se rassembler, même si elles doivent rester séparées. L'attitude à l'égard du secteur de la santé pourrait également changer pour un mieux, maintenant que les populations prennent la mesure du travail essentiel des soignants. Les pandémies peuvent également catalyser le changement social. Les gens, les entreprises et les institutions ont été remarquablement rapides à adopter ou à réclamer des pratiques qu'ils auraient pu autrefois traîner en longueur, notamment le travail à domicile, les conférences téléphoniques, les congés de maladie appropriés et les arrangements flexibles pour la garde des enfants. La nation apprendra peut-être que la préparation n'est pas seulement une question de masques, de vaccins et de tests, mais aussi de politiques de travail juste et d'un système de santé stable et équitable. Les vétérans des épidémies passées ont souvent mis en garde les gouvernements pris au piège dans un cycle de panique et de négligence. Après chaque crise - anthrax, SRAS, grippe, Ebola - la concentration est élevée et des investissements massifs sont faits. Mais peu de temps après la fin de la crise, les souvenirs s'étiolent et les budgets s'amenuisent. Cette tendance transcende toutes les couleurs politiques. Il y a toutefois des raisons de penser que cette fois, le COVID-19 pourrait être une catastrophe qui conduira à un changement plus radical et plus durable. Les autres grandes épidémies des dernières décennies ont soit à peine touché l'Europe et les États-Unis (SRAS, MERS, Ebola), soit été plus modérées que prévu (grippe H1N1 en 2009), soit se sont surtout limitées à des groupes de personnes spécifiques (Zika, VIH). La pandémie COVID-19, en revanche, touche tout le monde directement, modifiant la vie quotidienne. Cela la distingue non seulement des autres maladies, mais aussi des autres défis systémiques de notre époque. Lorsqu'une administration tergiverse sur le changement climatique, les effets ne se feront pas sentir avant des années, et même alors, ils seront difficiles à analyser. Les pandémies sont des expériences démocratisantes, selon The Atlantic. Les personnes protégé normalement d'une crise par les privilèges et le pouvoir sont mises en quarantaine, subissent un test positif et perdent des proches. Les sénateurs tombent malades. Les conséquences de la suppression du financement des organismes de santé publique, de la perte d'expertise et de l'extension des hôpitaux ne se manifestent plus sous la forme d'articles d'opinion, mais sous la forme de poumons défaillants.Après les attentats, le monde s'est concentré sur la lutte contre le terrorisme. Après COVID-19, l'attention pourrait se porter sur la santé publique. Il faut s'attendre à une augmentation des fonds alloués à la virologie et à la vaccinologie, à une hausse du nombre d'étudiants qui postulent à des programmes de santé publique et à une augmentation de productions nationales de fournitures médicales. Attendez-vous à ce que les pandémies figurent en tête de l'ordre du jour de l'Assemblée générale des Nations unies. De tels changements, en eux-mêmes, pourraient protéger le monde contre la prochaine épidémie. "Les pays qui ont vécu le SRAS ont eu une conscience publique qui leur a permis de passer à l'action", a déclaré Ron Klain, spécialiste d'Ebola. La phrase la plus souvent prononcée en Europe et Amérique en ce moment est : ""Je n'ai jamais vu quelque chose comme ça avant". Ce n'est pas une phrase que quelqu'un a prononcée à Hong Kong". Mais pour le monde entier à présent, les effets d'une pandémie sont évidents.