Emine Dzheppar

« Ne pensez pas que l’Ukraine est loin de Bruxelles, et que la guerre ne peut pas l’atteindre »

Jeroen Zuallaert

Si les États membres de l’Union européenne ne permettent pas à l’Ukraine en guerre de devenir candidat à l’adhésion à l’UE, ils feront le jeu de Poutine, met en garde Emine Dzheppar, vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères.

Emine Dzheppar  a un emploi du temps chargé. En tant que vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères, elle se rend dans les capitales européennes pour sensibiliser les États membres à l’adhésion de l’Ukraine. Ce vendredi 17 juin, la Commission européenne rendra un avis sur la possibilité pour l’Ukraine en guerre de devenir candidat à l’adhésion à l’UE. Lors du sommet européen des 23 et 24 juin, les États membres doivent décider si l’Ukraine – tout comme le Monténégro, l’Albanie, la Macédoine du Nord, la Serbie et la Turquie – pourra un jour devenir membre.

L’histoire de la famille d’Emine Dzheppar se lit comme une miniature de l’histoire récente de l’Ukraine. Fille d’une famille tatare de Crimée, elle est née dans la ville russe de Krasnodar. Son passeport porte toujours la version russifiée de son nom « Dzhaparova ». Elle a vu la Russie s’emparer de la Crimée en 2014, où elle travaillait alors en tant que journaliste. Une expérience traumatisante, dit-elle. « Je ne comprenais pas pourquoi Kiev ne faisait rien pour arrêter l’armée russe. Ce n’est que lorsque j’ai déménagé à Kiev que j’ai compris que l’Ukraine n’avait tout simplement pas d’armée à l’époque. Le gouvernement venait d’être évincé, et il n’y avait qu’un président par intérim qui ne pouvait pas agir. Je ne veux plus jamais ressentir le désespoir que j’ai ressenti alors. »

Elle souligne que l’Europe ne peut pas se considérer comme à l’abri de la menace russe. « En 2008, j’ai participé à un cours de diplomatie à l’Institut néerlandais Clingendael, avec plusieurs jeunes diplomates des anciens États soviétiques. Peu de temps auparavant, la Russie avait attaqué la Géorgie par l’Ossétie du Sud. Je compatissais énormément avec mes collègues géorgiens, mais je n’avais pas réalisé que cela pouvait arriver à l’Ukraine. Pour moi, c’était un conflit qui semblait lointain. J’espère que l’Europe ne commettra pas la même erreur ».

Pourquoi l’Union européenne devrait-elle accorder le statut de candidat à l’adhésion à l’Ukraine?

Emine Dzheppar: Parce que l’Ukraine veut rejoindre l’Europe. Selon le dernier sondage, 91 % des Ukrainiens sont favorables à l’adhésion à l’Union européenne. Nous ne demandons pas de garanties. Nous voulons juste une chance de faire nos preuves. Pour parler en termes sportifs, nous demandons si nous pouvons nous entraîner avec l’équipe de réserve olympique. Si nous pouvons nous entraîner avec les réserves pendant quelques années, cela nous donnera une chance de devenir plus forts et peut-être d’aller aux Jeux olympiques un jour. Nous n’exigeons pas de devenir absolument membres de l’UE. Nous sommes conscients qu’il y a un long chemin à parcourir entre l’adhésion des candidats et l’adhésion à l’UE.

Pensez-vous que les États membres sont ouverts à la candidature ukrainienne ?

Certains pays pensent que l’UE est en crise et que ce n’est pas le moment de prendre une telle décision. Je dois dire que la Belgique ne fait pas partie de ces pays. J’ai le sentiment que la Belgique nous soutient comme jamais auparavant. Vous devez vous rendre compte du message que l’Europe envoie à Poutine si elle ne permet pas à l’Ukraine de devenir candidate. Depuis 2014, la propagande russe fait courir le bruit que l’Europe est divisée et ne représente rien. Si on ne nous donne même pas la chance de devenir membres un jour, l’UE dit en fait qu’elle est prête à tolérer des crimes énormes. L’Ukraine place ses espoirs dans l’Europe. Si nous ne sommes même pas autorisés à être candidats à l’adhésion à l’UE, ces espoirs risquent d’être anéantis.

Ne craignez-vous pas que cette candidature ne soit que symbolique ?

Mais c’est aussi d’un message symbolique ! Ce n’est que la première étape : ouvrir la porte et permettre à l’Ukraine de s’asseoir dans la salle d’attente. Nous sommes conscients que nous devrons procéder à des réformes majeures afin de nous qualifier pour l’adhésion à l’UE.

Il y a quatre mois, les ministres ukrainiens admettaient encore que l’Ukraine n’était même pas prête à devenir candidate. Qu’est-ce qui a changé ?

Peut-être n’avons-nous pas osé être assez ambitieux à l’époque. Depuis que l’Ukraine a signé l’accord d’association avec l’UE en 2014, nous avons toujours compris que la prochaine étape serait la candidature. En fait, nous y travaillons depuis des années. La guerre accélère tous ces processus.

Comment?

Il y a quatre mois, personne ne pensait que l’Ukraine tiendrait plus de 110 jours. Personne n’imaginait que la Finlande et la Suède voudraient rejoindre l’OTAN. Personne n’imaginait que des centaines de grandes entreprises quitteraient la Russie. Personne n’imaginait que pas moins de sept trains de sanctions seraient approuvés. L’Union européenne change sous nos yeux à la vitesse de l’éclair. Comme l’a dit notre président Volodymyr Zelensky, les temps exceptionnels appellent des décisions exceptionnelles.

Ursula von der Leyen a qualifié l’Ukraine de « membre de la famille européenne ». Êtes-vous satisfaite du soutien que vous recevez de votre famille ?

Nous sommes reconnaissants de ce soutien, mais bien sûr, il ne suffit pas. Nous perdons jusqu’à cent soldats par jour. Il est clair que cette guerre va s’étendre si on n’arrête pas la Russie. Le risque est grand que Poutine passe à la Géorgie et à la Moldavie lorsqu’il en aura fini avec l’Ukraine.

Si l’Europe ne fait pas comprendre à Poutine que ses actions auront des conséquences, il y verra un signe de faiblesse. Il existe un parallèle historique évident. Lorsque Adolf Hitler a annexé l’Autriche et les Sudètes à l’Allemagne en 1938, le Royaume-Uni et la France ont continué à croire que cela lui suffirait. Poutine admet ouvertement qu’il veut redessiner toute l’architecture de sécurité de l’Europe. Si cette agression n’est pas arrêtée, son appétit ne fera qu’augmenter.

Lire aussi | Guerre en Ukraine: l’Otan dopée par Poutine

Ne craignez-vous pas que la guerre ait l’effet inverse ? Elle pourrait également renforcer l’idée de nombreux Européens que l’Ukraine serait mieux lotie en tant qu’État tampon.

(hoche la tête) C’est un test pour l’Ukraine et l’Union européenne. L’Europe affirme depuis des années que l’État de droit et les valeurs démocratiques sont fondamentaux. La question est donc la suivante : que faites-vous lorsqu’un pays – la Russie – refuse d’accepter ces valeurs ? Il est bien sûr tentant de faire de l’Ukraine une zone grise et de prétendre que la Russie ne mène pas de guerre contre l’ensemble de la zone euro-atlantique depuis des années. L’Europe veut-elle vraiment continuer à faire l’objet d’un chantage parce qu’elle est dépendante de l’énergie russe ? (pause) Je suis bien consciente de la fragilité de tout cela. Aujourd’hui vous prenez un café sur une terrasse, et demain ce sera la guerre. Ne pensez pas que l’Ukraine est loin de Bruxelles, et que la guerre ne peut pas l’atteindre. Oui, les prix de l’énergie seront un peu plus élevés lorsque l’Europe réduira sa dépendance à l’égard de la Russie, mais en échange, vous obtiendrez liberté, indépendance et souveraineté. N’est-ce pas ce que nous devrions tous poursuivre?

Comment voyez-vous les intentions de la Russie ? Voyez-vous une marge de négociation ?

La Russie d’aujourd’hui est le pire reflet possible de la tradition soviétique. Il s’agit d’un État policier dont le dirigeant déclare ouvertement qu’il veut changer l’architecture de sécurité de l’Europe. Il pense avoir le droit de décider comment les voisins de la Russie doivent se comporter.

Nous – tant l’Ukraine que l’Union européenne – avons commis une énorme erreur en n’agissant pas plus fermement contre l’agression russe en 2014.

Pourtant, le gouvernement ukrainien a semblé surpris lorsque la Russie a de nouveau attaqué le 24 février.

Ce n’est pas vrai. Plusieurs agences nous ont prévenus que cela arriverait.

Le président Zelensky, cependant, ne semblait pas croire ses propres agences. Il s’est juste énervé à propos de toutes les prédictions que la Russie allait lancer une attaque.

Vous devez comprendre que les conséquences de ces prédictions ont eu un impact économique énorme. Notre économie était ébranlée par toutes les entreprises qui commençaient à se retirer. Le président Zelensky a seulement souligné que nous devions être précis dans nos communications.

En raison de cette attitude, la plupart des Ukrainiens ont été totalement surpris par l’attaque russe.

Comme beaucoup d’Ukrainiens, je n’ai jamais douté que cela arriverait. C’était juste une question de temps avant que la Russie ne nous attaque.

Allons donc, dans les semaines qui ont précédé la guerre, pratiquement aucun Ukrainien ne croyait à l’imminence d’une invasion à grande échelle.

L’être humain est une créature étonnante. Nous vivons d’espoir et remettons tout en question, même si quelque chose se passe sous nos yeux. Le problème est que nous cherchons toujours une logique derrière ces décisions. Avec Poutine, il est inutile de la chercher. Imaginez un instant que vous ayez un pouvoir illimité sur le plus grand pays du monde pendant plus de 20 ans et que personne n’ose vous remettre en question pendant cette période. Personne ne prendrait de décisions rationnelles.

Considérez-vous que les citoyens russes sont complices ?

Je ne fais pas de distinction entre les bons et les mauvais Russes. J’observe que le système russe prend des décisions criminelles et que la majorité des citoyens assistent en silence à leur exécution. Les sondages en Russie indiquent que le soutien à la guerre augmente.

Cependant, la Russie est un état policier, vous venez de le dire. Donc ces sondages ne veulent rien dire.

Même si nous savons que le soutien dans ces sondages est peut-être exagéré, il est clair qu’il n’y a pas de contre-mouvement, non? Lorsque l’Ukraine a menacé de devenir un État autoritaire en 2004 et 2014, les Ukrainiens sont descendus dans la rue en masse. Au cours de l’année écoulée, des dizaines de milliers de Biélorusses ont tenté de chasser le président Alexandre Loukachenko, ce qu’ils n’ont malheureusement pas réussi à faire. Où sont les masses de Russes ? Oui, il y a quelques courageux qui ont été jetés en prison, mais ils ne sont pas nombreux après tout. La responsabilité n’incombe pas seulement à Poutine, mais aussi aux Russes eux-mêmes.

Êtes-vous déçus par les Russes ?

Je suis sous le choc. Nos services de renseignement interceptent régulièrement des messages de soldats qui sont encouragés par leur famille à violer et à piller. Quel partenariat pouvez-vous avoir avec un pays où les gens pensent comme ça ?

Par définition, il n’y a donc aucun intérêt à négocier ?

A l’heure actuelle, il est inutile de négocier avec Poutine. Les négociations ne peuvent aboutir que lorsque deux pays civilisés mettent leurs exigences sur la table. Ce n’est pas comme ça que la Russie fonctionne. La seule façon de négocier avec la Russie est sur le champ de bataille.

En avril, le président Zelensky a évoqué l’Ukraine d’après-guerre. Il a suggéré qu’elle deviendrait probablement une sorte d’Israël : armée jusqu’aux dents et en conflit permanent. Est-ce le projet du gouvernement ukrainien?

Cela dépend de la façon dont la guerre se terminera. Nous sommes convaincus que nous pouvons gagner, mais nous ne connaissons pas l’issue. Il est possible que la guerre dure de nombreuses années. Si cela se produit, de nombreux Ukrainiens quitteront le pays parce qu’ils ne voient plus d’avenir. Dans de telles circonstances, l’Ukraine – comme Israël – vivra sous une menace constante. La Russie aura toujours un avantage physique : plus de personnes, plus de soldats, plus d’armes. La seule façon de compenser cela est le progrès technologique, qui nous permet de développer de meilleures armes.

Lire aussi | Guerre en Ukraine: pourquoi Poutine est de plus en plus isolé

Mais cela signifie que l’Ukraine en guerre ne deviendra pas la démocratie libérale dont elle a besoin pour devenir membre de l’UE.

Ce risque existe. Nous nous battons pour survivre en tant qu’État, et il reste à voir si nous y parviendrons. Il y a encore des milliers d’hommes ukrainiens – hommes d’affaires, artistes, chirurgiens, enseignants – qui servent volontairement dans l’armée. Les Ukrainiens ne veulent pas vivre en esclavage. Nous payons le prix le plus élevé possible : celui de nos vies. Si vous n’êtes pas prêts à payer de vos vies, vous devez tout faire pour que nous puissions gagner.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content