La situation des maisons de repos est le point positif à retenir de la conférence de presse à propos des chiffres de l'épidémie de ce mardi. Les hospitalisations ont fortement diminué pour les résidents des maisons de repos et de soins depuis le début de la campagne de vaccination, passant de plus de 19% fin 2020 à 5% du total des hospitalisations. En ce qui concerne les décès des résidents en maison de repos, une baisse de 68% a été constatée.

À la suite de cette vaccination, une circulaire a été publiée par la ministre de la Santé wallonne Christie Morreale (PS) réglementant des assouplissements des mesures dans les maisons de repos wallonnes où un certain taux de vaccination a été atteint. Selon Vincent Frédéricq, le secrétaire général de la Fédération des maisons de repos en Belgique (FEMARBEL), cette circulaire a été prise positivement. "Les résidents étaient satisfaits, vraiment satisfaits. Leur moral est bien meilleur, et de loin. Ça a permis des assouplissements qui mènent à un retour à une vie quasi normale, tout en tenant compte des précautions qu'il faut continuer à prendre". Même constat dans la résidence Les jardins de la Mémoire à Anderlecht. "On a été assez strict pendant la covid, avant la vaccination, donc je pense que les familles avaient besoin de libération et les résidents aussi", explique Céline Fassiau, la responsable de la gestion quotidienne de la résidence.

Déjà lors de la vaccination, il régnait au sein des maisons de repos, une atmosphère quasi festive, comme le précise Vincent Frédéricq, "quand on vous donne les moyens à 95 % de ne plus risquer de mourir, ça met de bonne humeur. Donc, la reprise des activités, c'est surtout la sortie du tunnel et l'espoir d'être rasséréné". Aujourd'hui, les résidents de certaines maisons de repos sont autorisés à rentrer auprès de leur famille, mais sont testés à leur retour s'ils y ont passé plus de 48 heures. Pour Céline Fassiau, les assouplissements concernant les visites sont accueillis très positivement. "Je suis soulagée qu'on rouvre. C'était compliqué pour les résidents mais aussi pour les familles et nous-mêmes. On est soulagé que les familles puissent revenir". Néanmoins, Vincent Frédéricq insiste sur le fait qu'il faut rester prudent vis-à-vis des personnes extérieures à la maison de repos en général. En effet, certaines familles n'ont pas respecté les règles en vigueur dans certains établissements, par exemple en prenant dans leurs bras plusieurs résidents lors de leur visite à un proche. C'est notamment pour éviter ce type de débordements que dans certaines résidences, le principe de la visite sur rendez-vous a été maintenu.

Lire aussi:

À ce jour, les préoccupations de FEMARBEL se portent sur le taux de vaccination des membres du personnel des maisons de repos bruxelloises. "Le sentiment des médecins coordinateurs, c'est qu'à Bruxelles, on est bien en-dessous des pourcentages atteints en Wallonie et en Flandre. C'est la raison pour laquelle notre fédération et la fédération chrétienne flamande sont intervenues pour demander qu'à l'avenir la vaccination devienne obligatoire pour le personnel de soin", précise Vincent Frédéricq. Autre préoccupation : les nouveaux arrivants au sein des maisons de repos, que ce soit des résidents ou des membres du personnel. Selon le président de FEMARBEL, il faudrait faire en sorte qu'ils se fassent vacciner le plus rapidement possible.

Lauriane Vandendael

La situation des maisons de repos est le point positif à retenir de la conférence de presse à propos des chiffres de l'épidémie de ce mardi. Les hospitalisations ont fortement diminué pour les résidents des maisons de repos et de soins depuis le début de la campagne de vaccination, passant de plus de 19% fin 2020 à 5% du total des hospitalisations. En ce qui concerne les décès des résidents en maison de repos, une baisse de 68% a été constatée. À la suite de cette vaccination, une circulaire a été publiée par la ministre de la Santé wallonne Christie Morreale (PS) réglementant des assouplissements des mesures dans les maisons de repos wallonnes où un certain taux de vaccination a été atteint. Selon Vincent Frédéricq, le secrétaire général de la Fédération des maisons de repos en Belgique (FEMARBEL), cette circulaire a été prise positivement. "Les résidents étaient satisfaits, vraiment satisfaits. Leur moral est bien meilleur, et de loin. Ça a permis des assouplissements qui mènent à un retour à une vie quasi normale, tout en tenant compte des précautions qu'il faut continuer à prendre". Même constat dans la résidence Les jardins de la Mémoire à Anderlecht. "On a été assez strict pendant la covid, avant la vaccination, donc je pense que les familles avaient besoin de libération et les résidents aussi", explique Céline Fassiau, la responsable de la gestion quotidienne de la résidence.Déjà lors de la vaccination, il régnait au sein des maisons de repos, une atmosphère quasi festive, comme le précise Vincent Frédéricq, "quand on vous donne les moyens à 95 % de ne plus risquer de mourir, ça met de bonne humeur. Donc, la reprise des activités, c'est surtout la sortie du tunnel et l'espoir d'être rasséréné". Aujourd'hui, les résidents de certaines maisons de repos sont autorisés à rentrer auprès de leur famille, mais sont testés à leur retour s'ils y ont passé plus de 48 heures. Pour Céline Fassiau, les assouplissements concernant les visites sont accueillis très positivement. "Je suis soulagée qu'on rouvre. C'était compliqué pour les résidents mais aussi pour les familles et nous-mêmes. On est soulagé que les familles puissent revenir". Néanmoins, Vincent Frédéricq insiste sur le fait qu'il faut rester prudent vis-à-vis des personnes extérieures à la maison de repos en général. En effet, certaines familles n'ont pas respecté les règles en vigueur dans certains établissements, par exemple en prenant dans leurs bras plusieurs résidents lors de leur visite à un proche. C'est notamment pour éviter ce type de débordements que dans certaines résidences, le principe de la visite sur rendez-vous a été maintenu. Lire aussi: À ce jour, les préoccupations de FEMARBEL se portent sur le taux de vaccination des membres du personnel des maisons de repos bruxelloises. "Le sentiment des médecins coordinateurs, c'est qu'à Bruxelles, on est bien en-dessous des pourcentages atteints en Wallonie et en Flandre. C'est la raison pour laquelle notre fédération et la fédération chrétienne flamande sont intervenues pour demander qu'à l'avenir la vaccination devienne obligatoire pour le personnel de soin", précise Vincent Frédéricq. Autre préoccupation : les nouveaux arrivants au sein des maisons de repos, que ce soit des résidents ou des membres du personnel. Selon le président de FEMARBEL, il faudrait faire en sorte qu'ils se fassent vacciner le plus rapidement possible.Lauriane Vandendael