© iStock

Coronavirus: 27 nouveaux cas confirmés en Belgique

Le SPF Santé publique a enregistré 27 nouveaux cas de coronavirus dans notre pays : 16 en Flandre, 2 à Bruxelles et 9 en Wallonie. Cela porte le bilan global à 50.

Selon le SPF Santé, la plupart des nouveaux cas rentraient d’un séjour en Italie, avec des symptômes bénins. Ils sont isolés et reçoivent un traitement à domicile ou à l’hôpital. Le SPF s’attend à ce que le nombre d’infections continue à augmenter.

Un nouveau cas confirmé dans la région de Charleroi

Les analyses de la KULeuven confirment qu’un patient qui s’est présenté spontanément au CHU de Charleroi (site de l’hôpital civil Marie Curie) est positif au Covid-19, annonce l’ISPPC, l’intercommunale de santé publique du pays de Charleroi. Le patient qui revenait de Lombardie a été immédiatement pris en charge par l’équipe soignante. « Cette personne a reçu un masque et a été placée en isolement dans un box éloigné du flux des urgences. Elle a ensuite été renvoyée à son domicile en quarantaine, son état de santé ne suscitant pas d’inquiétude », précise l’ISPPC.

Depuis le début de l’épidémie, le CHU de Charleroi a enregistré plusieurs cas suspects, dont 16 le mardi 3 mars sur ses deux implantations disposant d’un service d’urgences. Mais tous ces patients ont été renvoyés chez eux en quarantaine car leur état de santé ne nécessitait pas une hospitalisation. L’établissement a pris des mesures pour parer à une montée en puissance de la maladie. « Quatre locaux d’isolement ont ainsi été construits au sein des urgences de l’Hôpital Civil Marie Curie. Un plan « biotox » a été mis sur pied, avec des trajets et des locaux réservés aux cas suspects », ponctue l’ISPPC.

Un élève d’une école primaire à Zonhoven testé positif

Un élève de cinquième année d’une école primaire de Zonhoven, dans le Limbourg, fait partie des Belges infectés par le Covid-19. Il était revenu d’un séjour au ski dans le nord de l’Italie. Toute sa famille devra rester en quarantaine pendant deux semaines.

L’élève n’a souffert d’aucun symptôme à son retour d’Italie et s’est donc rendu à l’école lundi. « Il est tombé malade lundi soir », explique la directrice de l’établissement scolaire. « Sa soeur fréquente également notre école, mais elle n’est pas malade. » Les responsables de l’école ont pris contact avec les parents des autres élèves.

Un élève d’une école primaire de Geel infecté

Un élève de l’école primaire Sint-Dimpna de Geel figure parmi les derniers cas confirmés de coronavirus. L’école qui reste ouverte se dit toutefois attentive aux symptômes de la maladie tant chez les élèves que le personnel. L’école ajoute par ailleurs suivre les directives des autorités concernant le coronavirus. « Si votre enfant tombe malade à l’école, il sera éloigné de la classe et ses parents avertis par téléphone », explique l’établissement scolaire dans une lettre adressée aux parents et aux élèves.

« Contactez ensuite votre médecin traitant et demandez-lui une visite à domicile ou un rendez-vous en dehors des heures de consultation. S’il s’avère, après examen, qu’il s’agit d’un cas de contamination, le médecin avertira l’équipe adhoc de l’Agence de Santé qui évaluera les mesures à prendre au sein de l’école. »

Interdire les visites en maison de repos? « Excessif »

Interdire les visites en maison de repos est une mesure « excessive », estime Vincent Fredericq , secrétaire général de la Fédération des maisons de repos (Femarbel). Une maison de repos de Gooik, dans le Brabant flamand, a en effet décidé de ne plus autoriser de visites car un employé aurait été indirectement en contact avec le nouveau coronavirus. Pour l’agence flamande Soins et Santé, ce n’est pas une mesure appropriée.

« Il y a dans les maisons de repos du personnel qualifié et formé depuis des années aux procédures de prévention des maladies contagieuses », tient à rappeler jeudi Femarbel. Les précautions nécessaires en termes d’hygiène et de prévention ont d’ailleurs été rappelées et le personnel est invité à « être encore plus attentif ». La fédération coupole des maisons de repos en appelle « au bon sens des visiteurs », qui sont invités à se laver les mains notamment. Si la situation devait empirer, d’autres mesures pourraient être décidées. « L’essentiel est surtout que les établissements de santé et le personnel soignant aient accès en suffisance au matériel nécessaire à la protection des résidents et des travailleurs », ajoute Vincent Fredericq. Aucune situation critique à ce niveau n’a par ailleurs été constatée.

Interdire les visites « n’est pas la mesure appropriée », estime l’Agence Soins et Santé. Les visites sont en effet importantes pour les résidents. « Si on commence un tel isolement, où cela va-t-il s’arrêter? «  La meilleure chose à faire est de « respecter scrupuleusement les directives », comme se désinfecter et se laver les mains, ou tousser et éternuer dans son coude. « C’est une mesure préventive que nous jugeons utile », réagit de son côté Armonea, qui gère l’établissement de Gooik. « La situation sera évaluée au cas par cas » dans ses maisons de repos.

Partner Content