La ministre de la Culture Bénédicte Linard assignée en justice par le Théâtre Le Public (info Le Vif)

Thierry Denoël
Thierry Denoël Journaliste au Vif

Le directeur du Théâtre Le Public vient d’assigner en justice la ministre de la Culture, Bénédicte Linard (Ecolo). Une démarche peu banale: Michel Kacenelenbogen lui reproche une différence de traitements entre lieux culturels dans l’octroi des aides Covid. Explications.

A bientôt 62 ans, le patron du Théâtre Le Public n’a pas sa langue en poche, de moins en moins même. Michel Kacenelenbogen est fâché sur la ministre qui le subventionne et veut le faire savoir. « Croyez-moi, ce n’est pas sans risque de s’attaquer au responsable qui vous subsidie, mais quand on est discriminé, on n’a plus le choix », assène-t-il.

Discriminé ? Le bouillant directeur du théâtre bruxellois vient d’assigner en justice – ce n’est pas banal – la ministre Ecolo Bénédicte Linard, considérant que sa salle était victime d’une différence de traitement par rapport à la majorité des autres lieux culturels et lui demande dès lors de couvrir toutes ses pertes dues à la pandémie, soit un montant complémentaire aux aides déjà reçues de 386 000 euros.

Il est vrai que les théâtres ont beaucoup souffert des confinements successifs et des règles sanitaires strictes dus au Covid, accusant de lourdes pertes de billetterie. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a lancé plusieurs bouées de sauvetage pour les aider, eux et d’autres acteurs culturels, à garder la tête hors de l’eau, en plus des subventions habituelles qui ont été maintenues et du chômage temporaire accordé aux travailleurs. Mais tout le monde n’a pas bénéficié d’aides complémentaires correspondant à la réalité de l’impact de la pandémie. Visiblement, c’est le cas du Public, si l’on en croit les calculs de Kacenelenbogen, qui dit avoir reçu environ 65 % de ce qu’il a demandé comme aides à la FWB, alors que les autres opérateurs ont reçu, eux, en moyenne 89 % de l’aide demandée.

1 million, le plus gros montant d’aide

Il dénonce dès lors une aide partiale de la Ministre Linard, soulignant qu’avant le Covid, près de deux tiers de ses recettes étaient de recettes propres ou autrement dit que ses frais fixes étaient bien supérieurs aux subventions reçues (contrairement à bien d’autres théâtres subventionnés) et que le Covid l’a donc pénalisé davantage. Dès lors, ne pas l’aider proportionnellement à la hauteur de ses pertes est, selon lui, « discriminatoire et injuste ».

Du côté du ministère, on lui a déjà fait savoir qu’il était l’opérateur qui a reçu – et de loin – le plus gros montant d’aide, soit un peu plus d’1 million d’euros depuis le début de la crise sanitaire jusque fin 2021. Lui répond au Vif que son théâtre représente en Fédération Wallonie-Bruxelles environ 20 % de l’emploi des acteurs, mais aussi 20 % de la totalité des spectateurs qui paient leur place dans toute la Fédération et 30 % à Bruxelles.

Pour accréditer l’accusation de différence de traitement par rapport à d’autres, Michel Kacenelenbogen avance une liste de 92 opérateurs culturels qui, sur 208 demandes de recours, ont été retenus pour bénéficier d’une aide de la « cellule de veille » mise en place par la FWB dans le but d’assurer la viabilité de ceux qui risquaient de devoir mettre la clé sous le paillasson. Une liste qui est longtemps restée confidentielle pour des « raisons juridiques », mais que le ministère de la Culture a fini par mettre en ligne, il y a peu, après s’être assuré que rien ne violait les principes de respect de la vie privée et après en avoir informé les opérateurs concernés. Tout le monde peut dès lors maintenant la consulter.

Le directeur du Public dit aussi avoir respecté à la lettre la demande de la Ministre de maintenir au maximum l’emploi artistique et le lien avec le citoyen, notamment en proposant des captations visuelles de ses spectacles, des diffusions sur internet, en organisant, de mai à août 2021, une librairie en ses murs, puis des « retrouvailles » avec son public, grâce à une scène installée sur l’ancien parking du théâtre. Il dénonce aussi la discrimination dont ses spectateurs abonnés font l’objet, car ceux-ci n’ont pas demandé à être remboursés suite à la fermeture des salles de théâtre durant la pandémie.

De son côté, la ministre Linard réagit: « Les accusations de Mr. Kacenelenbogen sont graves et infondées. Le but du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a toujour été de permettre à tous les opérateurs culturels de traverser cette crise, et Le Public a reçu des aides importantes, il le reconnaît lui-même. Cependant, celles-ci sont balisées et encadrées par des procédures claires, transparentes, et validées par l’ensemble du gouvernement, même si cela semble lui déplaire. Toutes les aides et tous les critères sont disponibles en ligne sur culture.be. Je n’ai rien à cacher, et je salue également l’important travail réalisé avec sérieux par l’administration de la culture depuis le début de cette crise. »

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content