© Knack

Alexander De Croo est-il un meilleur Premier ministre que Charles Michel ?

Ewald Pironet
Ewald Pironet Ewald Pironet est rédacteur du Knack.

Accession au pouvoir, égo, réalisations… Alexander De Croo (Open VLD) est-il un meilleur Premier ministre que Charles Michel (MR) ? Quel est le bilan du gouvernement De Croo jusqu’à présent ? Réponses avec d’éminents observateurs de la vie politique fédérale.

Quelle était encore la phrase de la légende du basket Michael Jordan citée par Alexander De Croo lors de son entrée en fonction? « Talent wins games, teamwork wins championships ». Le matin du 30 septembre 2020, De Croo se présente devant la presse, aux côtés de l’autre Premier ministre pressenti, Paul Magnette (PS), pour annoncer que sept partis sont parvenus à un accord de coalition 493 jours après les élections. Nous sommes presque deux ans plus tard et dans deux ans au plus tard, les électeurs auront à nouveau leur mot à dire. Le gouvernement De Croo a-t-il gagné des matches et est-il en train de remporter des championnats ?

Knack a comparé la performance du gouvernement Vivaldi d’Alexander De Croo à celle de l’équipe suédoise précédente dirigée par Charles Michel. Bien sûr, la comparaison est toujours difficile et il y a une très grande différence : le gouvernement De Croo a été formé pendant la pandémie de coronavirus et a dû prendre des mesures de confinement sans précédent en temps de paix. Le gouvernement Michel, quant à lui, a dû réagir aux dramatiques attentats terroristes de Bruxelles et de Zaventem et a envoyé des soldats dans les rues, du jamais-vu non plus en temps de paix.

Le gouvernement Michel Ier avait une composition très différente, ce qui rend la comparaison intéressante. Il était clairement de centre-droit, avec seulement quatre partis apparentés, le MR, l’Open VLD, le CD&V et la N-VA. Le gouvernement De Croo a une composition beaucoup plus hétérogène, plutôt de centre-gauche, avec sept partis (MR, Open VLD, PS, SP.A, Ecolo, Groen et CD&V), où les libéraux et les socialistes sont même idéologiquement opposés. Alors que Charles Michel dirigeait une coalition sans majorité en Belgique francophone, Vivaldi ne dispose pas (de justesse) d’une majorité en Flandre.

Une comparaison entre deux équipes qui ont dû jouer sur le même terrain donne plus d’indications qu’une évaluation dans le vide. Et il y a aussi des similitudes entre les deux gouvernements. Pendant des années, les gens se sont plaints qu’un gouvernement ne pouvait pas gouverner correctement parce qu’il était constamment confronté à des élections. Mais les gouvernements Michel et De Croo sont deux gouvernements qui, pour la première fois, pourraient gouverner sans élections intermédiaires et régionales. Un événement unique dans le calendrier électoral belge chargé.

Alexander De Croo

Un bon moyen

Charles Michel et Alexander De Croo sont tous deux nés en 1975, libéraux, fils de politiciens de premier plan. Ils étaient tous deux présidents de parti et sont devenus Premiers ministres – et sont donc allés plus loin que leurs pères. Tous deux sont également devenus Premiers ministres par hasard, et certainement pas parce que leurs partis avaient remporté suffisamment de voix pour prétendre à ce poste. Ils sont devenus Premiers ministres parce que quelqu’un avait dit non merci. En 2014, Bart De Wever (N-VA) n’avait pas envie. Et lorsqu’à la surprise générale, le CD&V a nommé Marianne Thyssen au poste de commissaire européenne, Kris Peeters (CD&V) a vu sa chance d’accéder au poste de Premier ministre lui échapper. C’est donc Charles Michel qui a été nommé. De Croo n’est devenu Premier ministre que parce que Paul Magnette a refusé cet honneur. « Il  s’est vite avéré que ni Michel, ni De Croo ne pouvaient être le grand patron du gouvernement », déclare Carl Devos, professeur en sciences politiques à l’université de Gand. « Ils ont tous deux dû faire face à de puissants Premiers ministres de l’ombre, respectivement De Wever et Magnette. »

« Charles Michel a été une grande déception », déclare Guy Tegenbos, ancien journaliste et chroniqueur pour le quotidien De Standaard. Son gouvernement comptait un certain nombre de ministres très faibles. Et les querelles étaient constantes, notamment entre les partis flamands au pouvoir. Nous pensions à l’époque qu’ils voulaient se faire un nom parce qu’ils visaient le même électorat. Lorsque le gouvernement De Croo a été formé avec des partis qui ne visent pas le même électorat, on s’attendait à ce qu’il fasse preuve de plus de cohésion dans les compromis. Dès le premier jour, cela s’est avéré être une illusion : il n’y a jamais eu aucune cohérence. »

« Alexander De Croo est un politicien doué, que ce soit clair », déclare Rik Van Cauwelaert, chroniqueur à De Tijd et ancien rédacteur en chef de Knack. « Seulement, il n’a pas la stature d’un véritable Premier ministre, parce qu’il ne représente qu’un petit parti au sein du gouvernement. Charles Michel était moins doué. Il était dans la bonne moyenne. Il se tournait vers son père Louis et son clan, ce que De Croo ne fait pas. »

Interrogée sur la comparaison entre les deux politiciens, Linda De Win est à peine plus indulgente pour De Croo que pour Michel. En tant que journaliste de la VRT, elle a parcouru la Chambre pendant des années, et a régulièrement fréquenté des Premiers ministres. « Charles Michel trouvait génial d’être nommé Premier ministre, et d’être appelé ainsi », se souvient-elle. « Devenir Premier ministre et imprimer sa marque a été beaucoup moins facile. Son ego a commencé à croître, et il a réagi de façon brutale à une question acérée d’un journaliste. Son entourage le protégeait de toute critique. Alexander De Croo vit la même chose, mais dans une moindre mesure. Devenir Premier ministre change une personne: ils se sentent tous un peu au-dessus de tout et de tous ».

Le berger du pays

Tout avait pourtant bien commencé pour De Croo. « Il a eu de la chance », dit Tegenbos, « il est arrivé après une période où nous avons connu la plus grande misère. Pendant la pandémie de coronavirus, le gouvernement de la Première ministre Sophie Wilmès (MR), avec Maggie De Block (Open VLD) comme ministre de la Santé, avait fait particulièrement mauvaise figure. Lorsque De Croo est arrivé au pouvoir, il a immédiatement formé un tandem avec son ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) et cela a fonctionné. » Devos : « Après Wilmès, De Croo a été une véritable bouffée d’air frais ».

Même Dave Sinardet, professeur de sciences politiques à la VUB, est élogieux à l’égard de De Croo à cette époque, bien qu’il ait été l’un des signataires du Manifeste d’hiver, très critique à l’égard de la politique du gouvernement en matière de pandémie. « Certaines mesures ont fait l’objet de nombreuses critiques en Europe », déclare Sinardet aujourd’hui. « Mais dans l’ensemble, la crise de coronavirus a été bien gérée par le gouvernement De Croo en Belgique. Le Premier ministre De Croo était un bon gestionnaire de crise et un excellent communicateur« .

Devos : « De Croo a réussi à réunir le Comité de concertation, où siègent tous les gouvernements du pays, ce qui n’avait jamais fonctionné auparavant. Il l’a géré avec sagesse, s’est entouré d’experts et de Vandenbroucke, et a obtenu une ligne dans la politique du coronavirus. Et il ne s’est pas trop mis en avant, il a laissé les autres briller. C’est là qu’il a livré sa meilleure performance. Il a apporté le calme à un pays qui était devenu la proie de la peur et de la nervosité. Il s’est transformé en berger et présentait des éléments d’un homme d’État ».

Renouvellement politique

A peine la crise du coronavirus en grande partie passée, l’étoile du Premier ministre De Croo a pâli. Son gouvernement avait promis dès le départ de préparer pour 2030, c’était l’horizon. Lorsqu’il n’y avait plus d’excuses pour ne pas commencer le grand chantier, les choses ont mal tourné. Les belles-mères ont commencé à s’immiscer de plus en plus, le président du MR, Georges-Louis Bouchez, étant le plus grand quérulant. Dans ces moments de tension, De Croo a prouvé qu’il n’était pas un chef de gouvernement de la trempe de Jean-Luc Dehaene ou Guy Verhofstadt, des Premiers ministres qui ont tapé sur la table et indiqué clairement la direction à suivre. « De Croo et Michel ne sont pas des animaux politiques qui tirent et poussent jusqu’à ce qu’il y ait un accord », dit Sinardet. « Il est certain que De Croo est plus un gestionnaire qu’un politicien inspiré. Il avance très prudemment, sans imprimer clairement sa propre marque. »

Devos rejoint Sinardet. Il a vu le « pire » il y a quelques semaines, lorsque le président du PS, Magnette, ainsi que son vice-premier ministre et ministre de l’Emploi et de l’Economie, Pierre-Yves Dermagne, ont donné une conférence de presse sur les nouvelles mesures relatives au pouvoir d’achat qu’ils estiment devoir être mises en place. Devos : « Si son président veut donner une conférence de presse, c’est bien, mais le vice-premier ministre ne devrait pas être là. Dermagne travaille pour le gouvernement et le pays, pas pour le PS. Il a discrédité le gouvernement en demandant une révision de l’accord de coalition en dehors du gouvernement ».

Réforme des pensions

Autre exemple douloureux, la proposition de Karine Lalieux (PS), en septembre dernier, d’une réforme des retraites. Elle a été annoncée longtemps à l’avance, car au début de l’automne le gouvernement De Croo entamerait les grandes réformes post-pandémie. Malheureusement, dans les journaux, Lalieux a lancé certaines propositions qui n’avaient même pas encore été discutées avec les partenaires de la coalition. « C’est d’ailleurs typique de la façon dont les gouvernements travaillent depuis un certain temps », déclare Rik Van Cauwelaert. Les ministres se considèrent comme les seigneurs et les maîtres de leur propre domaine de compétence. Les partenaires de la coalition n’ont plus rien à y faire une fois les pouvoirs distribués. Alexander De Croo ne parvient pas à les en empêcher. »

Pourtant, dans l’accord de coalition, le Premier ministre et ses ministres avaient annoncé à grands cris qu’ils feraient de la politique d’une manière nouvelle, plus précisément qu’il y aurait un renouveau politique. L’accord de coalition énumère tous les éléments susceptibles d’être améliorés, du système électoral au financement des partis en passant par la réforme du Sénat. « Rien n’en est sorti », observe Devos. « Le Premier ministre a échoué à cet égard, car il s’agit d’une priorité absolue. De Croo lui-même aurait dû veiller à ce que ce soit réalisé. Il m’a beaucoup déçu à cet égard. »

« Il est devenu quelque peu risible de lire aujourd’hui comment Alexander De Croo a cité son idole sportif Jordan sur l’importance d’une équipe », a déclaré Sinardet. « Tout ce qu’a dit le Premier ministre au début de la Vivaldi était justifié. Le ton était juste, car les gens en ont vraiment assez des querelles politiques. C’est pourquoi il est si décevant que ce gouvernement n’ait absolument rien appris des chamailleries du cabinet Michel« .

Cela a commencé avec la formation du gouvernement. Il y avait eu toutes sortes de belles déclarations sur la « réduction de la taille du gouvernement ». De Croo a évoqué un « gouvernement austère de 10 ministres ». Il se compose d’un Premier ministre, de 14 ministres et de 5 secrétaires d’État. Il faut remonter à 2009 pour trouver un gouvernement avec plus de membres : le gouvernement Leterme II était composé d’un Premier ministre et de 14 ministres (le maximum légal), de 7 secrétaires d’État et d’un commissaire du gouvernement. Cela représente 23 membres du gouvernement, soit autant que son prédécesseur, le gouvernement Van Rompuy.

La réduction du nombre de cabinets et de membres de cabinet n’a rien donné non plus. Comme le gouvernement De Croo compte sept vice-premiers ministres, le nombre de cabinets est également plus élevé. En effet, un vice-premier ministre a deux cabinets : un en tant que ministre  compétent (par exemple, Finances ou Justice) et un en tant que vice-premier ministre (pour les Affaires générales). Le nombre de membres de cabinet est également passé à 832, alors que le gouvernement Michel en comptait 769 au maximum. Le résultat ? Le coût est passé de 56 à 68 millions d’euros par an, ce qui rend le gouvernement De Croo presque un quart plus cher. Dès le premier jour, les belles paroles sur le renouvellement politique se sont révélées des promesses vides.

Le Premier ministre absent

Entre-temps, le Premier ministre De Croo est d’autant plus présent sur le forum international. Devos: « En tant que chef de gouvernement, il s’est déjà profilé sur le plan international, et maintenant qu’il a repris un certain nombre de compétences de la ministre des Affaires étrangères Wilmès, il peut se montrer encore davantage ».

« Ses performances internationales m’ont positivement surpris », déclare Guy Tegenbos. « Il impressionne, il prononce des discours passionnés, il sait comment manœuvrer son public. C’est son biotope. À l’étranger, De Croo est capable de dissimuler que ce pays est décousu. Pour moi, c’est chaque jour plus clair : comme Michel, il espère une carrière internationale. Ce n’est peut-être pas un hasard si Michel et De Croo ont tous deux été ministres de la Coopération au développement, où, bien sûr, de nombreuses graines sont plantées pour les contacts internationaux.

« Il est fort dommage que la plupart des Premiers ministres en Belgique considèrent leur poste comme un tremplin vers une carrière internationale », estime Van Cauwelaert. « Nous le voyons à nouveau aujourd’hui: De Croo pense que notre pays devrait consacrer 2 % de son PIB à la Défense. La Belgique n’a jamais réussi. Et je n’ai pas encore rencontré le premier politicien qui ait une vision de ce que nous devrions faire avec cet argent et de la manière dont nous devrions développer une armée. Il veut juste pouvoir s’en servir comme une carte de visite. »

Avec une guerre aux frontières de l’Europe, ce n’est pas un luxe d’avoir un Premier ministre qui connait son chemin sur la scène internationale. Mais cela peut donner l’impression qu’il s’intéresse moins aux problèmes de son pays. « Alors que De Croo se profilait sur la scène internationale, il était souvent absent au niveau national », dit Sinardet. « Son gouvernement ne va pas pourtant vraiment pas bien. On attendrait d’un Premier ministre qu’il prenne ses responsabilités dans un moment pareil et qu’il essaie de redynamiser les choses. Il semble s’en être rendu compte. »

La méthode De Croo

Il reste donc à voir si les grandes réformes promises par le gouvernement De Croo se concrétiseront. La déception à l’égard du gouvernement actuel et des gouvernements précédents porte sur un petit nombre de grands dossiers où aucun progrès n’est réalisé : les retraites, le marché du travail et la fiscalité. « De nombreux experts plaident encore aujourd’hui en faveur de réformes indispensables. Cela signifie que le gouvernement Michel n’a pas réussi à faire beaucoup de progrès. Sinon, cet appel ne serait pas aussi fort aujourd’hui », déclare Sinardet.

Le Premier ministre Michel et son gouvernement ont pris l’habitude de conclure de grands accords où les décisions les plus divergentes étaient liées en un seul grand compromis. En 2015, ils ont conclu le fameux tax shift, en 2017 un accord d’été, à l’été 2018 ils ont réalisé un autre job deal sur les réformes du marché du travail. Tous avaient beaucoup de points faibles, mais le Premier ministre Michel se félicitait à chaque conférence de presse.

Charles Michel

« Michel a réalisé un ‘tax shift’ », déclare Carl Devos. « Oui, c’était très compliqué et cela a laissé un trou dans le budget, mais son gouvernement nous a laissé ce tax shift. Qu’est-ce que le gouvernement De Croo laisse derrière lui? Pour l’instant, je ne sais pas quoi dire.« 

Tout le monde n’est pas aussi enthousiaste à l’égard de ce tax shift. Un travail bâclé, estime Van Cauwelaert. « Le gouvernement Michel n’a fait que compliquer notre système fiscal et introduire des réductions d’impôts qui n’ont pas été financées. C’est aussi la raison pour laquelle le gouvernement De Croo avait une opportunité de mettre enfin en œuvre une réforme fiscale juste et sensée. Une telle réforme est très importante, également à la lumière d’une réforme de l’État que le gouvernement dit préparer ».

Alexander De Croo a déjà essayé à plusieurs reprises de rallier le noyau dur de son cabinet autour d’un grand accord : l’accord sur le travail de ce printemps en est l’exemple le plus récent. Ce faisant, non seulement le monde extérieur mais souvent aussi les partenaires de la coalition sont restés insatisfaits. C’est dû en partie à la méthode De Croo. Michel négociait lors de séances privées séparées avec ses vice-premiers ministres et a exploré le terrain avec une lenteur désespérante. Puis, lors de négociations nocturnes, il surprenait et concluait un accord qui était ensuite annoncé de manière très volontariste. De Croo se voit reprocher de mener des négociations trop chaotiques. Elles doivent être préparées « plus rigoureusement », déclare le président du PS Magnette devant les caméras de télévision. Souvent, il n’y a pas de texte, pas même sur les accords qui sont négociés.

« De Croo ne parvient même pas à tenir en respect son parti frère francophone », juge Linda De Win. « C’est pourquoi, même dans les petits dossiers, aucune décision n’est prise. Tout le monde estime que la réduction de la contribution sociale des joueurs de football est injuste et que les publicités pour les jeux d’argent devraient être mieux encadrées. Malheureusement, un seul brouilleur suffit à faire disparaître ces dossiers sans solution. Et une telle équipe permettrait de faire des percées dans les grands dossiers ? Je ne vois pas comment ce gouvernement pourrait se mettre d’accord sur un dossier comme la réforme des retraites ».

Tomorrowland

Le Premier ministre lui-même semble se rendre compte que son gouvernement n’est plus en mesure de prendre des décisions importantes. Ou du moins, il se rend compte qu’il faut agir pour restaurer la confiance dans son équipe. De Croo a récemment annoncé qu’il souhaitait conclure un grand accord d’été. Il n’est pas certain qu’il ait à l’esprit une répétition de l’accord d’été de Michel. La critique de cet accord a été implacable. Même au sein de la propre majorité : Eric Van Rompuy, du CD&V, s’est fait un plaisir de souligner l’insuffisance du financement. Mais il a amené le gouvernement Michel à Tommorowland un jour d’été 2017, où l’on les voit apparaître, pas très à l’aise, sur des photos de groupe. Il est possible qu’on revoie ces photos cet été.

En tout cas, l’ambition ne manque pas. Toute une série de projets ont été promis : une augmentation du budget de la défense à 2 % du PIB, des mesures pour sauvegarder le pouvoir d’achat et la compétitivité, un nouvel accord sur le travail, des négociations avec Engie pour maintenir les centrales nucléaires ouvertes plus longtemps, davantage de ressources pour la justice et la police et une réforme des retraites.

« Je pense que c’est bien que le Premier ministre De Croo et son gouvernement veuillent se lancer, » dit Devos. « Mais je trouve décevant qu’ils choisissent à nouveau d’éviter tout risque. Pourquoi n’ont-ils pas inclus la réforme fiscale ? Pourquoi ne pas examiner sérieusement le budget et le parcours budgétaire? C’est le travail et la mission du Premier ministre de les actualiser. S’il ne parvient pas à mettre ces questions sur la table, il échoue en tant que politicien ».

« J’espère que cette relance sera couronnée de succès », déclare Linda De Win. « Ce serait bon pour le pays. Parce que sinon? Lorsque j’entends Sammy Mahdi dire à la télévision que le CD&V a besoin d’un nouveau président pour préparer des élections anticipées, je frémis. Seul un grand accord estival pourrait offrir une porte de sortie. Mais malheureusement, je ne vois pas où le PS et le MR peuvent encore se retrouver dans cette coalition. J’ai l’air très sombre, n’est-ce pas ? »

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content