"Ce sont des menteurs, des manipulateurs... Ils sont allés aider les personnes sinistrés pour faire leur propagande. Ils ont posté leurs vidéos sur Facebook et ils ont payé pour faire leur propre propagande. Le PTB se gargarise de mots, mais ne fait rien de concret. Cela prend une place médiatique incroyable alors que ce sont des communistes, ils veulent faire la révolution par la rue."
...

"Ce sont des menteurs, des manipulateurs... Ils sont allés aider les personnes sinistrés pour faire leur propagande. Ils ont posté leurs vidéos sur Facebook et ils ont payé pour faire leur propre propagande. Le PTB se gargarise de mots, mais ne fait rien de concret. Cela prend une place médiatique incroyable alors que ce sont des communistes, ils veulent faire la révolution par la rue." Elio Di Rupo (PS), ministre-président wallon, s'est montré très irrité, ce jeudi matin sur Bel RTL, alors qu'on l'interrogeait au sujet d'un éventuel "accord secret" entre le gouvernement wallon et les assureurs, dénoncé par l'extrême gauche.Le PS wallon avait en outre mené campagne, mercredi, pour critiquer précisément le PTB de ne pas avoir voté le projet de décret - porté par la majorité PS, Ecolo, PTB - visant à indemniser à 100% les victimes des inondations.Il suffit d'assister régulièrement à des débats au parlement wallon pour se rendre compte que, quel que soit le sujet, le PS et le PTB sont à couteaux tirés. Les socialistes entendent démontrer à chaque occasion à quel point le PTB est irresponsable, radical, incapable d'agir pour la collectivité.Le dernier Grand Baromètre Le Soir/RTL/ Ipsos de vendredi dernier ajoute à la nervosité socialiste: le PS chute lourdement à 21,4% des intentions de vote en Wallonie, talonné par le MR à 10,3%, le PTB à 18,7% et Ecolo à 16,7%. Le résultat est un peu moins pauvais à Bruxelles, mais Ecolo y reste en tête des intentions de vote.C'est ce qui explique aussi, de façon plus générale, la rentrée forte du PS qui se positionne sur tous les sujets sensibles de la rentrée: le projet de réforme des pensions, les investissements et le budget, les pistes pour l'emploi de Dermagne... Quitte à irriter ses partenaires de gouvernement, Open VLD en tête.Le PS est aussi en pointe dans cette rentrée car il pilote les principales compétences socio-économiques au fédéral: emploi et économie, pensions, relance... Et qu'il dirige un gouvernement wallon fortement impacté par le drame des inondations. Le parti de Paul Magnette joue tout simplement son leadership en Belgique francophone.