© belga

Nucléaire: prolonger Doel 3 et Tihange 2 n’est pas possible, affirme Engie

Le Vif

Cette solution ne peut être mise en oeuvre pour des raisons techniques et de sécurité, a expliqué Engie.

Une prolongation de l’activité des réacteurs de Tihange 2 et Doel 3 n’est pas possible pour des raisons techniques et de sécurité, a-t-on appris ce jeudi auprès d’Engie Electrabel, exploitant des centrales nucléaires en Belgique. L’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) ne se prononce pas sur le sujet étant donné que ni le gouvernement, ni Engie n’ont demandé une analyse de risque.

La centrale de Doel 3 sera mise à l’arrêt dans la nuit du 23 au 24 septembre conformément à la loi de sortie du nucléaire. Tihange 2 suivra en février. Des voix se sont élevées en Flandre pour que la décision soit revue, notamment celle de la ministre flamande de l’Energie, Zuhal Demir (N-VA), afin de garantir la sécurité d’approvisionnement du pays à l’heure où l’Europe subit de plein fouet la crise énergétique née de la guerre en UKraine. Dans la majorité, le MR a déjà plaidé plusieurs fois pour une prolongation allant au-delà des deux réacteurs prévus. Christian Leysen (Open Vld) a appelé jeudi à la Chambre le gouvernement à faire preuve de « pragmatisme ». « Le boycott de l’énergie russe est en train de se retourner contre nous », a-t-il dit.

Raisons techniques

La ministre fédérale de l’Énergie, Tinne Van der Straeten, s’est quant à elle montrée évasive sur cette question devant les députés. Le gouvernement a demandé à tous les producteurs d’énergie du pays d’être « disponible au maximum » cet hiver mais la sécurité nucléaire primera toujours, a-t-elle précisé.

Engie a été sondé au début du mois pour savoir si les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 pouvaient être maintenus jusqu’après l’hiver mais la société a fait savoir que cette solution ne pouvait être mise en oeuvre pour des raisons techniques et de sécurité, ce qu’ont confirmé les experts du cabinet de la ministre Van der Straeten.

Partner Content