"L'État islamique va s'installer à 300 kilomètres de l'Italie"

06/01/16 à 15:38 - Mise à jour à 11/01/16 à 12:28

Source: Knack

Il y a cinq ans, le Tunisien Mohammed Bouazizi s'est immolé par le feu. Quel est l'héritage de cet homme qui a mis le feu aux poudres du printemps arabe ? Sami Zemni, politologue, et Koert Debeuf, expert en Moyen-Orient, évaluent le printemps arabe. "Peu à peu, il prend l'ampleur de la Révolution française et l'Europe devra se battre en Libye"

Non, cinq ans après l'éclatement des révolutions, l'avenir du monde arabe n'est pas beaucoup plus brillant. Les droits de l'homme sont toujours une notion extensible, le système démocratique demeure bancal et l'économie est dans une impasse. Pourtant, le politologue belgo-tunisien Sami Zemni (Université de Gand) et le spécialiste en Moyen-Orient Koert Debeuf considèrent les révolutions comme un revirement positif. "Il fallait que cette révolution arabe ait lieu" déclare Zemni. "La politique dans ces pays était sclérosée au point que la situation était devenue intenable.". Debeuf aussi, qui suit la révolution arabe au Caire pour la fraction libérale ALDE, estime qu'on va dans la bonne direction : "La révolution arabe ne mérite aucun regret. Pensez-vous qu'il y ait un seul Libyen qui veuille retourner à l'ère de Kadhafi ?"
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires