Mais "être en meilleure santé" n'est pas un concept figé, rappelle le Time. Bien que certains concepts résistent à l'épreuve du temps - manger des fruits et des légumes, dormir beaucoup, faire de l'exercice quand vous le pouvez - d'autres tendances vont et viennent.

Pour le prouver, le Time a fait un retour en arrière sur les conseils de santé prédominants en 2010 et sur la façon dont ils ont évolué jusqu'en 2020.

Bien manger en 2010

En décembre 2010, le ministère américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) a publié une version de ses Directives alimentaires fédérales pour les Américains. Parmi les recommandations de longue date, comme la consommation de fruits et de légumes et de beaucoup de céréales complètes, les lignes directrices recommandaient également aux Américains de limiter les graisses saturées à 10 % de l'apport calorique journalier, d'augmenter la consommation de produits laitiers peu gras et de limiter le cholestérol à 300 milligrammes par jour.

La culture pop joue également un rôle important dans les recommandations. 2010 a été une année record pour les régimes à la mode. Plusieurs d'entre eux, assez curieusement, impliquaient de ne pas manger d'aliments solides. Les jus de fruits étaient partout, et le "Baby Food Diet" a fait son apparition sur Internet, encourageant les adeptes à remplacer le petit-déjeuner, le déjeuner et les collations par des petits pots destinés aux bébés.

Bien manger en 2020

Alors que la science de la nutrition a beaucoup évolué tout au long de la décennie, la version suivante des Directives alimentaires, publiée en décembre 2015 et destinée à durer jusqu'en 2020, comportait relativement peu de changements significatifs. Pour la première fois, le Département de la santé a proposé un plafond spécifique pour les sucres ajoutés (moins de 10 % des calories journalières), officialisant la guerre contre le sucre qui a éclaté dans les années 2010, déclenchée par l'augmentation des taux d'obésité et de diabète. Elle remplace alors la guerre contre le gras qui a eu lieu dans les années 1980 et 1990.

Entre-temps, les lignes directrices ont éliminé le plafond recommandé pour le cholestérol, mettant plutôt l'accent sur la nécessité d'éviter les gras saturés et les gras trans, tout en continuant de préconiser des conseils sur les produits laitiers faibles en gras, ce qui a suscité la controverse en 2015. Au fur et à mesure que la phobie des graisses s'estompe, un certain nombre d'études a suggéré qu'un régime riche en graisses pourrait en fait prévenir l'obésité et le diabète en équilibrant la glycémie et en stimulant la satiété. Au fur et à mesure de la réhabilitation des graisses, on est passé d'un type de régime extrême (à base de jus) à un autre : des repas riches en viande comme le régime cétogène, qui élimine pratiquement tous les glucides pour que l'organisme puisse puiser son énergie dans les graisses.

Mais le changement le plus radical depuis 2010 est la façon dont on perçoit les régimes amaigrissants. Les années 2010 ont vu un changement majeur dans la façon dont les gens - et les médias - parlent de la santé, l'accent mis sur la perte de poids et la minceur ayant commencé à céder la place (mais pas complètement) aux idéaux de force, de santé holistique et de positivité corporelle. Ainsi, la tendance d'une "saine alimentation" et d'un système digestif sain prend le pas sur les régimes amincissants.

Boire de l'alcool en 2010

Comme les années précédentes, les lignes directrices fédérales sur l'alimentation de 2010 recommandaient aux adultes qui boivent de le faire avec modération - ce qui, selon le HHS, signifie un verre ou moins par jour pour les femmes et deux verres ou moins par jour pour les hommes - et certains médecins encourageaient même une consommation modérée, en particulier le vin rouge, pour ses propriétés anti-âge et saines pour le coeur.

Boire de l'alcool en 2020

Sur le papier, cette recommandation est valable jusqu'en 2020, mais le discours a commencé à changer en 2018 et 2019. Plusieurs études importantes publiées au cours de ces années suggèrent qu'il n'existe pas de quantité sûre d'alcool et que le risque accru de maladies comme le cancer et l'obésité associés à l'alcool l'emporte sur ses bienfaits cardiovasculaires possibles. L'automédication, de pleine conscience et de bien-être ont également convergé pour produire un changement de comportement par rapport à la consommation excessive d'alcool, surtout chez les moins de 35 ans. Les fabricants de boissons ont réagi en conséquence, en proposant un grand nombre d'options sans alcool ou à faible teneur en alcool.

Faire du sport en 2010

En 2010, faire de l'exercice signifiait pratiquer l'endurance. De nouveaux livres et de nouvelles études ont mis en avant le fitness "paléo" (une pratique physique qui encourage de bouger comme les premiers hommes) et la course à pieds nus. Les camps d'entraînement ultra-intenses ont commencé à avoir du succès. Plus discrètement, le yoga a continué son ascension après avoir été introduit aux États-Unis des décennies plus tôt.

Le CrossFit, un programme d'entraînement notoirement intense, est également devenu un phénomène à part entière. Les plus récentes lignes directrices fédérales sur l'activité physique de l'époque, publiées en 2008, semblaient appuyer l'adage "le plus, le mieux" en matière d'exercice. Bien que les lignes directrices indiquent que tous les exercices sont bénéfiques, elles encouragent 150 minutes ou plus d'exercices hebdomadaires modérément intenses par tranche de 10 minutes ou plus.

Faire du sport en 2020

Alors que les cours de fitness, le CrossFit et les camps d'entrainement sont toujours à la mode, la communauté scientifique commence à mettre au goût du jour de nouvelles pratiques. De nombreuses études ont démontré que de courtes périodes d'activité physique, même à faible intensité, peuvent prolonger l'espérance de vie et prévenir certaines maladies chroniques, et ce, tout aussi bien que les exercices plus intenses et plus longs. La dernière mise à jour des lignes directrices fédérales sur l'activité physique, en 2018, reconnaît que tout exercice est préférable à aucun, même s'il ne dure que quelques minutes. Ce n'est pas par hasard que des lieux destinés à la sieste, à la méditation et au yoga, ont commencé à apparaître dans les villes au cours des dernières années de la décennie.

Mais "être en meilleure santé" n'est pas un concept figé, rappelle le Time. Bien que certains concepts résistent à l'épreuve du temps - manger des fruits et des légumes, dormir beaucoup, faire de l'exercice quand vous le pouvez - d'autres tendances vont et viennent. Pour le prouver, le Time a fait un retour en arrière sur les conseils de santé prédominants en 2010 et sur la façon dont ils ont évolué jusqu'en 2020.En décembre 2010, le ministère américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) a publié une version de ses Directives alimentaires fédérales pour les Américains. Parmi les recommandations de longue date, comme la consommation de fruits et de légumes et de beaucoup de céréales complètes, les lignes directrices recommandaient également aux Américains de limiter les graisses saturées à 10 % de l'apport calorique journalier, d'augmenter la consommation de produits laitiers peu gras et de limiter le cholestérol à 300 milligrammes par jour.La culture pop joue également un rôle important dans les recommandations. 2010 a été une année record pour les régimes à la mode. Plusieurs d'entre eux, assez curieusement, impliquaient de ne pas manger d'aliments solides. Les jus de fruits étaient partout, et le "Baby Food Diet" a fait son apparition sur Internet, encourageant les adeptes à remplacer le petit-déjeuner, le déjeuner et les collations par des petits pots destinés aux bébés. Alors que la science de la nutrition a beaucoup évolué tout au long de la décennie, la version suivante des Directives alimentaires, publiée en décembre 2015 et destinée à durer jusqu'en 2020, comportait relativement peu de changements significatifs. Pour la première fois, le Département de la santé a proposé un plafond spécifique pour les sucres ajoutés (moins de 10 % des calories journalières), officialisant la guerre contre le sucre qui a éclaté dans les années 2010, déclenchée par l'augmentation des taux d'obésité et de diabète. Elle remplace alors la guerre contre le gras qui a eu lieu dans les années 1980 et 1990.Entre-temps, les lignes directrices ont éliminé le plafond recommandé pour le cholestérol, mettant plutôt l'accent sur la nécessité d'éviter les gras saturés et les gras trans, tout en continuant de préconiser des conseils sur les produits laitiers faibles en gras, ce qui a suscité la controverse en 2015. Au fur et à mesure que la phobie des graisses s'estompe, un certain nombre d'études a suggéré qu'un régime riche en graisses pourrait en fait prévenir l'obésité et le diabète en équilibrant la glycémie et en stimulant la satiété. Au fur et à mesure de la réhabilitation des graisses, on est passé d'un type de régime extrême (à base de jus) à un autre : des repas riches en viande comme le régime cétogène, qui élimine pratiquement tous les glucides pour que l'organisme puisse puiser son énergie dans les graisses.Mais le changement le plus radical depuis 2010 est la façon dont on perçoit les régimes amaigrissants. Les années 2010 ont vu un changement majeur dans la façon dont les gens - et les médias - parlent de la santé, l'accent mis sur la perte de poids et la minceur ayant commencé à céder la place (mais pas complètement) aux idéaux de force, de santé holistique et de positivité corporelle. Ainsi, la tendance d'une "saine alimentation" et d'un système digestif sain prend le pas sur les régimes amincissants. Comme les années précédentes, les lignes directrices fédérales sur l'alimentation de 2010 recommandaient aux adultes qui boivent de le faire avec modération - ce qui, selon le HHS, signifie un verre ou moins par jour pour les femmes et deux verres ou moins par jour pour les hommes - et certains médecins encourageaient même une consommation modérée, en particulier le vin rouge, pour ses propriétés anti-âge et saines pour le coeur.Sur le papier, cette recommandation est valable jusqu'en 2020, mais le discours a commencé à changer en 2018 et 2019. Plusieurs études importantes publiées au cours de ces années suggèrent qu'il n'existe pas de quantité sûre d'alcool et que le risque accru de maladies comme le cancer et l'obésité associés à l'alcool l'emporte sur ses bienfaits cardiovasculaires possibles. L'automédication, de pleine conscience et de bien-être ont également convergé pour produire un changement de comportement par rapport à la consommation excessive d'alcool, surtout chez les moins de 35 ans. Les fabricants de boissons ont réagi en conséquence, en proposant un grand nombre d'options sans alcool ou à faible teneur en alcool. En 2010, faire de l'exercice signifiait pratiquer l'endurance. De nouveaux livres et de nouvelles études ont mis en avant le fitness "paléo" (une pratique physique qui encourage de bouger comme les premiers hommes) et la course à pieds nus. Les camps d'entraînement ultra-intenses ont commencé à avoir du succès. Plus discrètement, le yoga a continué son ascension après avoir été introduit aux États-Unis des décennies plus tôt. Le CrossFit, un programme d'entraînement notoirement intense, est également devenu un phénomène à part entière. Les plus récentes lignes directrices fédérales sur l'activité physique de l'époque, publiées en 2008, semblaient appuyer l'adage "le plus, le mieux" en matière d'exercice. Bien que les lignes directrices indiquent que tous les exercices sont bénéfiques, elles encouragent 150 minutes ou plus d'exercices hebdomadaires modérément intenses par tranche de 10 minutes ou plus.Alors que les cours de fitness, le CrossFit et les camps d'entrainement sont toujours à la mode, la communauté scientifique commence à mettre au goût du jour de nouvelles pratiques. De nombreuses études ont démontré que de courtes périodes d'activité physique, même à faible intensité, peuvent prolonger l'espérance de vie et prévenir certaines maladies chroniques, et ce, tout aussi bien que les exercices plus intenses et plus longs. La dernière mise à jour des lignes directrices fédérales sur l'activité physique, en 2018, reconnaît que tout exercice est préférable à aucun, même s'il ne dure que quelques minutes. Ce n'est pas par hasard que des lieux destinés à la sieste, à la méditation et au yoga, ont commencé à apparaître dans les villes au cours des dernières années de la décennie.