Durant les négociations de la Vivaldi, le mouvement Extinction Rebellion a manifesté à plusieurs reprises pour appeler le futur gouvernement à adopter une politique écologique ambitieuse. © Belga

Réveil climatique: Extinction Rebellion, une réponse plus extrême est-elle nécessaire ? (podcast)

Olivia Lepropre
Olivia Lepropre Journaliste

Le changement climatique est l’enjeu de tous. Si l’action politique est vitale pour faire avancer les choses, le citoyen peut, lui aussi, apporter sa pierre à l’édifice. Mais certains trouvent que ce n’est pas suffisant et que cela ne va pas assez vite.

Dans ce dernier podcast, Le Vif part à la rencontre de ceux qui ont décidé d’aller plus loin pour imposer le débat climatique au sein de la société. C’est le cas notamment du mouvement Extinction Rebellion. Ils ont squatté la place Royale pendant 24 heures pour inviter le Roi à déclarer l’urgence climatique. Ils ont retiré les lettres en métal qui ornent la Tour des Finances. Mais aussi des campagnes d’affichage avec un logo reconnaissable: un sablier dans un cercle symbolisant la planète Terre… Sur leurs panneaux des mots qui marquent les esprits: urgence, destruction, alarme, stop.

Cette organisation, fondée au Royaume-Uni en 2018, est un mouvement horizontal, sans véritable hiérarchie. Le groupe est présent dans plus de 100 pays à travers le monde. Chez nous, il regroupe surtout des jeunes entre 18 et 30 ans, et a de nombreuses sections locales. Certains le qualifient de « radical ». Mais ils ne sont pas les premiers à frapper fort pour imposer la cause climatique dans les débats. Rencontre avec Lyllou, 33 ans, impliquée dans le mouvement depuis un peu moins d’un an.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content