Fortes chaleurs: quels sont les droits des (télé)travailleurs?

Eglantine Nyssen
Eglantine Nyssen Journaliste au Vif

La chaleur s’est installée en Belgique, et dans nos lieux de travail. Votre employeur doit respecter certaines règles spécifiques.

Trente et un degrés ce mercredi après 31°C. Entre 21°C à la mer et 29°C en Lorraine belge ce jeudi. La chaleur s’est installée en Belgique. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Les températures vont continuer à augmenter progressivement, pour atteindre des sommets en début de semaine prochaine, selon les prévisions de l’Institut royal météorologique. Mardi prochain, une masse d’air subtropicale atteindra la Belgique, amenant des températures maximales atteignant les 36-37°C, voire plus localement. Dans pareille situation, vous ne pouvez pas arrêter de travailler mais votre employeur est responsable de la sécurité et du bien-être de ses travailleurs sur leur lieu de travail. Il doit donc honorer certaines obligations à votre encontre.

Un thermomètre spécial

Première chose à savoir, la température que vous pourrez voir sur un thermomètre standard n’est pas celle prise en compte dans ce genre de situation. Un thermomètre-globe humide est requis. Cet appareil tient compte de l’humidité et de la température de rayonnement des objets dans l’environnement. Notez bien qu’il est possible que le résultat soit inférieur à la température que donne un thermomètre ordinaire. La température ne se mesure donc pas en degrés celcius mais en WBGT.

Différents types de travail

En cas de forte chaleur au travail, les travailleurs ont droit à un certain nombre de mesures de protection. Les températures maximales à partir desquelles elles s’appliquent varient selon la charge physique du travail.

  • 29 WBGT pour le travail léger (en général effectué assis qui comprend le secrétariat, le travail de bureau, la conduite d’une voiture, etc)
  • 26 WBGT pour le travail moyennement lourd (travail manuel à une table, menuiserie, conduite d’engins, de camions, de tracteurs, travaux en position debout, etc)
  • 22 WBGT pour le travail lourd (en général effectué en position debout comme la manutention, le bêchage, le sciage à la main, le rabotage, le fait de pousser et de tirer des brouettes, etc)
  • 18 WBGT pour un travail physique très lourd (travaux de terrassement, bêchage en profondeur et l’excavation, le fait de monter sur des échelles et de monter les escaliers, etc)

Si les valeurs limites WBGT sont dépassées, des temps de repos doivent être instaurés.

Travail légerTravail mi-lourdTravail lourdTravail très lourd
45 min travail – 15 min repos29,5272319
30 min travail – 30 min repos302824,521

Mesures de prévention

Lorsque la température maximale est atteinte, votre employeur doit mettre en place une série de mesures. Selon la législation, l’employeur doit, selon le site du SPF Emploi:

  • prévoir des équipements de protection (voiles de protections, couvre-chefs, …) pour les travailleurs exposés à un rayonnement solaire direct;
  • offrir des boissons rafraîchissantes appropriées gratuitement;
  • installer dans les locaux de travail un dispositif de ventilation artificielle dans les 48 heures.

« Si les désagréments persistent, ce qui peut par exemple ressortir d’un tour de table auprès des travailleurs, l’employeur doit accorder des périodes de repos. En outre, il peut décider de façon autonome d’instaurer un chômage temporaire » explique le SPF. Les entreprises peuvent aussi élargir les limites de début et de fin de la journée de travail ou ralentir le rythme de travail. Durant l’été, le travail sur les chantiers par exemple pourra débuter à 6 heures le matin et se terminer avant qu’il ne fasse trop chaud dans l’après-midi.

Et pour tous ceux qui télétravaillent?

Contacté par Le Vif, le SPF Emploi indique qu’il n’existe pas de règles spécifiques pour les télétravailleurs. « Les télétravailleurs exécutent leur travail à leur domicile, et donc à l’intérieur : ils sont donc à l’abri du soleil et ils ne sont pas plus exposés au soleil ou à la chaleur à la maison que sur leur lieu de travail dans l’entreprise. Il n’y a d’ailleurs pas non plus de règles spécifiques pour les télétravailleurs lors des vagues de froid en hiver » explique le service public.

« Certaines règles du code sur le bien-être au travail qui sont spécifiquement applicables pour les lieux de travail dans l’entreprise (comme l’aération, la ventilation, les toilettes, les salles de repos etc.) ne s’appliquent pas au domicile du travailleur » ajoute le SPF. « Il est par contre possible pour le télétravailleur de se rendre sur son lieu de travail ou dans un autre bureau (si ces lieux sont équipés d’une ventilation) plutôt que de faire du télétravail à domicile pendant une vague de chaleur, mais cela dépend des conditions de son contrat de travail (ou de l’annexe sur le télétravail). »

Tenue de travail

C’est le règlement de travail qui régit la façon dont vous pouvez (ou pas) vous habiller. Vous pouvez venir en tenue plus légère au travail si le règlement interne de l’entreprise vous y autorise.
Le 1er juillet dernier, la SNCB a annoncé que le personnel des gares et les accompagnateurs de trains étaient autorisés cet été à porter le bermuda en cas de fortes chaleurs. « La plupart des employeurs sont beaucoup plus flexibles en période de fortes chaleurs pour autant que le personnel respecte une certaine ’dignité’, surtout pour ceux qui sont en contact direct avec le client », estime le Syndicat Neutre pour Indépendants.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content