"Si le pôle Nord magnétique bougeait auparavant de 5 à 10 km par an, on comptabilise désormais un mouvement de 50 à 60 km chaque année. À présent, il se dirige rapidement vers la Sibérie", constate Ciaran Beggan, un géophysicien au British Geological Survey d'Edimbourg. "Les anciens journaux de bord des navires nous ont appris qu'au cours des 400 dernières années, le pôle Nord magnétique est toujours resté aux alentours du Canada. Jusqu'aux années 1900, il a peut-être parcouru des dizaines de kilomètres, tout au plus ", explique-t-il. Et pourtant, "au cours des 50 dernières années, le pôle a commencé à se déplacer vers le nord et, ces 30 dernières années, il a même commencé à prendre de la vitesse".

Le Modèle magnétique mondial mis à jour

Pour déterminer les mouvements des pôles magnétiques de la Terre, la communauté scientifique utilise le Modèle magnétique mondial qui suit leurs différentes positions. Ce modèle est normalement mis à jour tous les 5 ans, la prochaine étant prévue pour 2020. Date qui a cependant été avancée en raison des récents mouvements du pôle Nord magnétique. "Nous nous sommes rendu compte que les erreurs dans le modèle étaient devenues trop importantes, le rendant donc inutile", déclare Ciaran Beggan.

Or, ce modèle est essentiel dans la navigation. Le pôle errant affecte principalement les outils utilisés en mer. En cas de systèmes GPS défectueux, les pilotes de navires (mais aussi d'avion) doivent se tourner vers la boussole classique pour se guider et ont donc besoin d'une carte à jour sur leur ordinateur de bord. Même les smartphones et les voitures utilisant la navigation satellite emploient une carte similaire basée sur le Modèle magnétique mondial.

Déplacement du pôle Nord magnétique depuis 1904. © National Centers for Environmental Information

Un courant responsable du déplacement du pôle

Les récents mouvements du pôle Nord magnétique seraient dus à la formation d'un courant étroit, semblable au courant-jet atmosphérique, dans le noyau externe de la Terre (connu pour sa nature liquide). Ce noyau de fer est effet si chaud qu'il coule à 3 000 km sous la surface de la Terre, créant ainsi un champ magnétique.

" Le pôle Nord magnétique est pris dans ce courant qui le propulse en direction de la Sibérie", explique le chercheur Beggan. Pour ce qui est du pôle Sud, la situation est différente : il se déplace beaucoup plus lentement que le Nord, car le noyau externe bouge d'une autre manière.

Actuellement, le champ magnétique terrestre s'affaiblit progressivement, une situation qui laisse penser que ce champ va finir par s'inverser : le pôle Nord et le pôle Sud changeant alors de place comme un aimant qui se retourne. "La question n'est pas de savoir si cela va s'inverser, mais plutôt quand", avait même déclaré Daniel Lathrop, géophysicien à l'Université du Maryland. Un tel retournement ne serait évidemment pas instantané, mais prendrait au moins 1000 ans.

Ce n'est pas la première fois que les pôles s'inversent. Phénomène récurrent, on estime que le champ terrestre a déjà changé environ 300 fois ces 200 derniers millions d'années. Selon Beggan, tous ces mouvements sont donc tout à fait naturels. À long terme, le mouvement de champ magnétique pourrait même devenir perceptible, car il affecterait les endroits où les aurores boréales sont visibles. L'aurore est en effet concentrée en un anneau autour du pôle Nord magnétique. Donc si le pôle bouge, l'aurore le suivra.