Vendredi, la FGTB organise une manifestation dans le centre de Bruxelles. Selon des premières estimations de la police, 2000 personnes étaient réunies au départ du cortège, Gare du Nord. A 12h30, la FGTB estime le nombre de participants à 15.000, contre 7.000 pour la police. Le réseau des transports publics est perturbé. "Métro: 1 (prolongé de Gare de l'Ouest jusqu'à Erasme), Tram: 3, 4, 7, 8, 9, 51, 82 et 92. Bus: 12, 34, 46, 53, 59, 65, 71, 78, 87 (prolongé de Simonis jusqu'à De Brouckère), 88 et 95", indique la Stib sur son site.
...

Vendredi, la FGTB organise une manifestation dans le centre de Bruxelles. Selon des premières estimations de la police, 2000 personnes étaient réunies au départ du cortège, Gare du Nord. A 12h30, la FGTB estime le nombre de participants à 15.000, contre 7.000 pour la police. Le réseau des transports publics est perturbé. "Métro: 1 (prolongé de Gare de l'Ouest jusqu'à Erasme), Tram: 3, 4, 7, 8, 9, 51, 82 et 92. Bus: 12, 34, 46, 53, 59, 65, 71, 78, 87 (prolongé de Simonis jusqu'à De Brouckère), 88 et 95", indique la Stib sur son site.Vers 14h, la circulation a été rouverte."Si les réponses ne sont pas satisfaisantes, d'autres mouvements sont à prévoir" prévient Jean-François Ramquet secrétaire général FGTB Liège-Huy-Waremme, présent ce vendredi dans le cortège à notre journaliste sur place. Thierry Bodson, président du syndicat, affirmait aussi que la FGTB refuserait de participer aux négociations de l'Accord Inter-Professionnel de 2023-24 si la loi de 1996 n'était pas revue."Alors que 140.000 emplois sont en pénurie, la FGTB organise une manifestation afin de remettre en cause une Loi qui permet de garantir la compétitive et la création d'emploi. Quand certains veulent enfermer dans le chômage, nous travaillons à libérer le travail!", lançait jeudi soir George-Louis Bouchez, président du Mouvement Réformateur, sur Twitter. Le président de l'Open VLD, Egbert Lachaert, rejoint son homologue francophone sur la défense de cette loi. "Toutes les augmentations de salaire, l'index inclus, doivent être payées et gagnées par les employeurs. Tout serait bien sûr plus facile avec un arbre à argent", déclare-t-il sur Twitter, en réagissant à une opinion dans le Standaard, où Bart Van Craeynest, économiste en chef du patronat flamand (Voka) définit les demandes des syndicats comme "pas sérieuses".Contrairement au partis libéraux, le syndicat libéral se dit opposé à cette loi. Il mène aujourd'hui une action sur le thème #freesalary - Libérez nos rémunérations, en rendant visite aux deux partis libéraux (présents dans la coalition fédérale) MR et Open Vld. Il plaide aussi pour une réforme en profondeur la loi sur les salaires, faute de quoi, les travailleurs seront toujours confrontés à une norme salariale injuste, selon lui.Tandis que les libéraux s'opposent aux manifestations des syndicats travaillistes, les socialistes les encouragent, comme cela a souvent été le cas, historiquement. Depuis la rentrée, le PS multiplie en outre les revendications sociales et projets au sein de la Vivaldi, des pensions à l'emploi.Le parti écologiste suit le message du PS, et déclare sur Twitter: "Augmenter les salaires permet de mieux redistribuer les richesses produites, cela fait partie de notre vision du progès. Il faut laisser les partenaires sociaux négocier plus librement les salaires. La compétitivité ce n'est pas que le salaire. C'est aussi la qualité de l'emploi, la formation des travailleuses et travailleurs, l'investissement dans la recherche."Ces dernières semaines, les sorties du président libéral concernaient beaucoup le chômage, ainsi que sa gestion politique. Accusant les syndicats "d'avoir un incitant à maintenir un certain volume de demandeurs d'emploi", voulant forcer chômeurs à prendre des métiers en pénurie, en les menaçant de sanctions, se trompant dans les chiffres du budget de l'ONEM, il revient aujourd'hui à la charge avec la volonté d'enlever aux syndicats la faculté de payer les chômages. Fonction qui donne beaucoup de pouvoir à ces organisations, une sortie souvent observée côté libéral lors de manifestations.(avec Belga)