Donald Trump © Getty images

Perquisition chez Trump: menace de violence dans la « république bananière »

Rudi Rotthier
Rudi Rotthier Journaliste Knack.be

La perquisition du domicile de Donald Trump à Mar-a-Lago a presque immédiatement déclenché une vague de menaces contre le FBI et d’autres forces de police. Il n’y a pas eu que des menaces.

Le patron du FBI, Christopher Wray, nommé par Donald Trump, a tiré la sonnette d’alarme mercredi. Il a qualifié de « regrettables et dangereuses » les nombreuses menaces suite à la recherche de documents que Donald Trump aurait illégalement pris à la Maison-Blanche. « La violence à l’encontre des forces de l’ordre », a déclaré Wray, « n’est pas la réponse, peu importe qui vous contrariez. » Le lendemain, ces menaces se sont concrétisées.

Un Américain de 42 ans, Ricky Shiffer, a tenté de percer la vitre blindée d’un bureau du FBI dans la ville de Cincinnati. Après avoir fui la scène, Shiffer a sans doute trouvé le temps de faire un rapport sur Truth Social, le réseau social de Donald Trump (il y a un compte avec son nom et sa photo, les enquêteurs n’ont pas confirmé que le compte appartient aussi au tireur). « Je pensais pouvoir percer des vitres blindées, et je n’ai pas pu », explique-t-il. « Si vous n’avez pas de nouvelles de moi, c’est vrai que j’ai essayé d’attaquer le FBI, et ça voudra dire que j’ai été interdit d’internet, que le FBI m’a eu ou qu’ils ont envoyé la police pendant… »

Quelque six heures après son attaque infructueuse contre les vitres blindées, et après avoir tenté pendant des heures d’échapper à ses poursuivants à travers l’État de l’Ohio, Shiffer a été tué lors d’une confrontation avec les autorités. Il avait un pistolet à clous et une arme semi-automatique. 

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Shiffer, qui avait fait un travail de spécialiste dans un sous-marin pendant la guerre d’Irak, a apparemment été poussé à agir par la perquisition à Mar-a-Lago. Toujours en supposant que le titulaire du compte et le tireur sont la même personne, il a exhorté ses quelques adeptes sur Truth Social à « rassembler ce dont il a besoin pour être prêt au combat ». « Ils nous ont conditionnés à accepter la tyrannie ». « Je propose la guerre ».

Le Shiffer sur Truth Social n’est pas le seul à suggérer la guerre. Le FBI n’a cessé de mettre en garde contre les nombreuses menaces visant le service en général et plus particulièrement les personnes impliquées dans la perquisition, comme le juge qui l’avait autorisée.

‘Raid’ ou perquisition?

Cette perquisition, qui s’est poursuivie tout au long de la journée de lundi dernier, était certainement inhabituelle. Selon les médias américains (et selon Donald Trump), c’est la première fois dans l’histoire que le FBI a effectué une perquisition au domicile d’un ex-président pour chercher des documents appartenant aux archives et/ou violant les règles du secret. Cependant, les réactions étaient encore plus étranges.

Donald Trump a annoncé la nouvelle lundi soir. Cela lui a donné l’occasion d’essayer une première version de la réalité. » Nous vivons des temps sombres pour notre pays », a-t-il déclaré. « Ma belle demeure, Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride, est actuellement assiégée, envahie et occupée par un groupe important d’agents du FBI ».

Trump a évoqué une intervention « inopinée et inutile » des démocrates pour l’empêcher de tenter sa chance à la présidence, du genre d' »attaque » qui n’était « possible que dans des pays brisés du tiers monde ». « Malheureusement, l’Amérique est maintenant devenue l’un de ces pays, corrompus à un niveau jamais vu auparavant ».

Le terme raid est essentiel dans son discours. Les termes militaires (siège, occupé) n’étaient pas innocents. Peu après son annonce, des partisans ont défilé pour défendre Mar-a-Lago contre les assaillants.

Lire aussi | Trump, la déchéance

Il est vite apparu qu’il s’agissait d’une  perquisition. On s’était assuré que ce serait fait sans grand tapage, par des hommes en civil. Trump lui-même se trouvait à New York et l’équipe du FBI avait informé la sécurité de l’ex-président à Mar-a-Lago peu avant la perquisition de ce qui allait se passer.

Cependant, la terminologie de Trump a eu un impact. CNN, qui couvrait l’affaire en direct, n’est passée de « raid » à « search » (perquisition) qu’après un certain temps et au milieu d’une séquence. La MSNBC de gauche et la Fox News de droite ont continué à parler d’un raid pendant bien plus longtemps.

Deux jours après la perquisition, certains membres du parti républicain ont encore attisé la colère exprimée dans l’annonce de Trump. Ron DeSantis, gouverneur de Floride et, selon les sondages, rival potentiel de Trump pour les nominations présidentielles républicaines, a parlé d’une opération digne d’ « république bananière ». Rick Scott, un sénateur de Floride, a comparé le FBI à la Gestapo et à la Stasi. L’autre sénateur de cet État, Marco Rubio, a comparé ce qui s’est passé à Cuba et au Nicaragua, où les dirigeants « jettent leurs rivaux politiques en prison ou les exilent ». Plusieurs élus ont appelé à une action contre le FBI et le ministère de la Justice.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Marjorie Taylor Greene, membre de la Chambre des représentants de Géorgie et ancienne supportrice de QAnon, a appelé dans un tweet à couper le financement du FBI et à démanteler le ministère de la Justice.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

L’attaque contre le ministère de la Justice a également été reprise par le chef des républicains à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy. « J’en ai vu assez », a-t-il tweeté. « Le ministère de la Justice a atteint un niveau intolérable de politisation armée. Lorsque les Républicains retrouveront la majorité à la Chambre, nous passerons immédiatement le ministère au crible ». « Ministre (de la Justice Merrick, ndlr) Garland, gardez vos documents et libérez votre agenda. »

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

D’autres, dont le sénateur Rand Paul, ont suggéré que le FBI pourrait aussi bien déposer du matériel incriminant pendant la perquisition. Le FBI est soudain apparu comme le grand ennemi des républicains, un parti qui, jusqu’en 2016, avait aveuglément défendu le law and order.

La pensée sous-jacente de nombreux commentaires était également la suivante : si les forces de police contrôlées d’en haut peuvent faire une descente contre l’ex-président, elles peuvent certainement le faire contre un citoyen « ordinaire ». ‘Ils viennent pour vous’, déclare Jim Jordan, membre de la Chambre des représentants, fidèle à Trump. Trump s’est immédiatement servi du raid pour collecter des fonds.

Les éditorialistes de journaux pro-démocrates comme le Boston Globe ou le Sacramento Bee ont pu se réjouir de tant de discours anti-politiques du côté républicain, où les élus, peu perturbés par une connaissance des perquisitions, des républiques bananières et de ce qu’ils ont eux-mêmes dit en 2016 sur le secret des documents, ont simplement professé leur allégeance à Trump.

Le revirement est assez frappant. En 2016, la campagne présidentielle républicaine tournait largement autour du manque de fiabilité d’Hillary Clinton, qui avait utilisé un serveur privé et avait donc manipulé des informations confidentielles de manière non sécurisée. Lors des rassemblements électoraux et de la convention du parti républicain à Cleveland, les gens ont scandé « lock her up » pendant des minutes. Lorsque Donald est arrivé au pouvoir en 2017, il a durci les règles relatives aux informations classifiées.

Mais lui-même ne se sentait pas lié par ces règles, comme c’est apparu clairement lorsqu’il a partagé des informations confidentielles des services secrets israéliens avec des visiteurs russes. Le jour de la perquisition, Maggie Haberman, spécialiste de Trump, du New York Times, a publié des photos de documents apparemment déchirés par Trump dans une cuvette de toilettes. On savait déjà que des membres du personnel recollaient des documents déchirés par Trump afin de les  garder pour le service des archives.

L’affirmation dans la communication de Trump selon laquelle la perquisition n’avait aucune raison d’être, qu’ils auraient simplement dû demander les documents et qu’il les aurait remis de bonne foi, s’est également avérée peu fiable. Les archives américaines étaient en effet à la recherche des memos et des documents manquants depuis des mois. En janvier 2022, un an après le départ de Trump de la Maison-Blanche, quinze cartons ont été retournés de Mar-a-Lago, mais ce n’était pas tout.

Début juin, les enquêteurs avaient visité Mar-a-Lago et consulté les avocats de Trump. À cette époque, selon le New York Times et CNN, l’un de ces avocats avait signé un document qui concluait que tous les documents secrets avaient été remis. Peu de temps après, le FBI et les archives ont su que ce n’était pas le cas. C’était peut-être la raison de la  perquisition.

Peu à peu, il est apparu que le camp Trump n’avait aucune bonne explication pour ne pas remettre les documents. Pourquoi le président les avait-il pris ? Pourquoi étaient-ils si difficiles à rendre ? Toutes sortes d’explications ont été données, comme le fait que Trump avait levé leur statut secret (cela ne s’était certainement pas produit officiellement), ou que le service de déménagement avait fait une erreur et qu’il devait s’en occuper.

Au cours de la semaine, les réactions des républicains se sont un peu modérées. Cela n’a pas eu d’effet immédiat sur les menaces contre le FBI. Samedi, un groupe de partisans armés de Trump s’est rassemblé devant le bâtiment du FBI à Phoenix, en Arizona. L’Arizona est un État où le port d’armes en public est autorisé.

Qu’a-t-il été trouvé lors de la perquisition? Selon les listes publiées, il y a onze dossiers, dont cinq sont top secrets. Parmi ceux-ci, l’un est classé TS/SCI, ce qui signifie top secret/information sensible compartimentée. En principe, ces documents ne peuvent être consultés que de manière isolée.

Les documents comprenaient un document sur la grâce d’un allié de Trump, Roger Stone, et des documents sur le président français Emmanuel Macron. Le fait que, comme l’a rapporté le Washington Post, un document sur les armes nucléaires soit également inclus n’a pas été confirmé par la liste, qui n’est pas très explicite.

Partner Content