Tout sur Bolivie

Liban, Chili, Hong Kong, Catalogne... L'occupation récurrente des rues par des manifestants pourrait donner le sentiment de l'imminence, en ces temps de vide d'hégémonie mondiale, d'une insurrection des peuples contre les gouvernants et les élites.

L'ex-président bolivien Evo Morales peut rentrer dans son pays depuis son exil mexicain, mais il devra "répondre devant la justice" d'irrégularités lors de la présidentielle du 20 octobre et d'"accusations de corruption", a affirmé vendredi la présidente bolivienne par intérim Jeanine Añez.

Nomination d'un gouvernement, convocation d'élections: dans une Bolivie encore secouée par des manifestations, la présidente par intérim Jeanine Añez tentait mercredi de combler le vide politique laissé par le départ d'Evo Morales, qui s'est déjà dit prêt à rentrer pour "apaiser" la situation.

L'ex-président bolivien Evo Morales, qui s'est dit menacé, était à bord d'un avion militaire mexicain dans la nuit de lundi à mardi pour rejoindre le Mexique où il a obtenu l'asile, alors que l'armée bolivienne a annoncé vouloir prêter main forte à la police pour ramener l'ordre.

Le commandant en chef de l'armée bolivienne, le général Williams Kaliman, a demandé dimanche au président Evo Morales, confronté depuis trois semaines à une vague de contestation contre sa réélection, de démissionner "pour le bien de la Bolivie".

Des incendies "d'une intensité jamais vue" font rage au Pantanal, plus grande zone humide de la planète et réservoir exceptionnel de biodiversité, a annoncé jeudi le gouvernorat de l'Etat du Mato Grosso do Sul, jugeant la situation "critique".

La réélection contestée du socialiste Evo Morales, à la tête de la Bolivie pour un quatrième mandat, soulève des questions sur le futur de la Bolivie. Va-t-elle devenir un régime autoritaire isolé sur la scène internationale, comme celui de Nicolas Maduro au Venezuela ?

Après de violents incidents dans la nuit, la Bolivie se préparait mardi à vivre une nouvelle journée de tension après les derniers résultats électoraux qui donnent le président sortant Evo Morales vainqueur au premier tour, dans un revirement inexpliqué dénoncé par son opposant et les observateurs.