Le scrutin séparatiste en Ukraine "risque" de "faire perdre une occasion" de faire la paix

04/11/14 à 20:32 - Mise à jour à 20:32

Source: Belga

Le scrutin "illégal" organisé dimanche par les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine "risque" de "faire perdre une occasion" de négocier la paix avec Moscou, a affirmé mardi la nouvelle Haute représentante pour la politique étrangère de l'Union européenne, Federica Mogherini.

Le scrutin séparatiste en Ukraine "risque" de "faire perdre une occasion" de faire la paix

© REUTERS

"Le principal risque que je vois aujourd'hui, c'est que cela fasse perdre une occasion pour le dialogue intérieur, mais aussi le dialogue avec la Russie" sur un plan de paix reposant sur le cessez-le-feu décrété début septembre, a-t-elle affirmé devant la presse. L'ex-ministre italienne des Affaires étrangères s'exprimait après une rencontre avec le nouveau secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, à Bruxelles. Mme Mogherini a répété que ces "soi-disant élections" étaient "illégales et illégitimes" et qu'elles ne seraient pas reconnues, tout comme M. Stoltenberg. "Elles mettent gravement en danger la voie de dialogue et de paix qui a été ouverte avec difficulté, mais aussi avec sagesse, par le président ukrainien (Petro) Porochenko", a-t-elle ajouté. Après des échanges de M. Porochenko avec son homologue russe Vladimir Poutine, les belligérants ukrainiens ont signé un accord à Minsk, le 19 septembre, renforçant un fragile cessez le feu déjà en vigueur et ouvrant la voie à des négociations en plusieurs étapes pour mettre fin au conflit. Ce cessez-le-feu a permis de faire baisser l'intensité des combats, mais est violé quasi quotidiennement, notamment en raison d'affrontements autour de l'aéroport de Donetsk, l'un des deux bastions séparatistes dans l'est avec Lougansk. "Les Ukrainiens ont travaillé" pour parvenir à cet accord de paix et "c'est ce qu'ils nous demandent de soutenir car c'est une façon de régler la crise", a relevé Mme Mogherini. Comme l'UE, les membres de l'Alliance atlantique "ne reconnaîtront pas" les résultats des scrutins de dimanche dernier, a pour sa part redit le secrétaire général de l'Otan.

En savoir plus sur:

Nos partenaires