photo archives

Manifestation nationale : les syndicats s’engagent à une « démonstration de force »

Le Vif

Les syndicats FGTB, CSC et CGSLB réclament davantage de pouvoir d’achat pour les travailleurs et une modification de la loi sur la norme salariale. Les syndicats ont promis une « démonstration de force », ce lundi à Bruxelles lors de la manifestation nationale. Certains secteurs seront également visés par des arrêts de travail.

Le point de départ de la manifestation, c’est la loi de 1996 qui restreint l’évolution des salaires en Belgique. Ainsi, la marge maximale pour l’évolution du coût salarial avait été fixée à 0,4% pour la période 2021-2022. Les syndicats voudraient voir modifier cette règle d’ici le prochain accord interprofessionnel (AIP) 2023-2024. Cela donnerait aux syndicats une plus grande liberté de négociation dans le contexte actuel de flambée des prix. La Banque nationale de Belgique estime que l’inflation atteindra plus de 8% en Belgique en 2022.

   Notre pays bénéficie bien de l’indexation automatique des salaires, mais ce mécanisme « ne suffit plus », clament les syndicats. Les représentants des travailleurs exigent aussi des solutions structurelles pour comprimer les prix de l’énergie; une hausse du salaire minimum ainsi que de la contribution de l’employeur aux frais de déplacement.

   La manifestation partira à 11h de la gare du Nord à Bruxelles. Pour permettre à tout le monde de rejoindre le lieu de rassemblement, neuf trains supplémentaires seront affrétés par la SNCB.

   Parallèlement à la manifestation nationale, des arrêts de travail ont été annoncés, notamment à la Stib, au TEC et chez De Lijn, dont certaines lignes seront affectées.

   Le personnel de sécurité de l’aéroport de Zaventem débrayera également. En conséquence, Brussels Airport a déconseillé de voyager lundi et Brussels Airlines a annulé la moitié des vols prévus ce jour-là. Des perturbations sont aussi attendues à l’aéroport de Charleroi.

Partner Content