"Quelles promesses le Parti socialiste avait-il faites, quelles promesses Vooruit avait-il faites, avant les élections? 'Nous n'entrerons pas dans un gouvernement si l'âge de la pension reste à 67 ans'. Qu'ont dit les Verts ? 'Augmenter les pensions, pas l'âge de la pension'. C'est ce qu'ils ont dit. Mais l'âge de la pension reste fixé à 67 ans, et le PS et le Vooruit sont entrés au gouvernement, tout comme Ecolo et Groen. Et tous ont renié leurs promesses électorales", a affirmé le président du parti de gauche radicale, lors du festival Manifesta organisé ce week-end à Ostende par le PTB et ses organisations, l'association Médecine pour le Peuple et le magazine Solidaire.

"Dans le passé, les personnes ayant un métier pénible pouvaient prendre leur pension anticipée à 56 ou 58 ans. Ça, c'est fini. C'est du passé. Le nouveau plan de pension de la ministre Lalieux fait travailler les gens plus longtemps. Presque tous les systèmes permettant de s'arrêter plus tôt sont restreints ou bloqués. La ministre dit maintenant qu'on doit pouvoir prendre sa pension à 60 ans +si on a 42 ans de carrière. Mais avoir 42 années de travail à l'âge de 60 ans, quasiment personne n'y arrive. Il faut avoir commencé à 18 ans, donc ne pas avoir fait d'études, ne pas avoir redoublé, ne pas avoir travaillé à mi-temps et ne pas avoir pris de pauses pour les enfants ou pour soigner un parent âgé. Cela ne se produit donc pas", a ajouté M. Mertens.

Il a donné à son parti trois mois pour intensifier la pression sur le gouvernement . "En décembre, le gouvernement veut revenir avec un nouveau plan. Nous avons trois mois pour faire bouger les lignes. Nous avons trois mois pour faire pression en faveur d'une réforme des pensions juste, et nous le ferons", a dit M. Mertens.

La pension ramenée à 65 ans

Le PTB veut que l'âge de la pension soit ramené à 65 ans et que les gens qui le souhaitent aient droit à la pension anticipée dès 60 ans, après 35 ans de carrière - ce qui ne figure pas dans l'ébauche de plan pour les pensions récemment présenté par Mme Lalieux et qui s'est attiré des critiques des autres membres de la coalition au pouvoir au fédéral.

Dans son discours, M. Mertens a également décoché quelques flèches à l'attention des séparatistes de la N-VA et du Vlaams Belang :- les deux principaux partis en Flandre - après les inondations meurtrières de la mi-juillet en Wallonie.

"Dans les caves inondées de Verviers, dans les eaux de la Vesdre, j'ai vu la vraie Belgique, la Belgique d'en bas. Quand on s'entraide, tout le monde parle la même langue. La langue du seau qui passe de main en main, et qui dit sans mots ce que tout le monde sait : ça, c'est la solidarité, ça, c'est notre pays", a dit le président du PTB-PvdA. Et d'ajouter :"une goutte de pluie est fédérale jusqu'à ce qu'elle touche le sol, puis elle devient une goutte de pluie wallonne ou flamande. Ou bruxelloise. Les séparatistes ont même scindé les gouttes de pluie. C'est aussi à cause de cela que l'on n'a pas prévenu à temps des inondations. Faisons en sorte que l'IRM puisse à nouveau parler des inondations et refaisons de la gestion de l'eau une matière fédérale".

"Quelles promesses le Parti socialiste avait-il faites, quelles promesses Vooruit avait-il faites, avant les élections? 'Nous n'entrerons pas dans un gouvernement si l'âge de la pension reste à 67 ans'. Qu'ont dit les Verts ? 'Augmenter les pensions, pas l'âge de la pension'. C'est ce qu'ils ont dit. Mais l'âge de la pension reste fixé à 67 ans, et le PS et le Vooruit sont entrés au gouvernement, tout comme Ecolo et Groen. Et tous ont renié leurs promesses électorales", a affirmé le président du parti de gauche radicale, lors du festival Manifesta organisé ce week-end à Ostende par le PTB et ses organisations, l'association Médecine pour le Peuple et le magazine Solidaire."Dans le passé, les personnes ayant un métier pénible pouvaient prendre leur pension anticipée à 56 ou 58 ans. Ça, c'est fini. C'est du passé. Le nouveau plan de pension de la ministre Lalieux fait travailler les gens plus longtemps. Presque tous les systèmes permettant de s'arrêter plus tôt sont restreints ou bloqués. La ministre dit maintenant qu'on doit pouvoir prendre sa pension à 60 ans +si on a 42 ans de carrière. Mais avoir 42 années de travail à l'âge de 60 ans, quasiment personne n'y arrive. Il faut avoir commencé à 18 ans, donc ne pas avoir fait d'études, ne pas avoir redoublé, ne pas avoir travaillé à mi-temps et ne pas avoir pris de pauses pour les enfants ou pour soigner un parent âgé. Cela ne se produit donc pas", a ajouté M. Mertens. Il a donné à son parti trois mois pour intensifier la pression sur le gouvernement . "En décembre, le gouvernement veut revenir avec un nouveau plan. Nous avons trois mois pour faire bouger les lignes. Nous avons trois mois pour faire pression en faveur d'une réforme des pensions juste, et nous le ferons", a dit M. Mertens. Le PTB veut que l'âge de la pension soit ramené à 65 ans et que les gens qui le souhaitent aient droit à la pension anticipée dès 60 ans, après 35 ans de carrière - ce qui ne figure pas dans l'ébauche de plan pour les pensions récemment présenté par Mme Lalieux et qui s'est attiré des critiques des autres membres de la coalition au pouvoir au fédéral. Dans son discours, M. Mertens a également décoché quelques flèches à l'attention des séparatistes de la N-VA et du Vlaams Belang :- les deux principaux partis en Flandre - après les inondations meurtrières de la mi-juillet en Wallonie. "Dans les caves inondées de Verviers, dans les eaux de la Vesdre, j'ai vu la vraie Belgique, la Belgique d'en bas. Quand on s'entraide, tout le monde parle la même langue. La langue du seau qui passe de main en main, et qui dit sans mots ce que tout le monde sait : ça, c'est la solidarité, ça, c'est notre pays", a dit le président du PTB-PvdA. Et d'ajouter :"une goutte de pluie est fédérale jusqu'à ce qu'elle touche le sol, puis elle devient une goutte de pluie wallonne ou flamande. Ou bruxelloise. Les séparatistes ont même scindé les gouttes de pluie. C'est aussi à cause de cela que l'on n'a pas prévenu à temps des inondations. Faisons en sorte que l'IRM puisse à nouveau parler des inondations et refaisons de la gestion de l'eau une matière fédérale".