À ce stade le pourcentage de cas détectés est encore faible, indiquent les professeurs Catherine Legrand et Niko Speybroeck. Évaluer la contamination réelle de la population nécessite de pouvoir collecter des données précises sur les cas avérés, c'est-à-dire confirmés par un test sérologique performant, dans un échantillon aléatoire et représentatif de la population.

" Il semble qu'en cette période de crise, les citoyens aient tendance à se tourner ou à se retourner vers les partis politiques dits traditionnels (exemple : dans le Monde, un article récent mentionnait qu'en Allemagne, la CDU était montée de 26 à 36% d'intentions de vote dans un sondage). Dès lors, serait-il judicieux de songer à organiser de nouvelles élections fédérales dans l'immédiate période d'après-crise, dans l'éventualité d'enfin débloquer la situation politique au niveau fédéral ? "