Tout sur Frédéric Van Leeuw

Cour d'assises, stop ou encore ? En vue du mégaprocès des auteurs des attentats de Bruxelles, le 22 mars 2016, le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw et le président du Collège des procureurs généraux Erwin Dernicourt ont relancé le débat sur le jury populaire. Ils veulent le supprimer. Inconcevable pour Philippe Morandini, premier président de la cour d'appel de Mons, qui a présidé plus de quarante cours d'assises.

Le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw "reste attentif" face au terrorisme en Belgique, en particulier celui qu'il qualifie d'"inspiré", comme chez les personnes radicalisées devant leur ordinateur, explique-t-il dans les titres Supresse jeudi.

Deux hommes djihadistes belges qui étaient emprisonnés dans le nord-est de la Syrie ont pu s'échapper, selon les informations communiquées par le directeur de l'Organe de Coordination et d'Analyse de la Menace (OCAM), Paul Van Tigchelt, devant la commission des Relations extérieures de la Chambre. L'un d'entre eux a été condamné par défaut pour terrorisme en Belgique.

Ayant terminé leur enquête sur les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016, les juges d'instruction ont remis ce vendredi leur dossier dans les mains du procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, selon une information du quotidien La Libre Belgique confirmée par Eric Van Duyse, le porte-parole du parquet fédéral.

Depuis 2003, neuf incriminations en lien avec le terrorisme ont été introduites dans le droit pénal belge. Plusieurs "ne respectent pas les exigences fondamentales de clarté et de précision imposées par le principe de légalité, qui vise à assurer la prévisibilité de l'application de la loi pénale", affirme le Comité de vigilance en matière de lutte contre le terrorisme (Comité T) dans son dernier rapport présenté mardi au Sénat.