» Pas de problème  » pour Daerden

Rik Van Cauwelaert
Rik Van Cauwelaert Rik Van Cauwelaert is directeur van Knack.

Un retraité sur trois dépendant de la seule pension légale vit au seuil de la pauvreté, et même en dessous. Voilà la conclusion d’une étude du Pr Jos Berghman, de la KULeuven. Le sort des femmes seules est encore beaucoup plus poignant : la moitié d’entre elles sont dans le besoin ou frôlent la pauvreté.

Voici quatre ou cinq ans, le ministre flamand Frank Vandenbroucke prédisait :  » Dans un proche avenir, le pouvoir fédéral ne sera plus en mesure d’honorer ses engagements à l’égard des citoyens. Ces engagements, ce sont l’organisation des soins de santé et le paiement des pensions. » Vandenbroucke fut descendu en flammes, entre autres par les ténors de son parti, le S.PA. Aujourd’hui, les travaux du Pr Berghman prouvent que les pensions légales n’excluent pas la misère. La prédiction de Vandenbroucke risque de se réaliser plus tôt que prévu à cause de la crise et de l’endettement galopant de l’Etat – bientôt plus de 100 % du PIB.

Entre-temps, la Conférence nationale sur les pensions, annoncée avec aplomb l’année dernière, s’éteint à petit feu. On attend la note de synthèse du président, le cerbère PS Michel Jadot, haut fonctionnaire à la retraite. A la demande expresse de Laurette Onkelinx, le même homme règne sur la gestion globale de la sécurité sociale. Le PS peut ainsi canaliser les flux financiers dans la direction qui lui convient.

Dans nos pays voisins, aux Pays-Bas par exemple, le système des pensions a été réorganisé de fond en comble. Chez nous, le fédéral ne veut pas regarder la réalité en face. Ceux qui font part de leur inquiétude au ministre des Pensions Michel Daerden (PS) se voient répondre, immuablement, que jusqu’en 2015 le paiement des pensions ne pose  » pas de problème « . Bref, il reviendra au prochain gouvernement fédéral – si un jour on parviendra encore à le constituer – de se débrouiller.

Les gouvernements successifs ont déjà puisé, à de nombreuses reprises, dans les réserves financières de l’Etat. Le gouvernement violet a soustrait des recettes qui étaient destinées au Fonds de vieillissement, qu’il avait lui-même mis sur pied : le produit de la vente de licences GSM et d’actions Belgacom et les rentrées de dividendes Belgacom, 738 millions d’euros au total, n’ont jamais été versés dans le fonds, mais ont servi à combler les trous du budget fédéral. La Cour des comptes s’est opposée à cette manipulation budgétaire et le gouvernement a été obligé de la redresser dans son budget 2010. Dans le jargon de la Rue de la Loi, cela s’appelle une  » correction technique « .

La nonchalance avec laquelle le gouvernement traite le dossier des pensions confine petit à petit à la négligence coupable. La première mesure structurelle pour assurer le paiement futur des pensions doit encore être imaginée, sans même parler de sa mise en application. A l’heure actuelle, le gouvernement doit déjà gratter ses fonds de caisse pour payer ses pensionnés. Tandis que de plus en plus de seniors tombent dans la pauvreté, le ministre des Pensions se délecte avidement de sa popularité accentuée par les médias. Quant au gouvernement fédéral, il était tout affairé, voici peu, à trouver un compromis sur l’interdiction de fumer dans l’Horeca et à finaliser le second train de nouveaux ministres d’Etat. Le temps lui manque pour étudier les rapports alarmants de la Banque nationale et du FMI sur le chômage et l’accumulation de la dette.

TOUTES LES CHRONIQUES  » Vu de Flandre  » SUR WWW.LEVIF.BE

RIK VAN CAUWELAERT Directeur de Knack

RIK VAN CAUWELAERT

738 millions d’euros n’ont pas été versés dans le Fonds de vieillissement

Partner Content