Tout sur Seraing

La Belgique compte 2,2 millions de ménages constitués d'isolés ou de familles monoparentales, soit plus d'un demi-million de plus qu'il y a 20 ans. Ces deux catégories représentent ensemble 45% des ménages dans notre pays, ressort-il des chiffres publiés mercredi par Statbel, l'office belge de statistiques, sur base des données population au 1er janvier 2019.

L'ancien Parlement de la Communauté française de Belgique a voté un décret transférant la responsabilité de son enseignement. Ce Parlement a transféré cette responsabilité (ainsi que le patrimoine immobilier associé !) de son gouvernement à un Conseil d'Administration d'un organisme d'intérêt public (OIP). Tout cela sous l'ancienne législature (PS CDH) durant le premier semestre 2019. Avait-il le choix ? Oui. Car d'autres options existent.

Alain Mathot a introduit une requête en dessaisissement de la justice liégeoise pour cause de suspicion légitime dans l'affaire Intradel-Uvelia. L'affaire, qui devait être examinée mercredi par la chambre du conseil de Liège, dans le cadre de la procédure de renvoi devant le tribunal correctionnel de Liège, a été reportée au 13 septembre. La recevabilité de la requête de dessaisissement sera examinée le 7 août par la cour de cassation.

Le parquet de Liège veut à nouveau renvoyer l'ancien député-bourgmestre de Seraing Alain Mathot (PS) en correctionnelle dans le cadre du dossier de corruption Intradel/Inova, rapportent plusieurs quotidiens samedi. L'ancien député socialiste, non réélu, ne bénéficie plus de l'immunité parlementaire qui le protégeait jusqu'ici.

Le député fédéral et ex-bourgmestre de Seraing Alain Mathot (PS) est suspecté de blanchiment d'argent à la suite de l'achat d'une villa à 475 000 euros sur une île thaïlandaise. Une instruction judiciaire a été ouverte par le parquet général de Liège qui s'interroge sur l'origine des fonds ayant permis cette acquisition il y a trois ans.

Seraing abandonne son projet d'Eros Center. Victime du harcèlement des féministes sectaires. Victime aussi de l'hypocrisie de certains "progressistes" qui veulent faire disparaître les travailleuses du sexe de l'espace public. Plus que jamais, la gauche doit défendre les droits des prostituées.