Frank Vandenbroucke © Belga

Frank Vandenbroucke: « Si la situation sanitaire se dégradait fortement, le code orange reviendrait sur la table »

Caroline Lallemand
Caroline Lallemand Journaliste

Dans une interview accordée au journal flamand De Morgen, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a tenu à tirer la sonnette d’alarme concernant la campagne de rappel de vaccination qui n’avance pas assez vite.

La fin du CST et le passage en code jaune du baromètre corona suivi par l’éclatement de la guerre en Ukraine a déplacé en arrière-plan la pandémie. Pourtant, même si un retour à la normalité « pré-covid » est bien là, les autorités sanitaires et politiques rappellent que l’épidémie de coronavirus n’est pas (encore) à reléguer aux oubliettes de l’Histoire.

Les contaminations et les hospitalisations qui sont reparties à la hausse ces dernières jours en sont les meilleures preuves. Cette augmentation était toutefois prévisible et les experts ne sont pas alarmistes. Elle ne devrait se manifester que comme « une vaguelette de printemps » sans conséquences majeures sur la mortalité et sur le déroulement de notre vie quotidienne.

La campagne de vaccination fait du sur place

Dans une interview accordée au journal flamand De Morgen, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a cependant tenu à tirer la sonnette d’alarme concernant la campagne de rappel de vaccination qui n’avance pas assez vite. « On est trop tendre avec les résultats de cette campagne. Ils ne sont pas bons, désolés », déclare-t-il.

Après des débuts encourageants, la campagne a en effet ralenti depuis la fin des mesures sanitaires et du Covid Safe Ticket : « Mais on ne doit pas oublier qu’il y a toujours ce virus qui circule. Dans certains hôpitaux, ça devient compliqué. Ce serait bien que les gens le réalisent. Ce n’est pas une raison pour repasser au code orange demain, mais il faut être prudent. Et si la situation se dégrade fortement, le code orange reviendrait sur la table », prévient-il.

Le Ministre de la Santé regrette la mise en pause du Covid Safe Ticket.« Seulement 61 % de la population a eu sa dose booster, c’est environ 75 % des adultes. C’est objectivement trop peu », déplore-t-il dans le quotidien flamand.

Vers une situation endémique

D’autres experts ont aussi tenu à mettre en garde ces derniers jours sur la situation épidémiologique. C’est le cas d’Erika Vlieghe qui déclare qu’elle aurait préféré que nous portions encore des masques dans les endroits bondés, face à la remontée des cas de coronavirus dans la population belge.

Tandis que d’autres pays en Europe, comme l’Espagne depuis ce 28 mars, considère le Covid-19 comme « une maladie courante ». Les personnes potentiellement infectées ne doivent plus s’y faire tester ni s’isoler. Moins virulent mais plus contagieux que le variant Delta, Omicron pourrait devenir, dans un futur proche, une maladie endémique, telle que la grippe.

L’OMS, de son côté émet encore la possibilité en 2022 de l’apparition d’un variant beaucoup plus virulent, tout en rassurant: « Dans le meilleur des cas, nous verrons des variants moins sévères émerger« .

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content