La vaccination dans les maisons de repos a commencé début janvier, et s'achève petit à petit : en Wallonie, seuls les résidents de 25 établissements doivent encore recevoir leur seconde dose du vaccin. Dans la population des plus de 85 ans, plus de 25% ont reçu une première dose de vaccin et 23,11% les deux doses du produit.
...

La vaccination dans les maisons de repos a commencé début janvier, et s'achève petit à petit : en Wallonie, seuls les résidents de 25 établissements doivent encore recevoir leur seconde dose du vaccin. Dans la population des plus de 85 ans, plus de 25% ont reçu une première dose de vaccin et 23,11% les deux doses du produit.L'une des premières étapes de la campagne de vaccination belge touche donc à sa fin, quels effets peut-on déjà observer?Depuis le début de l'enregistrement des données épidémiologiques, 56,9% du nombre total de décès covid en Belgique (soit 21 937 décès) étaient des résidents de maison de repos (soit 12 478 décès). Aujourd'hui, la moyenne hebdomadaire des décès pour cette catégorie d'âge (les plus de 85 ans) s'élève à 36%, selon le rapport de sciensano concernant l'évolution de l'épidémie dans les maisons de repos. Une baisse significative de la courbe des décès dus au covid.Cette tendance à la baisse observée depuis le lancement de la campagne de vaccination en janvier, est particulièrement marquée depuis mi-février. En chiffres absolus, on dénombrait 21 décès par jour dans les populations plus âgées la semaine du 8 février, contre 10 à l'heure actuelle. Soit une diminution de 50 %. "Le déploiement de nos premiers vaccins vers ce groupe vulnérable semble donc avoir été un choix judicieux et efficace ", analyse le statisticien de l'UGent Bart Mesuere sur Twitter.La vaccination semble également avoir un effet notable au niveau des hospitalisations. Fin janvier, plus de 15% des patients admis provenaient des maisons de repos. Aujourd'hui, ce chiffre est à peine de 5%. "Le nombre d'hospitalisations venant des maisons de repos a baissé de presque 30% en une semaine ", analysait encore le virologue Steven Van Gucht la semaine dernière.S'il ne vaut mieux pas tirer de conclusions trop hâtives, tant sur le court que le long terme, ces données sont néanmoins encourageantes. Elles traduisent en effet un coup de frein à la mortalité causée par le covid dans les maisons de repos, et le vaccin y est sûrement pour beaucoup. Plus qu'à espérer que cette tendance à la baisse se poursuive, également dans les autres catégories d'âges.