Opinion

Vincent Claes

Alost veut fermer ses frontières au Covid (carte blanche)

Vincent Claes Rédacteur en chef - Le Journal du médecin

« Il y a des limites à la solidarité médicale, et je crois que cette limite est maintenant atteinte. Je suppose raisonnablement que le principe de base devrait être qu’un patient d’Alost devrait pouvoir aller dans un hôpital d’Alost, c’est aussi la chose la plus responsable médicalement à mon avis », a déclaré le bourgmestre (NV-A) d’Alost en réagissant aux transferts des patients des services des soins intensifs bruxellois saturés vers les hôpitaux périphériques en Flandre et en Wallonie.

La crise du Covid nous a déjà donné l’occasion depuis des mois d’assister à des comportements et déclarations absurdes – entre autres l’hospitalisation éclair du président Trump et son retour triomphal après trois jours à la Maison Blanche – mais l’attitude du Bourgmestre d’Alost est particulièrement affligeante. Alors que plusieurs hôpitaux bruxellois estiment qu’il est nécessaire de transférer rapidement les patients vers les services des soins intensifs des hôpitaux périphériques qui ont encore de la place pour permettre à ces hôpitaux de continuer à pouvoir assurer les soins programmés, Christoph d’Haese souhaite limiter la « solidarité médicale ». Un réflexe égoïste justifié par les conséquences financières pour les hôpitaux d’Alost, qui risqueraient de voir leurs activités non-Covid diminuer, et surtout par la volonté de réserver les hôpitaux d’Alost aux habitants de cette ville. Bel esprit d’équipe ! Espérons pour le bourgmestre d’Alost que des foyers importants Covid-19 ne surgissent pas dans sa belle ville, l’obligeant à faire appel à la « solidarité médicale » d’autres villes de Flandre-Orientale ou du reste du pays.

https://twitter.com/herremans_/status/1313368288370610177Jacqueline Herremanshttps://twitter.com/herremans_

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

550rich3153600000Twitterhttps://twitter.com1.0

« Il y avait déjà les frontières de l’Europe, celles de la Belgique. A présent, les frontières d’Alost. Le monde de certains se réduit à une peau de chagrin », regrettait mardi Jacqueline Herremans sur Twitter. On ne peut mieux dire.

Partner Content