Iliass Khayari, âgé de 25 ans, a avoué la décapitation au cours d'une conversation téléphonique, dont Het Laatste Nieuws a pu se procurer l'enregistrement. "C'était un hérétique", affirme-t-il à son interlocuteur au sujet de sa victime. "Nous lui avons coupé la tête."

La semaine dernière, cet homme a été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles à cinq ans d'emprisonnement, dont la moitié avec sursis, pour participation aux activités d'une organisation terroriste. Le parquet fédéral avait requis son arrestation immédiate, mais le juge a estimé qu'elle ne se justifiait pas.

Iliass Khayari est donc libre jusqu'à sa condamnation définitive, qui pourrait n'intervenir que dans plusieurs mois s'il décide de faire appel. Une enquête a bien été ouverte sur la décapitation, elle conduira probablement à un second procès.

Iliass Khayari, âgé de 25 ans, a avoué la décapitation au cours d'une conversation téléphonique, dont Het Laatste Nieuws a pu se procurer l'enregistrement. "C'était un hérétique", affirme-t-il à son interlocuteur au sujet de sa victime. "Nous lui avons coupé la tête." La semaine dernière, cet homme a été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles à cinq ans d'emprisonnement, dont la moitié avec sursis, pour participation aux activités d'une organisation terroriste. Le parquet fédéral avait requis son arrestation immédiate, mais le juge a estimé qu'elle ne se justifiait pas. Iliass Khayari est donc libre jusqu'à sa condamnation définitive, qui pourrait n'intervenir que dans plusieurs mois s'il décide de faire appel. Une enquête a bien été ouverte sur la décapitation, elle conduira probablement à un second procès.