On sait pourquoi l'avion d'Air Canada a raté son atterrissage

30/03/15 à 07:47 - Mise à jour à 07:47

Source: Belga

L'avion d'Air Canada qui a raté son atterrissage dimanche à Halifax a heurté un réseau d'antennes en amont de la piste, arrachant son train d'atterrissage principal, avant de glisser sur la piste et de s'immobiliser, ont indiqué les enquêteurs.

On sait pourquoi l'avion d'Air Canada a raté son atterrissage

/ © Reuters

Un Airbus A320 en provenance de Toronto (Ontario, centre) avec 133 passagers et 5 membres d'équipage a atterri assez violemment dimanche à 00h43 (05h43 heure belge) à l'aéroport Stanfield d'Halifax (Nouvelle-Écosse), faisant 23 blessés, dont un seul restait hospitalisé dimanche soir.

L'avion à l'approche de la piste de l'aéroport d'Halifax est descendu trop rapidement, avec une visibilité réduite par une tempête de neige, et "a heurté un réseau d'antennes situées à 350 mètres" avant le début de la piste d'atterrissage, a déclaré Mike Cunningham, enquêteur du Bureau de la sécurité des transports (BST).

Le choc avec le réseau d'antennes a provoqué "des dommages importants à l'avion" et "le train d'atterrissage principal a été arraché", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse dimanche.

"Ils ont été très chanceux de s'en tirer", a estimé Daphné Booth, enquêtrice du BST, car après avoir été endommagé, l'avion a rebondi sur la piste puis "a glissé sur environ 300 mètres", sur la carlingue, a-t-elle ajouté.

Un des deux moteurs a été arraché de l'aile droite de l'Airbus en toute fin de course et se trouvait à une trentaine de mètres de l'épave. L'autre moteur était également très endommagé mais toujours attaché à l'aile gauche. Le nez de l'appareil a été arraché et les passagers ont été évacués par les toboggans de sécurité.

Les enquêteurs du BST ont indiqué que les "boîtes noires", soit l'enregistreur des paramètres de vol et l'enregistreur des sons à l'intérieur du cockpit et des échanges avec le contrôle aérien, ont été rapatriées au laboratoire du BST à Ottawa (centre).

En savoir plus sur:

Nos partenaires