Egbert Lachaert © iStock

Pourquoi Egbert Lachaert est devenu un boulet politique pour Alexander De Croo (analyse)

Nicolas De Decker
Nicolas De Decker Journaliste au Vif

Les sondages pour le parti d’Alexander De Croo sont catastrophiques. Il est pourtant populaire. Mais (au moins) cinq présidents de parti compromettent son avenir politique, dont Egbert Lachaert. Ça n’avait pas mal commencé, De Croo l’avait porté à la présidence de l’Open VLD. Et puis…

Egbert Lachaert était le plus fiable copain d’Alexander De Croo, au début.

Tous les deux, avec Vincent Van Quickenborne, ont méticuleusement démoli Gwendolyn Rutten, qui était présidente de l’Open VLD jusqu’à 2020 et qui voulait faire un gouvernement sans la N-VA, avec les écologistes, les socialistes et le CD&V. Lui, Egbert Lachaert, avec ses fiables copains Alexander De Croo et Vincent Van Quickenborne, il n’en voulait pas, son projet était donker blauw, et son partenaire privilégié, donc, la N-VA, premier parti du pays.

Les écologistes devaient, avait-il dit, « brûler leur programme économique » avant d’espérer pouvoir venir discuter d’un programme de gouvernement avec lui. Egbert Lachaert a donc fait tout le contraire de ce qu’il avait promis, il a composé un gouvernement sans la N-VA, avec les écologistes, les socialistes et le CD&V, son projet est bleu-vert, ses partenaires privilégiés sont écolos, il a fait ce que Gwendolyn Rutten voulait faire mais sans Gwendolyn Rutten. Il l’avait fait avec et pour Alexander De Croo. Quand, à l’été 2020, il a fait échouer les discussions entre Bart De Wever et Paul Magnette parce que ceux-ci voulaient gouverner sans le MR, ce n’est pas parce qu’il voulait à tout prix gouverner avec le MR: c’est parce que sans le MR, avec un seul petit parti libéral dans le gouvernement fédéral, son copain Alexander n’avait aucune chance de devenir Premier ministre. Il s’est mis d’accord avec les écologistes pour ça. Il a sauvé Georges-Louis Bouchez pour ça. Il a fait tout le contraire de ce qu’il avait promis pour ça.

Aimerait bien

Egbert Lachaert, maintenant, est beaucoup moins populaire que son copain Alexander De Croo et moins populaire que son copain Vincent Van Quickenborne, et donc Egbert Lachaert dépend beaucoup d’eux, mais il ne les sert que peu: la base du parti se fie à eux deux et les médias se préoccupent peu de lui.

Les nationalistes flamands, qui dominent le débat public et les sondages, en Flandre, le considèrent comme le jouet de la gauche/des verts/des francophones/des Wallons/des socialistes, tous ces synonymes infamants, au Nord, qui transforment le plus dynamique politique de droite ou de centre-droit en spectre insignifiant.

Egbert Lachaert voudrait bien faire avec un gouvernement qui a l’air de bien fonctionner et de bien faire fonctionner le pays, celui de son copain Alexander.

Mais il doit faire avec la N-VA qui ne lui parle plus, mais qui dit partout que le gouvernement de son copain Alexander est un gouvernement de gauche/vert/francophone/wallon/socialiste.

Et il doit faire avec un gouvernement dans lequel tout le monde se dispute et particulièrement les libéraux.

D’ailleurs, Egbert Lachaert voudrait bien faire de l’Open VLD un parti libéral un peu moderne, qui se distinguerait du nationalisme flamand par son ouverture aux enjeux environnementaux et qui, par là, se retrouverait au centre du jeu politique flamand.

Mais il doit faire avec un parti frère, le MR, qui dit qu’il n’y a qu’un seul parti libéral dans le gouvernement et que ce n’est pas l’Open VLD, et dont les médias flamands invitent davantage le président que lui-même. Son parti se retrouve, par là, à la marge du jeu politique flamand. Or, son parti, c’est aussi et surtout le parti plus si fiable de son copain Alexander.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content