"Plus il y a de morts et de ruines, plus grande est l'égalité", voilà la conclusion stupéfiante de Walter Scheidel, professeur d'histoire à l'université de Stanford aux États-Unis. Il a étudié l'histoire de l'inégalité de l'âge de pierre au XXIe siècle et a écrit un livre passionnant à ce sujet, The Great Leveller (Le grand nivelateur), publié en 2017. Il a étudié les réformes nationales, les crises économiques, la croissance, la démocratisation, l'éducation, etc., mais a conclu qu'en tant qu'égalisateur, elles ne font pas le poids face aux guerres, aux révolutions, aux effondrements d'États et aux pandémies.
...

"Plus il y a de morts et de ruines, plus grande est l'égalité", voilà la conclusion stupéfiante de Walter Scheidel, professeur d'histoire à l'université de Stanford aux États-Unis. Il a étudié l'histoire de l'inégalité de l'âge de pierre au XXIe siècle et a écrit un livre passionnant à ce sujet, The Great Leveller (Le grand nivelateur), publié en 2017. Il a étudié les réformes nationales, les crises économiques, la croissance, la démocratisation, l'éducation, etc., mais a conclu qu'en tant qu'égalisateur, elles ne font pas le poids face aux guerres, aux révolutions, aux effondrements d'États et aux pandémies.À présent que le coronavirus sème la mort partout dans le monde, The Great Leveller est tout à fait actuel. "Malheureusement, oui", explique l'auteur via Skype depuis New York. Même dans la ville qui ne dort jamais, tous les restaurants, cafés, cinémas, boîtes de nuit, théâtres et salles de concert sont fermés jusqu'à nouvel ordre et les rues restent vides. Scheidel n'en voit pas la fin pour l'instant. "Nous sentirons les conséquences de cette pandémie encore pendant des années."Lorsque le magazine Knack avait parlé de ce livre il y a trois ans, plusieurs experts étaient extrêmement enthousiastes à propos de l'ouvrage. "Fascinant", avait déclaré par exemple l'économiste Paul De Grauwe (KU Leuven/London School of Economics). "Scheidel, s'appuyant sur des expériences passées, indique clairement que pour réduire les inégalités, il faut apparemment des calamités, qui impliquent beaucoup d'effusions de sang, de misère et de pertes massives. C'est assez décourageant."Dans son livre, Scheidel accorde une grande attention aux pandémies. "Elles se produisent régulièrement et des fléaux tels que la variole, la rougeole, la grippe, le paludisme, la fièvre jaune, la fièvre typhoïde et la peste ont causé beaucoup de malheurs au cours de l'histoire de l'humanité. Nous disposons également de bonnes données sur la mort noire, l'épidémie de peste qui a fait d'énormes ravages autour de 1350".Comment était la mort noire ? Walter Scheidel : Cela a dû être terrible. Giovanni Boccaccio, par exemple, décrit la situation à Florence dans l'introduction de son Decamerone. Il se pouvait que vous déjeuniez avec des amis, mais vous dîniez dans l'au-delà. Les gens mouraient dans leurs maisons, au bord de la route, dans les champs, à toute heure du jour et "plus comme des animaux que comme des hommes". Selon les dernières études, la population européenne est passée de 94 millions en 1300 à 68 millions en 1400, ce qui signifie que plus de 25 % ont été fauchés.Et il n'y avait pas que des conséquences démographiques.La peste a changé toute la vie et aussi les institutions. L'autorité de l'église, par exemple, a décliné. L'ascétisme - l'abstinence - allait de pair avec l'hédonisme - le plaisir. La charité a augmenté. Mais surtout, il y a eu un changement fondamental dans la sphère économique, en particulier sur le marché du travail.Que s'est-il passé?La mort noire a atteint l'Europe à une époque où la population augmentait rapidement. En trois siècles, le nombre de personnes a été multiplié par deux et peut-être même par trois. Cela s'est accompagné d'une hausse des prix des denrées alimentaires - il y avait plus de bouches à nourrir. La situation a été aggravée par de mauvaises récoltes, résultat de conditions climatiques abominables. Lorsque le nombre de personnes a chuté de façon spectaculaire à la suite de la peste noire, le vent a tourné: les prix des denrées alimentaires ont de nouveau chuté, tout comme la valeur des terres sur lesquelles ces denrées étaient cultivées. En même temps, les salaires des travailleurs ont augmenté, car il y avait trop peu de main d'oeuvre.Les propriétaires fonciers y perdaient, les travailleurs y gagnaient - et c'est ainsi que les inégalités ont diminué.Exactement. De nombreuses séries de chiffres sur l'évolution des salaires - par exemple à Anvers, Amsterdam, Paris, Valence, Istanbul, Strasbourg, Vienne, Londres, Florence... - le prouvent. Partout, on voyait la même évolution, partout les inégalités diminuaient.Combien de temps cela a-t-il duré ?Juste après l'épidémie de la peste, bien sûr, personne n'était mieux loti. Tout le monde était déraciné, les gens perdaient leur emploi, il n'y avait pas assez de nourriture... Les survivants et leurs descendants sont les générations qui en ont le plus bénéficié. Après la peste noire, les conditions de travail des travailleurs ont continué à s'améliorer pendant au moins 100 à 150 ans. Après cela, il a fallu encore 200 à 300 ans pour que leurs revenus reviennent au niveau d'avant l'épidémie. Si vous additionnez tout cela, on peut dire que la peste noire a réduit les inégalités pendant 400 ans.Est-ce le cas d'autres maladies populaires ? Le problème est que les grands parasites précédents sont moins bien documentés. Par exemple, j'ai étudié la peste de Justinien, qui a ravagé l'Europe et le Moyen-Orient de 541 à 750. Vers 165 après J.-C., vous aviez déjà eu la peste antonine et, presque cent ans plus tard, la peste de Cyprien. Sur la base de toutes les données disponibles, nous constatons que la même chose se produit à chaque fois : en raison des taux de mortalité élevés, les salaires des travailleurs augmentent et les revenus des riches diminuent. La conclusion est claire : les pandémies sont le meilleur moyen de réduire les inégalités.Le coronavirus fera-t-il la même chose ?C'est difficile à dire. Tout d'abord, nous ne savons pas encore combien de victimes le virus fera en fin de compte. La population mondiale est aujourd'hui beaucoup plus importante qu'au XIVe siècle, de sorte que, proportionnellement, le nouveau virus fera moins de victimes que la peste noire. Deuxièmement, le coronavirus semble surtout cibler les personnes âgées, si bien que peu de personnes en âge de travailler mourront. Ce n'était pas le cas avec la peste, il y a même des indications que plus de jeunes en étaient victimes.Et je vois une troisième différence importante : jadis, nous vivions dans une société agricole, maintenant nous vivons surtout dans une économie de services. Cette économie sera affectée par une pandémie d'une manière très différente. Comment exactement, on ne peut pas le prévoir. Après tout, la crise du coronavirus est la première crise de cette ampleur que nous connaissons à notre époque.Certains la comparent à l'épidémie de grippe espagnole de 1918-'19.On estime que la grippe espagnole a tué entre 50 et 100 millions de personnes dans le monde, soit 3 à 5 % de la population mondiale. Le problème est que cette pandémie a éclaté juste après la Première Guerre mondiale : nous étions alors dans une situation particulière. Il y avait déjà eu beaucoup de victimes de guerre et les économies, qui fonctionnaient depuis des années en fonction de la guerre, étaient déjà en difficulté. Cela complique toute comparaison avec la crise actuelle.La crise du coronavirus pourrait-elle conduire à plus d'égalité ? Le 27 février, le spécialiste américano-serbe de la pauvreté, Branko Milanovic, tweetait que vous aviez raison : grâce au coronavirus, Le coefficient de Gini américain, qui mesure les inégalités, avait déjà baissé d'un demi-point.À la suite du krach boursier, l'inégalité des richesses a diminué au cours des dernières semaines. Les riches sont aujourd'hui nettement moins riches qu'il y a deux ou trois semaines, c'est certain. Et l'inégalité aura diminué encore plus que ce que Branko a suggéré dans son tweet.Nous avons vu la même chose il y a douze ans, lorsque les banques se sont effondrées. Mais quelques années après cette crise, les riches avaient déjà autant de richesses qu'avant. Je ne vois aucune raison pour que cela n'arrive pas maintenant. La bourse va se redresser, l'économie n'est pas vraiment ruinée, le système financier fonctionne toujours. Les riches verront leur richesse s'accroître rapidement.Pour les citoyens ordinaires, ce sera une autre histoire ?Oui. Si vous rencontrez des difficultés financières en tant que citoyen normal, combien de temps dureront-elles ? Si vous perdez votre emploi, le récupérerez-vous un jour ? Le sort de l'homme ordinaire dépendra beaucoup de la réaction des gouvernements. Peut-on devenir temporairement chômeur ? Y aura-t-il une indemnisation pour les indépendants qui doivent fermer leur magasin ? Y aura-t-il des avantages fiscaux ? Et ainsi de suite. La Belgique semble se diriger dans cette direction. Cela permettra d'éviter que les gens ne tombent dans la pauvreté.La mondialisation de notre économie sera-t-elle inversée, à présent qu'on voit à quel point nous sommes dépendants de l'approvisionnement étranger?Je ne pense pas. Les entreprises reprendront le fil dès que possible, car il y a trop d'argent à gagner en faisant venir des produits bon marché de Chine en Occident, par exemple. À moins que les gouvernements ne prennent des mesures, bien sûr, et, par exemple, n'imposent des règles plus strictes ou des taxes plus élevées sur les importations.Je vois bien que l'Union européenne perd de son prestige. Ce sont les États-nations qui prennent des mesures, et ces mesures sont très différentes les unes des autres. L'intégration européenne sera certainement retardée. Peut-être que l'ensemble du projet européen et même l'euro seront mis sous pression.La Chine sera-t-elle stigmatisée longtemps pour avoir gardé le secret sur l'épidémie de coronavirus?Les Chinois jouent un rôle ambigu dans cette histoire. S'ils avaient pris le coronavirus plus au sérieux, il n'y aurait peut-être pas eu de propagation mondiale aussi rapide. Mais en attendant, l'économie chinoise repart, ils exportent à nouveau. C'est bon pour l'économie mondiale - et donc pour nous tous. Les Chinois nous aident aussi maintenant en produisant en masse des dispositifs médicaux et en les mettant à la disposition du reste du monde.Pour en revenir à votre livre: l'inégalité est-elle un grand problème ?En tout cas, c'est un problème moins important que la pauvreté. La Chine en est le meilleur exemple : les inégalités y sont deux fois plus grandes qu'au siècle dernier sous Mao Zedong, mais il y a aujourd'hui des centaines de millions de personnes en moins qui vivent dans la pauvreté. Il est préférable d'avoir une société inégale mais moins pauvre qu'une société égale avec de nombreux pauvres.Dans votre livre, vous concluez qu'en dehors des pandémies, les guerres, les révolutions et l'effondrement des États ont apporté plus d'égalité.En effet, cela a toujours été le cas. Après la Première et la Seconde Guerre mondiale, l'égalité a fortement augmenté. La même chose s'est produite après les révolutions de la première moitié du siècle dernier en Russie et en Chine, et après l'effondrement de civilisations telles que l'Empire romain, l'Égypte ancienne ou, plus récemment, la Somalie. Plus la crise est grave, plus l'effet sur les inégalités est important. Bien sûr, je ne sais pas si cela va rester ainsi. Peut-être qu'au XXIe siècle, cela pourra se faire d'une autre manière.Ne pouvons-nous pas accroître l'égalité grâce à la démocratie ?En théorie, oui, mais en pratique, il s'avère que ce n'est pas le cas. Les démocraties sont conçues pour empêcher les interventions radicales. C'est généralement une bonne chose, mais cela complique le changement. Afin d'accroître l'égalité, les élus doivent faire les bons choix. Dans une économie mondiale, ils ne peuvent pas le faire, car ils regardent ce que font les autres pays. Vous ne pouvez pas vous contenter d'augmenter les impôts, car vous vous imposez alors sur le marché. Ou s'attaquer aux riches, parce qu'alors ils se retireront. Souvent, les politiciens doivent faire un choix entre plus de croissance ou plus d'égalité. Et la croissance économique est toujours considérée comme très importante.Vous avez également différents types de démocraties, si je puis dire. Ce n'est pas une coïncidence si, dans les systèmes bipartites comme au Royaume-Uni et aux États-Unis, les inégalités sont si grandes : la société y est plus polarisée, ils ne cherchent pas de compromis. Dans les pays européens qui ont un système multipartite, vous avez une plus grande égalité.Quelle est l'importance des impôts en tant qu'instrument pour accroître l'égalité ?Le gouvernement perçoit des impôts et redistribue cet argent, par exemple par le biais des allocations de chômage, du financement des soins de santé, etc. Mais dans certains pays, comme la Corée du Sud, Taïwan, le Japon et, dans une certaine mesure, la Belgique, on constate une stratégie différente. Ces pays veillent à ce que l'inégalité soit beaucoup plus faible au départ. Ils veillent à ce que les salaires et les revenus ne soient pas trop éloignés les uns des autres. Si vous avez un tel système, vous devez évidemment taxer et redistribuer moins pour obtenir le même résultat. Dans les deux systèmes, cependant, le gouvernement doit intervenir. Si vous avez un gouvernement de laisser-faire, vous aurez plus d'inégalité.Certains proposent un revenu de base de, par exemple, 1500 euros pour résoudre l'inégalité.Si vous donnez à tout le monde 1500 euros, vous ne résoudrez pas l'inégalité. Cette mesure s'attaque au problème de la pauvreté : elle veille à ce que chacun ait suffisamment d'argent pour manger et vivre dans la dignité. Mais il est préférable de s'attaquer à la pauvreté d'une autre manière, avec des programmes ciblés. Quelle est l'importance de l'éducation en tant que levier ?C'est très important, car cela garantit l'égalité des chances, que les gens soient issus d'une famille riche ou pauvre. Et l'éducation est importante pour une autre raison : il y a une demande croissante de travailleurs qualifiés. Si vous n'êtes pas bien éduqué, vous prenez du retard. L'éducation est un moyen pacifique d'accroître l'égalité, mais tout montre qu'elle est lente et que l'inégalité ne tarde pas à s'accroître à nouveau.En raison de la conclusion que vous tirez de tout cela - que seules la mort et la destruction réduisent réellement l'inégalité - de nombreux lecteurs trouvent la lecture de The Great Leveller assez déprimante.Je trouvais aussi que c'était une observation déprimante, vous savez. Mais ce n'est pas le travail de l'historien de rendre l'histoire attrayante. Si l'histoire nous offre une histoire déprimante, il faut la raconter.