Tout sur subsides

Le ministre de tutelle de la Loterie Nationale, Hervé Jamar, va publier jeudi l'arrêté royal portant sur la répartition des subsides de la Loterie pour 2015. Cette année, 206 millions d'euros sont redistribués sous forme de subsides, indiquent les journaux de Sudpresse.

En 2011, la Région wallonne décidait de soutenir 8 nouveaux lieux de travail collaboratifs. Près de 2 millions d'euros devaient y être alloués. Après trois ans de fonctionnement, les espaces peinent à être viables.

Ils ont bâti leur business sur le dédale des aides publiques. En Wallonie comme à Bruxelles, les chasseurs de primes séduisent des milliers d'entreprises lassées par les démarches administratives. Les Régions, elles, entendent mettre fin aux abus des vampires du secteur.

La Ville de Verviers, qui avait demandé 77 millions d'euros dans le cadre de l'appel à projets 2014-2020, dont 22 millions pour le grand théâtre et 26 millions pour le projet du Grand Bazar, n'a obtenu que 8 millions dans le cadre de l'axe 5, financé par le GRE, pour le projet Ville Conviviale et 1,5 million pour trois dossiers annexes.

Quand Isabelle Simonis, ministre de la Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles, octroie 142 000 euros de subsides aux organisations de jeunesse sans suivre l'avis du secteur, des fédérations soupçonnent un partage politisé.

Entre 2007 et 2013, l'Europe a distribué 1,8 milliard d'euros à la Belgique dans le cadre de son méga programme pour la recherche et le développement. La Wallonie en a obtenu moins de 15%, tandis qu'à elle seule, l'Université de Louvain (KUL) a reçu 263 millions d'euros. A peu près autant que tous les acteurs wallons réunis, relève L'Echo samedi.

Bombardée à la Culture par un Elio Di Rupo parieur, Fadila Laanan fêtera l'an prochain une décennie de règne. Sur le plan politique, elle n'a pourtant guère pesé. Et dans les milieux culturels, elle laisse surtout un paquet d'ennemis. De 2004 à 2012, son administration a distribué près de 36 000 subsides. Le Vif/L'Express les a examinés un à un. Voici donc les chouchous du monde culturel francophone.

Certaines communes croulent sous les subsides régionaux et fédéraux. D'autres pas. En exclusivité, Le Vif/L'Express révèle les chiffres du déséquilibre.

Le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (Mrax) pourrait se voir bientôt amputé d'une grande partie de ses subsides, venant d'Actiris et de la Communauté française, révèle jeudi le journal Le Soir.