. © SARAH YU ZEEBROEK

Dominant, imprudent, agressif. A quel point la nature masculine est-elle indéfectible?

Jeroen De Preter Rédacteur Knack

Les mâles se comportent généralement de manière plus dominante et moins attentionnée. C’est vrai pour les chimpanzés et les bonobos, mais aussi pour les humains. Cette « nature masculine » peut-elle expliquer pourquoi, aujourd’hui, pratiquement aucun homme ne travaille dans le secteur de la santé ou de l’éducation ? Et devons-nous nous résigner à ce statu quo ?

Que se passe-t-il lorsque vous laissez le débat social et politique suivre son cours sans grande modération ? Pour répondre à cette question, il suffit de jeter un coup d’œil à Twitter. À quelques exceptions près, ce réseau social est dominé par les hommes. Cela peut expliquer pourquoi Twitter ressemble parfois à une zone de guerre, avec notamment le déploiement d’armées (de trolls).

Selon un rapport d’Amnesty International publié il y a quelques années, Twitter est « un lieu toxique pour les femmes ». Selon le même rapport, ces violences verbales conduisent les femmes à s’autocensurer, à limiter leurs interactions, voire à être exclues de Twitter.

Dans les médias grand public, les mœurs sont généralement un peu moins rudes. Aussi sont-ils généralement dirigés par des rédacteurs en chef qui, certains avec plus de ténacité que d’autres, tentent de préserver la diversité de leur média, ne serait-ce que par conviction que celui qui crie le plus fort n’est pas nécessairement le plus intéressant.

Veiller à cette diversité n’est pas toujours facile. « D’après mon expérience, la recherche de la diversité sociale est une tâche difficile« , déclare Greet Nagels, rédactrice en chef de De Afspraak, le programme d’information quotidien sur la chaîne flamande Canvas, « mais veiller à l’équilibre entre les sexes n’est certainement pas toujours évident non plus. En général, les hommes sont beaucoup plus faciles à séduire pour participer que les femmes. Les femmes ne s’impliqueront généralement dans le débat que s’il s’agit de leur expertise. Les hommes ont moins le trac, parlent plus facilement de sujets dont ils ne sont pas spécialistes et ont généralement moins peur d’une déclaration corsée. »

Plus dominant, plus téméraire et plus enclin à l’agression. Dans le flot presque sans fin d’études sur les différences entre les sexes et les genres, ces adjectifs reviennent sans cesse. Selon le primatologue de renommée mondiale Frans De Waal, nous ne sommes pas essentiellement différents des autres primates génétiquement proches, tels que les chimpanzés et les bonobos. Les hommes sont plus axés sur le statut et les femmes sur les enfants vulnérables« , écrit De Waal dans son dernier livre, Anders. « Les hommes sont physiquement et souvent (mais pas toujours) socialement dominants et plus enclins à la confrontation ouverte et à la violence, tandis que les femmes sont plus soignantes et dévouées à leur progéniture ».

Nature ou éducation

En tant que psychologue sociale, Colette van Laar (KU Leuven) considère les différences entre les sexes et les genres d’une manière très différente. « Ce qui m’intéresse le plus, c’est ce que cette société attend des hommes et des femmes », dit-elle. « En général, on peut dire qu’on attend des hommes qu’ils soient compétitifs, ambitieux, décisifs et agressifs. En revanche, on attend des femmes qu’elles soient plus gentilles, plus attentives et plus empathiques. Ces attentes se traduisent naturellement dans la réalité, même s’il est dangereux de généraliser. Au niveau individuel, nous constatons que les femmes ont souvent aussi des caractéristiques masculines et, inversement, les hommes ont aussi des caractéristiques féminines. Une femme peut parfaitement être compétitive et attentionnée. »

De Waal le souligne constamment dans son livre. L’observation que les mâles – qu’il s’agisse de bonobos, de chimpanzés ou d’humains – se comportent généralement de manière plus dominante et moins  attentionnée ne doit pas être un plaidoyer pour un statu quo social. De Waal écrit que les grands singes ont aussi un « potentiel », un talent qui s’exprime moins souvent, mais qui n’en est pas moins présent. Un bon exemple est ce qu’il appelle « la capacité de prendre soin » chez les primates mâles. « Nous en avons parfois un aperçu lorsqu’une mère meurt et que, soudain, un orphelin réclame de l’attention. Les chimpanzés mâles adultes dans la nature sont connus pour adopter un bébé et s’en occuper avec amour, parfois pendant des années. Comme les scientifiques mettent souvent l’accent sur le comportement typique, nous ne prêtons pas toujours attention à ce potentiel. »

Nous reviendrons plus tard sur cette nuance assez cruciale. Il faut d’abord parler de la « nature masculine », une question qui apparaît encore parfois comme un champ de mines idéologique. Les femmes sont-elles généralement plus attentives, plus douces et plus prudentes parce qu’elles sont nées ainsi, ou ce comportement est-il acquis ? Traduit en un exemple concret : les jeunes filles jouent-elles à la poupée de leur propre chef ou parce qu’on attend d’elles qu’elles le fassent ?

Il n’est pas surprenant que la question de la nature et de l’éducation continue de susciter l’intérêt. « Si l’on part du principe que les femmes sont naturellement plus attentionnées et que les hommes sont naturellement plus enclins à dominer, il devient beaucoup plus facile de justifier le statu quo », explique Colette van Laar. « En d’autres termes, la réponse à la question de savoir si l’on naît homme ou si l’on est socialisé comme un homme peut déterminer si nous devons ou non organiser notre société différemment. »

Nature ou éducation? Malgré toutes les divergences d’opinion, il existe un consensus sur ce point depuis un certain temps. C’est à la fois la nature et l’éducation. Peu de scientifiques nieraient aujourd’hui que les différences entre hommes et femmes sont, dans une large mesure, le résultat de la socialisation. « Après tout, notre culture exerce une pression constante sur les hommes et les femmes« , écrit Frans de Waal. « Tout le monde est censé suivre docilement les règles et s’adapter à ce qui est considéré comme masculinité et féminité ».

Normes de genre

Pourtant, le primatologue est convaincu que toutes les différences ne peuvent pas être expliquées de cette manière. Les bonobos et les chimpanzés ne sont pas soumis à nos normes de genre, affirme-t-il. Et pourtant, ils se comportent parfois comme nous, et nous, à l’inverse, nous nous comportons parfois comme eux. « Il est vrai que nous ne pouvons pas exclure la possibilité que leur comportement suive également des normes sociales », déclare De Waal, « mais ces normes sont alors issues de leur culture, pas de la nôtre ».

Pour revenir à la préférence des jeunes filles et des garçons pour certains jouets : les jeunes primates femelles préfèrent jouer à la poupée, tandis que les petits singes mâles préfèrent les voitures. Une explication possible serait que les garçons délaissent les poupées à cause de la pression sociale, mais selon De Waal, c’est peu probable. « Il n’existe aucune preuve que les singes se préoccupent de la perception de leur sexe ».

Selon De Waal, l’idée que le genre est purement une question d’éducation et/ou de culture peut être extrêmement nuisible. Il illustre ce point avec l’histoire de John Money (1921-2006), un sexologue et psychologue qui était autrefois tenu en haute estime par une partie du mouvement des femmes. La réputation de Money a été ébranlée après une expérience bizarre. Lorsqu’il a entendu parler d’un garçon dont le pénis avait été endommagé lors de la circoncision, il a convaincu les parents de lui retirer également ses testicules et de l’élever comme une fille. Le garçon n’accepterait jamais son nouveau genre. A 38 ans, il a mis fin à ses jours.

Ceux qui veulent une caricature de la position féministe dans ce débat trouveront bien sûr un cas enrichissant dans l’expérience dramatique de Money. « Alors qu’aujourd’hui, il n’y a pas une seule féministe qui affirme qu’il n’y a pas de différences innées et biologiques », affirme Bieke Purnelle, directrice de RoSa, le centre de connaissances sur le genre, le féminisme et l’égalité des chances. « C’est un épouvantail. Tout comme la science, les féministes reconnaissent qu’il existe une interaction entre la biologie et la socialisation. La question est de savoir dans quelle mesure vous voulez souligner ces différences innées entre hommes et femmes ». Purnelle ne nie pas que, par le passé, les féministes ont souvent été très sceptiques à l’égard de la biologie et de la psychologie de l’évolution. « Mais ils avaient aussi de bonnes raisons de ne pas faire confiance à la science. Charles Darwin, le père de la théorie de l’évolution, a observé que les femmes excellaient rarement dans les domaines de la science et de la culture, et en a conclu qu’elles étaient un cran en dessous des hommes dans l’évolution. Les femmes étaient plus bêtes et moins innovantes. Il a négligé le fait qu’ils étaient structurellement opprimés. Et Darwin n’était pas seul. Sur mon bureau se trouve un livre de 1900 de Just Lucas-Championnière, intitulé : Bicyclette et organes génitaux. Ce livre explique ‘scientifiquement’ pourquoi les femmes ne devraient pas faire de vélo. »

Plasticité

120 ans plus tard, la science prend conscience que dans de nombreux cas, il est impossible de déterminer si une différence homme/femme est innée ou acquise. L’interaction entre les deux (gènes et environnement) est si étroitement imbriquée », écrit Frans De Waal, « que dans la plupart des cas, nous sommes incapables de démêler leurs contributions distinctes. »

Ce constat est relativement nouveau, raconte Colette Van Laar. « Lorsque j’étais étudiante, le consensus était que certaines caractéristiques étaient acquises, d’autres innées. Nous savons maintenant qu’il s’agit d’une interaction complexe entre le cerveau, les hormones et l’environnement. Le mot clé est désormais ‘plasticité’. Le cerveau, comme vos hormones, n’est pas une entité statique. Le cerveau et les hormones sont influencés par des facteurs environnementaux. En tant que spécialiste des sciences sociales, ce dernier point m’intéresse naturellement beaucoup. L’influence des facteurs environnementaux sur le cerveau et les hormones a également fait l’objet d’excellentes études. Prenez la testostérone, par exemple. Elle est connue comme l’hormone mâle, mais les femmes en ont aussi. Les recherches montrent que la production de cette hormone est stimulée chez les femmes lorsqu’elles sont en position de pouvoir. À l’inverse, des recherches montrent que les pères qui passent de longues périodes avec leurs enfants voient leur taux d’hormones et leur activité cérébrale se modifier. »

La plasticité implique que l’humain et la société sont malléables. Mais dans quelle mesure ? L’invention de la pilule contraceptive a réduit le nombre d’enfants dans les familles et a permis aux mères et aux femmes de travailler beaucoup plus facilement en dehors du foyer. Cette évolution s’est accompagnée de puissantes vagues féministes et de nombreuses tentatives de rupture avec les rôles de genre. Néanmoins, cette réalité ressemble encore beaucoup au monde des primates que De Waal décrit dans son nouveau livre. Pour citer l’exemple le plus évident, des secteurs comme l’éducation et les soins sont plus que jamais peuplés de femmes. Si vous croisez encore des hommes, ils occupent, oui, les postes de direction.

Le sexologue Alexander Witpas en illustre les conséquences par une anecdote frappante. « Je me souviens que j’ai dû me rendre à Kind en Gezin (NDLR : le pendant flamand de l’ONE) avec l’un de mes enfants », dit-il. « Sur les murs, il y avait des affiches vous disant ce que vous deviez et ne deviez pas faire avec vos enfants. Sur 11 des 12 affiches, il y avait une femme et un enfant. La seule affiche avec un homme était celle qui indiquait que c’est dangereux de secouer son bébé. »

Dans son essai Ontvadering, Het einde van de vaderlijke gezag (Dépaternalisation, La fin de l’autorité paternelle (2020)), le professeur émérite de psychiatrie néerlandais Frank Koerselman met le doigt sur la question. « Encore toujours », écrit Koerselman, « les hommes ne font pas assez dans le ménage. Les femmes travaillent plus souvent à temps partiel parce que la prise en charge des enfants reste en grande partie sur leurs épaules. Les femmes ne pénètrent toujours pas suffisamment dans les postes de direction et restent sous-payées. Des quotas (ou des menaces de quotas) sont encore nécessaires pour remédier à cette situation. Et lorsque les femmes obtiennent de tels postes, les hommes s’enfuient. À un rythme rapide, les hommes disparaissent de l’éducation, des soins de santé et du système judiciaire. Ce n’est pas ce qu’on qualifie de rationnel. »

La conclusion de Koerselman ? Notre nature est très difficile à ‘renverser’. L’hypothèse n’est pas absurde, bien qu’une autre conclusion soit également possible. De même, la persistance de ces modèles de rôles classiques pourrait nous renseigner sur la force si difficile à éradiquer des attentes sociales.

Soins pour enfants

Le fait que des pays comme la Belgique, où l’égalité entre les sexes est relativement grande, présentent encore des différences aussi importantes entre les hommes et les femmes a été plus souvent relevé dans les sciences sociales. En fait », déclare le professeur Van Laar, « dans les pays où l’égalité des sexes est plus grande, les différences entre hommes et femmes en matière d’éducation et de choix de carrière s’avèrent parfois plus importantes que dans les pays où l’égalité des sexes est plus faible. Ce phénomène est connu sous le nom de paradoxe de l’égalité des sexes. L’une des explications possibles, c’est que les femmes des pays moins développés sont plus enclines à opter pour une éducation qui offre la perspective d’un bon emploi ou d’un bon salaire. Dans les pays plus riches, cela joue un rôle moins important. Lorsqu’ils choisissent une filière d’études, les hommes et les femmes sont davantage guidés par des préférences individuelles, mais il ne faut pas sous-estimer à quel point ces « préférences individuelles » sont en réalité guidées par la « socialisation des préférences ».

Van Laar note également que cette pression sociale pèse peut-être davantage sur les hommes que sur les femmes aujourd’hui. « Nous trouvons toujours tout à fait normal que les femmes optent pour une carrière dans les soins, mais nous trouvons maintenant tout aussi acceptable que les jeunes femmes optent pour une formation en STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques). En fait, cette dernière est encouragée. À l’inverse, les jeunes hommes ne sont guère encouragés à opter pour une formation dans le domaine de la garde d’enfants, par exemple. Le fait que les professions fortement féminisées soient systématiquement sous-payées n’aide pas non plus. Dans une société où le statut est plus important pour les hommes que pour les femmes, cela fonctionne comme un cercle vicieux. C’est regrettable, ne serait-ce que parce que nous avons bien besoin de ces hommes dans les soins ».

La remarque de Van Laar est pertinente. Alors que le gouvernement encourage fortement les jeunes femmes à choisir des études traditionnellement considérées comme masculines, l’inverse ne se produit guère, voire pas du tout.

« Je ne comprends pas pourquoi nous sommes si peu préoccupés par le fait que l’enseignement primaire est presque entièrement féminisé », déclare Alexander Witpas. Si nous considérons que la représentation est si importante en politique ou dans les médias, nous devrions également la considérer comme importante dans l’éducation et les soins.

L’absence de femmes dans le secteur de la santé est assez problématique, selon Witpas. « Les hommes sont plus difficilement atteints que les femmes par un système de soins de santé où les hommes sont pratiquement absents« , dit-il. « Pourtant, je ne vois aucune intention de faire quoi que ce soit à ce sujet. Le genre a été un thème de la politique des soins de santé ces dernières années, mais le terme ‘genre’ était principalement synonyme de ‘femmes' ».

Van Laar souligne qu’une plus grande diversité est également nécessaire dans l’éducation. « Les garçons réussissent généralement moins bien à l’école que les filles. Pour autant que je sache, rien ne prouve que la féminisation de l’éducation joue un rôle dans ce domaine, mais je ne l’exclus certainement pas. Les hommes et les femmes sont socialisés différemment, il est donc logique qu’ils aient également des attentes différentes lorsqu’ils se trouvent devant une classe de garçons et de filles. Par exemple, vous pouvez supposer que les femmes accordent plus d’importance au ‘comportement décent’ et qu’elles ont plus de difficultés que les hommes avec les garçons qui préfèrent sortir des sentiers battus. Plus fondamentalement, je crois que tout le monde bénéficierait d’une plus grande diversité dans le corps enseignant. La diversité dans la salle de classe offre un éventail plus large d’attentes, d’expériences sociales et d’histoires. C’est un enrichissement pour les garçons comme pour les filles ».

Maltraitance

Bieke Purnelle ne s’en laisse pas conter. « Les stéréotypes de genre et le sexisme ne sont pas typiquement masculins« , dit-elle. « Les femmes aussi en sont capables. Par exemple, je suis vraiment agacée par le fait que les enseignants ont encore parfois tendance à distribuer des notes qui commencent par « chère maman ». En tant que père, je me sentirais très offensé. Et je n’apprécie pas non plus le fait que certaines femmes, souvent inconsciemment, dénigrent les capacités de soins des hommes. J’ai eu une fois une conversation avec le maire adjoint de Göteborg. Quand il a appris qu’ici les pères n’avaient droit qu’à deux semaines de congé de maternité, il est tombé de sa chaise. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas plus d’agitation à ce sujet. En fait, il s’agit d’une sorte de maltraitance masculine. Elle prive les pères de la possibilité de créer un lien intime avec leur enfant dès le départ, ce qui donne à la mère un avantage encore plus grand en termes de liens affectifs, mais aussi, sans le vouloir, une responsabilité encore plus grande en matière de soins. « Console le bébé, parce que je ne peux pas le faire ». Enfin, les enfants bénéficient tout simplement d’un père impliqué et attentionné. »

papa enfant
Getty © Getty

Mais si le psychiatre Koerselman avait raison ? Peut-être que de nombreux hommes ne considèrent pas qu’un congé de maternité plus court constitue une « maltraitance », et pensent qu’il est normal – étant donné notre programmation évolutive – de suivre tout cela à distance ? L’idéal de l’égalité des sexes ne risque-t-il pas de se transformer en coercition ?

« Je ne suis pas partisan de l’idée, populaire dans certains cercles, selon laquelle il serait préférable de supprimer la catégorisation des hommes et des femmes« , déclare Alexander Witpas. « Dans un monde idéal, les gens peuvent choisir eux-mêmes les valeurs auxquelles ils adhèrent. En tant qu’homme, vous voulez rejeter les valeurs traditionnelles ? Bien. Voulez-vous les embrasser ? Bien. Cette liberté n’existe pas aujourd’hui, dans le sens où chaque choix est problématisé ».

Ce n’est en effet pas le but, dit Colette van Laar. « Bien sûr, nous ne devons pas pousser les hommes à jouer un rôle de soignant ou les femmes à jouer un rôle de directeur », dit-elle. « La finalité devrait être que chaque personne puisse poursuivre les objectifs qui lui conviennent. Le fait est qu’une forte socialisation peut y faire obstacle. Si nous faisons en sorte que les hommes et les femmes sentent dès la naissance que certains postes ne leur conviennent pas, nous refusons des opportunités non seulement aux individus, mais aussi à la société dans son ensemble. »

« Personne ne dit qu’autant d’hommes que de femmes devraient choisir la défense ou les soins », ajoute Bieke Purnelle. « Ce n’est pas la question. Il s’agit de supprimer les obstacles. Si les femmes sont douées pour les TIC, nous devons supprimer tous les obstacles possibles pour qu’elles puissent y exceller. Tout comme les hommes ne devraient rencontrer aucun obstacle s’ils s’intéressent aux soins de santé ou s’ils ont du talent dans ce domaine ».

Partner Content