Propos islamophobes d'un policier sur Facebook: le parquet classe le dossier sans suite

Propos islamophobes d'un policier sur Facebook: le parquet classe le dossier sans suite

Le parquet de Bruxelles a décidé de classer sans suite un dossier concernant des propos islamophobes et violents tenus par un inspecteur en chef de la zone police Bruxelles-Ouest. L'enquête de police ouverte en interne est également achevée et transmise au chef de corps qui décidera de la suite donnée à ce dossier, indique jeudi Johan Berckmans, porte-parole de la zone de police Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Jette, Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren).

Enquête interne sur un inspecteur bruxellois islamophobe

Enquête interne sur un inspecteur bruxellois islamophobe

Les services de surveillance interne de la police locale de Bruxelles-Ouest (Jette/Ganshoren/Koekelberg/Berchem-Saint-Agathe/Molenbeek-Saint-Jean) ont ouvert une enquête sur un inspecteur en chef. Celui-ci a publié sur Facebook un des contenus islamophobes et violents, rapportait mardi le journal Knack sur son site internet. La police de Bruxelles-Ouest a confirmé l'information.

Molenbeek : Le parquet enquête sur les ASBL en lien avec le terrorisme ou radicalisme

Molenbeek : Le parquet enquête sur les ASBL en lien avec le terrorisme ou radicalisme

Sur les 142 ASBL de la zone de police de Bruxelles-Ouest qui font l'objet d'une enquête ouverte par le parquet général, en collaboration avec le parquet fédéral, pour évaluer leurs liens avec le radicalisme ou le terrorisme, 102 sont situées sur le territoire de Molenbeek-Saint-Jean, a précisé vendredi la bourgmestre Françoise Schepmans.

La cinquantaine d'Indignés arrêtés au parc Elisabeth ont été relâchés

La cinquantaine d'Indignés arrêtés au parc Elisabeth ont été relâchés

Samedi soir, la police a dû procéder à l'arrestation de quelques dizaines d'Indignés venus de Belgique, de France, des Pays-Bas, d'Espagne et d'autres pays européens pour une semaine de réflexion sur la façon dont la société est gérée. La police les avait pourtant plusieurs fois prévenus de quitter les lieux.