Notez-le : "il n'y a pas d'issue à la crise du coronavirus", affirmait-il lors d'une interview accordée à Knack en mai dernier. Alors que certains prédisaient le "royaume de la liberté", Piet Vanthemsche indiquait que le coronavirus était là pour rester. "C'est le cas aujourd'hui aussi", dit-il. "Certains pensaient que l'on pouvait éradiquer le coronavirus, mais ce n'est pas le cas. Nous devrons apprendre à vivre avec.
...

Notez-le : "il n'y a pas d'issue à la crise du coronavirus", affirmait-il lors d'une interview accordée à Knack en mai dernier. Alors que certains prédisaient le "royaume de la liberté", Piet Vanthemsche indiquait que le coronavirus était là pour rester. "C'est le cas aujourd'hui aussi", dit-il. "Certains pensaient que l'on pouvait éradiquer le coronavirus, mais ce n'est pas le cas. Nous devrons apprendre à vivre avec.Tout au long de sa carrière, Vanthemsche a été le pompier numéro un lorsque notre pays était confronté à une crise où la santé publique et la prospérité économique étaient en jeu. C'était le cas lors de la crise de la dioxine en 1999, de la maladie de la vache folle vers 2000, mais aussi lorsqu'il a été nommé premier commissaire interfédéral à la grippe en 2007, le "commissaire à la grippe" comme on l'appelle communément. Il n'est donc pas étonnant que le gouvernement fédéral lui ait demandé, au début de l'année dernière, de faire partie du groupe d'experts chargés de guider notre économie à travers la crise du coronavirus.Aujourd'hui, Vanthemsche est à la retraite, mais cela ne signifie pas qu'il n'est plus actif. Il est notamment administrateur d'un hôpital à Alost et président de la Fédération belge des banques alimentaires, une organisation qui lie la lutte contre le gaspillage alimentaire à celle contre la pauvreté et la faim. "Nous n'avons jamais distribué de nourriture à autant de personnes que pendant la crise du coronavirus", dit-il. "Et maintenant que les factures d'énergie augmentent, nous voyons ce chiffre augmenter encore plus."Avant d'entrer dans les détails, Vanthemsche veut dire un mot sur le " royaume de la liberté " que le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) nous avait promis et qui ne viendra pas. "Cette expression était peut-être un peu malheureuse", dit Vanthemsche. "Mais nous étions en pleine crise à l'époque, les vaccins arrivaient et il fallait tout faire pour qu'un maximum de personnes soient vaccinées. Le résultat est là : nous nous sommes fait vacciner en masse."Était-ce un faux espoir que les vaccins nous débarrassent une fois pour toutes du coronavirus?Les vaccins sont bons, mais le virus change constamment. Une grande partie du monde n'a pas encore été vaccinée, ou de manière insuffisante. En Afrique, nous ne sommes encore pratiquement nulle part. Tant que ce sera le cas, nous pouvons supposer que des mutations du coronavirus continueront d'apparaître. Cela crée beaucoup d'incertitude. C'est un énorme stress test pour nous tous. Beaucoup de gens n'arrivent pas à gérer l'incertitude et, en même temps, il faut prendre des mesures sans précédent dans l'économie, l'enseignement et les soins de santé, entre autres domaines. Si j'avais dit avant la crise du coronavirus qu'il serait décidé par décret ministériel combien de personnes que nous serions autorisés à recevoir à domicile, on m'aurait traité de fou.De nombreuses personnes en ont assez et revendiquent leur liberté.D'un côté, il y a ceux qui vont manifester à Bruxelles le dimanche parce qu'ils pensent que ce qui se passe maintenant est une attaque contre leur liberté personnelle. D'un autre côté, il y a des gens qui chantent les louanges des régimes qui traitent le coronavirus de manière autoritaire. Il s'agit de deux extrêmes et je vois les deux points de vue se durcir, mais je suis surtout heureux de vivre ici. Ai-je de nombreuses raisons de me plaindre ? Je vais où je veux, je suis prudent et j'ai été vacciné. Dans ma vie personnelle, je ne subis que peu de désagréments. Je le ressens surtout lorsque mes petits-enfants viennent ici quand leurs classes ferment. Ce que nous faisons maintenant me semble tout à fait supportable pour la majeure partie de notre société. Nous ne sommes pas vraiment limités. Bien que je réalise que je suis privilégié et que tout le monde ne vit pas dans les mêmes circonstances que moi.Faut-il rendre la vaccination obligatoire ?Les personnes intelligentes se font vacciner, mais doit-on rendre la vaccination obligatoire ? Pour ceux qui travaillent dans le domaine des soins de santé, je trouverais logique une telle obligation. Lorsque vous êtes en contact avec des personnes très vulnérables jour après jour, cela semble être une mesure raisonnable. Il existe d'autres vaccinations obligatoires pour le personnel de santé. Mais une obligation générale est très difficile. Ceux qui sont en faveur de la vaccination générale doivent aussi dire comment ils vont la faire appliquer. Comment faites-vous cela ? Vous traquez les non-vaccinés ? C'est pourquoi je ne confierais pas la responsabilité au gouvernement, mais à l'individu. Je préférerais donc une politique 2G : les personnes qui ne veulent vraiment pas se faire vacciner doivent savoir qu'elles se heurteront à un certain nombre de restrictions et que, par exemple, elles ne pourront plus aller dans les bars ou les restaurants. Bien sûr, ce sont des mesures qui poussent tout le monde vers la vaccination, mais nous n'imposons pas ces restrictions aux gens pour les brimer, mais parce que, en tant que non-vaccinés, ils représentent un grand risque pour les autres. Cela me semble défendable.Nous nous retrouvons alors dans une société de laissez-passer, où nous devons prouver que nous avons été suffisamment vaccinés. Il y a beaucoup de protestations contre cela aussi.Si vous ne généralisez pas la vaccination obligatoire, vous vous retrouvez avec une société de laissez-passer. Et les critiques contre cette société? Eh bien, nous l'avons déjà aujourd'hui, avec nos nombreuses cartes de client et de paiement. Les institutions financières et les grands magasins en savent beaucoup plus sur nous que nous ne le pensons. Les politiciens peuvent se faire un nom en parlant d'une société de pass, mais en réalité, c'est une discussion pour la galerie.Feriez-vous payer plus cher les personnes non vaccinées qui se retrouvent à l'hôpital avec une infection au coronavirus?C'est contraire à notre principe d'universalité des soins. Nous avons un système de soins de santé qui est le même pour tous. Aux États-Unis, c'est différent. Là, vous avez des soins qui sont basés sur votre assurance. Votre compagnie d'assurance mesure régulièrement votre comportement. Si elle ne répond pas à leurs normes, vous êtes exclu de l'assurance et vous devez payer vous-même les frais d'hospitalisation. Mais ce n'est pas notre système de santé. Si vous fumez et que vous vous retrouvez à l'hôpital avec un cancer du poumon, vous n'êtes pas obligé de donner votre carte de crédit avant de recevoir un traitement. Il doit en aller de même pour ceux qui ne sont pas vaccinés.Nous avons eu une politique de yoyo ces deux dernières années. Autre chose dont les gens ont marre.Pendant deux ans, on a mené une politique de tâtonnement. Une fois, on décidait une chose, une autre fois, c'était autre chose, puis on le relâchait et un peu plus tard, on le resserrait à nouveau la vis. Tout cela est compréhensible, car nous étions confrontés à un défi totalement nouveau et il fallait prendre des mesures sans précédent. Nos politiciens étaient constamment harcelés, parfois pour avoir été trop stricts, parfois pour avoir été trop tardifs. Ce n'était jamais bon. Ce qui m'a dérangé, c'est que certains politiciens se sont amusés à se profiler avant même que la discussion ne commence. Il serait préférable qu'ils ne le fassent pas, mais c'est une réalité de la vie politique. Et soyons honnêtes : les médias ont adoré. Lorsque le Comité de concertation se réunissait, on avait souvent l'impression d'assister à une course cycliste, avec des avant-premières, des commentaires en direct et toutes sortes de réactions par la suite. Et puis il y avait les histoires juteuses sur les coulisses de la réunion. À mon avis, ce n'est pas la plus haute forme de journalisme.Qu'est-ce qui doit changer? Il est temps que l'approche soit plus prévisible. On discute à nouveau de l'instauration d'un baromètre corona. Celui-ci devrait indiquer le niveau de risque et les mesures à prendre. Cela me semble trop simpliste. Cela signifierait que les hommes politiques n'auraient plus à prendre de décisions, mais qu'il suffirait de regarder le baromètre corona pour savoir dans quelle situation nous nous trouvons - rouge, orange, jaune ou vert - et les mesures suivraient automatiquement. Ce n'est pas comme ça que ça marche. Une boîte à outils, contenant toutes les mesures, pourrait aider contre la politique du yoyo.Comment voyez-vous cela concrètement? Les scientifiques doivent évaluer le risque et dire quelles mesures sont possibles. Vous mettez ces mesures dans votre boîte à outils. Les scientifiques doivent alors s'abstenir de tout commentaire, car il n'appartient pas aux experts de sauver le monde. Les responsables politiques doivent ensuite décider des mesures à prendre pour gérer le risque. La distinction s'est quelque peu estompée au cours des deux dernières années, mais je pense qu'il est très important que les scientifiques conseillent et que les politiques décident. Les élus fixent les règles, ils disent quelles mesures sont prises dans la boîte à outils. Et le risque zéro n'existe pas. En d'autres termes, la politique doit déterminer dans quelle mesure la société est exposée au risque. C'est le cas, par exemple, de la circulation, de la sécurité alimentaire et aussi de cette pandémie.Le Comité de concertation n'aurait-il pas dû intervenir plus tôt et plus fort pour minimiser le risque d'une quatrième vague ?Nous aurions pu, mais alors nous serions dans une situation de confinement permanent. Le variant Omicron arrive, les virologues réapparaissent et vous verrez que dans les semaines à venir, on prédira à nouveau la fin du monde. On ne peut pas confiner définitivement une société. C'est impossible. Mais si demain apparaît une variante qui anéantit la moitié de la population mondiale, nous prendrons des mesures que nous ne pensions pas possibles aujourd'hui. On ne peut pas tout prévoir, c'est aussi ce qui fait le charme de la vie.Les biostatisticiens ont prédit à plusieurs reprises que les hôpitaux seraient submergés. Ils avaient raison.Oui, mais il faut garder la tête froide, voir ce qui arrive, l'évaluer correctement et l'ajuster constamment. La situation est désormais très difficile pour tous ceux qui travaillent dans le secteur des soins de santé. Ils ont fait plus que leur possible. Nous devrons réfléchir à notre système de santé. N'y a-t-il pas des moyens plus créatifs de faire face à une pandémie ? Ne pouvons-nous pas mettre en place un système de santé plus souple, afin de pouvoir faire face à une nouvelle vague sans avoir à reporter les soins et opérations habituels ? Par exemple, nous devons nous demander si nous envoyons trop de personnes à l'hôpital au lieu de les laisser se remettre à la maison.Lorsque les unités de soins intensifs étaient sous pression, le gouvernement s'est mis à décider du nombre de lits qui devaient rester libres pour les patients atteints du coronavirus.Vanthemsche : (hoche la tête) C'était une politique top-down. Les hôpitaux étaient obligés par le gouvernement de garder, par exemple, la moitié de leurs lits disponibles pour les patients atteints de coronavirus. Mais ces lits d'hôpitaux sont-ils tous vides ? Je dois dire que la réponse à cette question n'est pas toujours claire. Quoi qu'il en soit, nous avons traité la crise du coronavirus de manière très rigide. Je pense qu'il serait bon que les hôpitaux aient plus d'autonomie pour gérer eux-mêmes une telle crise. D'ailleurs, il ne s'agit pas du nombre de lits disponibles. Vous pouvez les acheter et vous trouverez de la place pour eux quelque part. Il s'agit principalement de la disponibilité du personnel de santé. On ne les obtient pas comme ça, il faut des années de formation. Et il y avait une pénurie de personnel de santé pour le corona. Il n'y a jamais de pénurie de médecins, il y a toujours une pénurie d'infirmiers.Comment résoudre ce problème?On ne sait pas très bien. Dans l'hôpital d'Alost, je les entends dire qu'ils vont mener une politique de recrutement, mais tous les hôpitaux le font. Vous ne pouvez pas le résoudre de cette façon. Nous devrions peut-être attirer des personnes de l'étranger, surtout pour ces emplois. Je suis conscient qu'une telle migration ciblée de la main-d'oeuvre est délicate et n'est pas non plus facile, car il faut rechercher des personnes possédant les bonnes qualifications. Et quand il s'agit d'infirmières et d'aides-soignantes, elles doivent apprendre notre langue. C'est donc plus facile à dire qu'à faire. Mais si vous réfléchissez au problème de manière rationnelle, la migration ciblée de la main-d'oeuvre est une conclusion inévitable.Ce qui est remarquable, c'est que notre économie a traversé un creux très profond, mais qu'elle est déjà revenue au niveau pré-coronavirus.Notre économie s'est montrée particulièrement résistante, grâce aux mesures gouvernementales telles que le chômage temporaire, les primes de fermeture et les prêts-relais. Le secteur culturel a été particulièrement touché, encore aujourd'hui. Ils ont certainement des raisons de se plaindre. Il ne s'agit pas tant des institutions culturelles que des artistes et des autres personnes travaillant dans ce secteur, souvent dans des positions précaires. Ils ont beaucoup de mal à s'en sortir, ce qui les conduit parfois à la pauvreté. Le gouvernement doit certainement y répondre. La classe moyenne peut se sentir un peu déprimée, mais elle peut encaisser des coups. Le flanc vulnérable de notre société a connu un moment particulièrement difficile. Ils n'avaient pas de marge de manoeuvre financière pour faire face à tout.Avez-vous remarqué cela dans les banques alimentaires ?Oh oui. Le nombre de personnes l'utilisant en 2020 a augmenté de 6 % pour atteindre 175 000 par mois. 30% d'entre eux sont des enfants, 20 % sont des familles monoparentales, souvent des mères célibataires. On a également constaté une augmentation frappante du nombre de jeunes se rendant dans les banques alimentaires. Beaucoup d'entre eux faisaient des petits boulots pour gagner leur vie et ont vu ce travail disparaître suite au coronavirus. Et 175 000 personnes, c'est beaucoup, l'équivalent d'une grande ville de province. Le chiffre réel est encore plus élevé. A un moment donné, nous avons arrêté de compter, car nous avons préféré mettre toute notre énergie à faire fonctionner l'organisation. Nous avons également acheté de la nourriture nous-mêmes pour la première fois. Normalement, la moitié est fournie par un programme de l'Union européenne. L'autre moitié est constituée de surplus alimentaires provenant de l'industrie alimentaire et des grands magasins. Mais nous n'avons pas pu répondre aux besoins et avons décidé d'acheter nous-mêmes, à titre exceptionnel, pour 1,6 million d'euros de nourriture.On reproche parfois aux banques alimentaires de s'attaquer aux conséquences de la pauvreté, et non à la pauvreté en elle-même.Nous vivons dans un pays fantastique, avec une bonne sécurité sociale, mais il y a toujours des gens qui passent entre les mailles de ce filet de sécurité. Ils seront toujours là et vous devez les aider. C'est ce que nous faisons, avec les excédents alimentaires qui existent de toute façon, car jusqu'à 25 % de toute la nourriture produite est gaspillée. Nous nous occupons de la logistique, des entrepôts, des réfrigérateurs, du transport, etc. Les finances viennent principalement de petits dons de nombreuses personnes. Certaines personnes nous accusent en effet d'être charitables, mais il faut qu'elles m'expliquent quelle est la différence avec la solidarité.Voyez-vous la demande baisser ?Malheureusement, non. Au premier semestre, nous avons eu le même nombre de visiteurs, et depuis l'été, ce nombre augmente de 1% par mois. En octobre, nous avons livré 1860 tonnes de nourriture à 176 391 personnes. Ce n'est pas tant lié au coronavirus, mais à la hausse des prix de l'énergie. L'argent supplémentaire qu'il faut dépenser pour cela fait une grande différence pour certaines personnes. Je pense qu'il est très utile qu'il existe des banques alimentaires, qui fournissent de la nourriture aux personnes qui, à la fin du mois, n'ont plus d'argent pour nourrir leurs enfants.