© Belga

Afghanistan: la Belgique n’a pas encore décidé quand elle arrêterait son opération d’évacuation

La Belgique n’a pas encore établi de date de fin de son opération « Red Kite » d’évacuation d’Afghanistan. La situation est évaluée « heure par heure », a indiqué le Premier ministre, Alexander De Croo.

Plusieurs pays occidentaux, dont la Belgique, ont invité les États-Unis à prolonger sa présence à l’aéroport de Kaboul au-delà du 31 août pour poursuivre les opérations d’évacuation. La France a fait savoir qu’elle mettrait fin à son opération dès jeudi si les Américains se retirent comme prévu à cette date. Un sommet du G7 consacré à la situation en Afghanistan se tient à la demande de la Grande-Bretagne mais le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, a déjà indiqué qu’une prolongation au-delà de cette date était peu probable.

« Nous analysons la situation. Cela dépendra du nombre de personnes qui ont encore le droit d’être rapatriées et du délai durant lequel la sécurité peut encore être garantie », a expliqué M. De Croo, interrogé mardi par l’Agence Belga.

Les rapatriements continuent à se dérouler dans des conditions difficiles et périlleuses. « Mais, malgré les circonstances chaotiques, je veux remercier nos gens sur place pour leur travail incroyable. Ils travaillent jour et nuit« , a souligné M. De Croo, avant de préciser que les renforts envoyés l’ont été « par précaution ». La Belgique, comme les autres pays, concentre son action sur l’aéroport et ne procède pas à des exfiltrations en dehors de cette zone. « Nous utilisons beaucoup de méthodes pour aider les gens à atteindre le mieux possible l’aéroport », a-t-il ajouté.

Partner Content