Au cours de la semaine écoulée, il y a eu en effet en moyenne 303,6 admissions à l'hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une hausse de 22% par rapport à la période de référence précédente. Au total, 3.462 personnes encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 669 patients traités en soins intensifs. Entre le 16 et le 22 novembre, 16.762 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, en hausse de 48% par rapport à la semaine précédente. Chaque jour, 35,7 personnes en moyenne décèdent du coronavirus.

"La situation actuelle n'est pas tenable ni pour les soins de santé, ni pour la société. Les généralistes sont débordés. La pression dans les soins intensifs monte", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo. Le scénario est plus pessimiste que ce que les experts nous avaient communiqué jusqu'à présent. Cependant, sans vaccins, nous serions dans une situation intenable", a-t-il ajouté.

Lire aussi: Covid: le ras-le-bol des médecins généralistes face à une quatrième vague prévisible

"Nous devons agir pour réduire la pression sur nos médecins. Le Comité de concertation a décidé de travailler sur trois axes: la vaccination, les mesures pour réduire la pression sur les soins de santé, et les mesures pour ralentir la propagation."

Vaccination

Le Comité de concertation a décidé vendredi "d'accélérer le tempo" de la campagne d'administration de la troisième dose ("booster") du vaccin contre la Covid-19. La conférence interministérielle santé se réunira demain/samedi matin à ce sujet.

"Aujourd'hui, 1.250.000 personnes ont déjà reçu leur dose booster. Cette troisième dose est très importante. On va venir avec un plan élaboré", a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo lors de la conférence de presse consécutive au Comité de concertation. "Sciensano a fait le calcul. Grâce aux vaccins, nous avons pu éviter un très grand nombre d'hospitalisations. La vaccination réduit les risques d'hospitalisations de 88% et les risques de soins intensifs de plus de 94%", a-t-il illustré. "La troisième dose augmente encore cette protection."

Réunions privées

Les fêtes privées en dehors de chez soi seront interdites pour les trois semaines à venir. Il reste toutefois permis d'inviter des gens chez soi. Le Comité n'impose pas de limite, mais appelle à la prudence, surtout par rapport aux personnes fragiles. "Nous partons du principe que chacun peut faire preuve de bon sens, limiter ses contacts et veiller à ce que les personnes âgées ne soient pas mises en danger", a déclaré le Premier ministre.

Les mariages et les funérailles restent également autorisés.

Le Premier ministre a exhorté à "utiliser les autotests". "Si nous devons rencontrer quelqu'un, un auto-test au préalable peut nous permettre de recevoir cette personne chez nous, là où aucune règle particulière n'est en vigueur. Une excellente ventilation est également une manière efficace pour casser la chaîne de contamination."

Pour les événements publics, seules les places assises sont autorisées à l'intérieur. A l'extérieur : si les organisateurs ne respectent pas les règles de distanciation sociale et le maintien d'une distance de 1,5 mètre entre chaque groupe, leur événement sera fermé. Le port du masque devient en outre obligatoire dans les foires commerciales.

Vie nocturne

Sans surprise, les boîtes de nuit, réouvertes depuis le 1er octobre, doivent fermer leurs portes pour trois semaines. "C'est un message vraiment dur, nous le reconnaissons", admet le Premier ministre. Il souligne que les personnes contraintes de fermer recevront des indemnités.

Horeca

Les cafés et les restaurants devront fermer leurs portes à 23 heures. Le nombre de personnes à une table sera limité à six, sauf pour les familles composées de plus de personnes. Seules les places assises à table sont autorisées.Cette heure de fermeture s'appliquera également aux marchés de Noël.

Enseignement

Les ministres de l'Enseignement se réuniront durant le week-end et proposeront d'ici lundi des mesures en matière de séparation des groupes, d'activités extra-scolaires, de port du masque et de ventilation, a annoncé Alexander De Croo.

"Nous savons que le monde de l'enseignement est très hétérogène et les ministres se réuniront pour mettre en place des mesures supplémentaires", a-t-il ajouté. "Il n'y aura pas de (fête) de Saint-Nicolas dans les écoles", a d'ores et déjà annoncé le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet sur la RTBF, à son entrée dans la salle de la conférence de presse.

Le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts a d'ores et déjà annoncé que les enseignants seront prioritaires pour la troisième dose du vaccin.

Sport

En ce qui concerne le sport, les compétitions organisées en intérieur, tant amateures que professionnelles, peuvent uniquement avoir lieu sans public. Les participants jusqu'à l'âge de 18 ans accomplis peuvent toutefois être accompagnés par leurs parents.

Pour les activités de jeunesse, les ministres de la Jeunesse sont également invités à formuler pour lundi au plus tard des propositions supplémentaires.

Télétravail

Le télétravail obligatoire reste d'application. La possibilité de se rendre une fois par semaine sur le lieu de travail est prolongée jusqu'au 19 décembre. À partir du 20 décembre, et non plus du 13, il sera possible de revenir au travail à raison de deux jours par semaine.

Pas de bulles, mais du bon sens

Le Premier ministre a exhorté à "utiliser les autotests". "Si nous devons rencontrer quelqu'un, un auto-test au préalable peut nous permettre de recevoir cette personne chez nous, là où aucune règle particulière n'est en vigueur. Une excellente ventilation est également une manière efficace pour casser la chaîne de contamination."

Testing et 3e dose

Le Codeco a aussi décidé d'ouvrir des centres de testing dans lesquels on peut se rendre librement pour se faire tester. "Avec les Communautés et les Régions, nous allons voir comment organiser cela", a déclaré le Premier ministre.

Afin de limiter les hospitalisations, le Comité de concertation a en outre décidé vendredi "d'accélérer le tempo" de la campagne d'administration de la troisième dose ("booster") du vaccin contre la Covid-19. La conférence interministérielle santé se réunira demain/samedi matin à ce sujet.

"Aujourd'hui, 1.250.000 personnes ont déjà reçu leur dose booster. Cette troisième dose est très importante. On va venir avec un plan élaboré", a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo lors de la conférence de presse consécutive au Comité de concertation.

"Sciensano a fait le calcul. Grâce aux vaccins, nous avons pu éviter un très grand nombre d'hospitalisations. La vaccination réduit les risques d'hospitalisations de 88% et les risques de soins intensifs de plus de 94%", a-t-il illustré. "La troisième dose augmente encore cette protection."

"Nous avons toutes les cartes en main"

"Les activités peuvent avoir lieu", a conclu Alexander De Croo. "Mais nous ne voulons pas qu'il y ait des activités où nous sommes trop près les uns des autres. C'est un moment qui n'est pas évident, mais je suis convaincu qu'on peut y parvenir. Nous avons toutes les cartes en main."

"On souffle le chaud et le froid. Et on est dans un moment où c'est plutôt le froid qui souffle", a commenté le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

De son côté, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles a critiqué les "commentateurs de salon". "Qui aujourd'hui a encore des certitudes par rapport à l'épidémie ? Les experts, les scientifiques, les politiques, nous devons tous avoir l'humilité de reconnaître que non."

"Nous vivons à nouveau des moments difficiles", a renchéri le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. "Nous sommes conscients que ces mesures, et le virus en soi, ont un impact considérable sur le secteur de l'événementiel, les discothèques et l'horeca. Il faut prendre des mesures de soutien. Et nous allons d'emblée nous mettre au travail pour que ce soit le cas."

Au cours de la semaine écoulée, il y a eu en effet en moyenne 303,6 admissions à l'hôpital par jour pour cause de coronavirus, soit une hausse de 22% par rapport à la période de référence précédente. Au total, 3.462 personnes encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 669 patients traités en soins intensifs. Entre le 16 et le 22 novembre, 16.762 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, en hausse de 48% par rapport à la semaine précédente. Chaque jour, 35,7 personnes en moyenne décèdent du coronavirus."La situation actuelle n'est pas tenable ni pour les soins de santé, ni pour la société. Les généralistes sont débordés. La pression dans les soins intensifs monte", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo. Le scénario est plus pessimiste que ce que les experts nous avaient communiqué jusqu'à présent. Cependant, sans vaccins, nous serions dans une situation intenable", a-t-il ajouté.Lire aussi: Covid: le ras-le-bol des médecins généralistes face à une quatrième vague prévisible"Nous devons agir pour réduire la pression sur nos médecins. Le Comité de concertation a décidé de travailler sur trois axes: la vaccination, les mesures pour réduire la pression sur les soins de santé, et les mesures pour ralentir la propagation."VaccinationLe Comité de concertation a décidé vendredi "d'accélérer le tempo" de la campagne d'administration de la troisième dose ("booster") du vaccin contre la Covid-19. La conférence interministérielle santé se réunira demain/samedi matin à ce sujet."Aujourd'hui, 1.250.000 personnes ont déjà reçu leur dose booster. Cette troisième dose est très importante. On va venir avec un plan élaboré", a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo lors de la conférence de presse consécutive au Comité de concertation. "Sciensano a fait le calcul. Grâce aux vaccins, nous avons pu éviter un très grand nombre d'hospitalisations. La vaccination réduit les risques d'hospitalisations de 88% et les risques de soins intensifs de plus de 94%", a-t-il illustré. "La troisième dose augmente encore cette protection."Réunions privéesLes fêtes privées en dehors de chez soi seront interdites pour les trois semaines à venir. Il reste toutefois permis d'inviter des gens chez soi. Le Comité n'impose pas de limite, mais appelle à la prudence, surtout par rapport aux personnes fragiles. "Nous partons du principe que chacun peut faire preuve de bon sens, limiter ses contacts et veiller à ce que les personnes âgées ne soient pas mises en danger", a déclaré le Premier ministre.Les mariages et les funérailles restent également autorisés.Le Premier ministre a exhorté à "utiliser les autotests". "Si nous devons rencontrer quelqu'un, un auto-test au préalable peut nous permettre de recevoir cette personne chez nous, là où aucune règle particulière n'est en vigueur. Une excellente ventilation est également une manière efficace pour casser la chaîne de contamination."Pour les événements publics, seules les places assises sont autorisées à l'intérieur. A l'extérieur : si les organisateurs ne respectent pas les règles de distanciation sociale et le maintien d'une distance de 1,5 mètre entre chaque groupe, leur événement sera fermé. Le port du masque devient en outre obligatoire dans les foires commerciales.Vie nocturneSans surprise, les boîtes de nuit, réouvertes depuis le 1er octobre, doivent fermer leurs portes pour trois semaines. "C'est un message vraiment dur, nous le reconnaissons", admet le Premier ministre. Il souligne que les personnes contraintes de fermer recevront des indemnités.HorecaLes cafés et les restaurants devront fermer leurs portes à 23 heures. Le nombre de personnes à une table sera limité à six, sauf pour les familles composées de plus de personnes. Seules les places assises à table sont autorisées.Cette heure de fermeture s'appliquera également aux marchés de Noël.EnseignementLes ministres de l'Enseignement se réuniront durant le week-end et proposeront d'ici lundi des mesures en matière de séparation des groupes, d'activités extra-scolaires, de port du masque et de ventilation, a annoncé Alexander De Croo."Nous savons que le monde de l'enseignement est très hétérogène et les ministres se réuniront pour mettre en place des mesures supplémentaires", a-t-il ajouté. "Il n'y aura pas de (fête) de Saint-Nicolas dans les écoles", a d'ores et déjà annoncé le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet sur la RTBF, à son entrée dans la salle de la conférence de presse.Le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts a d'ores et déjà annoncé que les enseignants seront prioritaires pour la troisième dose du vaccin.Sport En ce qui concerne le sport, les compétitions organisées en intérieur, tant amateures que professionnelles, peuvent uniquement avoir lieu sans public. Les participants jusqu'à l'âge de 18 ans accomplis peuvent toutefois être accompagnés par leurs parents. Pour les activités de jeunesse, les ministres de la Jeunesse sont également invités à formuler pour lundi au plus tard des propositions supplémentaires.Télétravail Le télétravail obligatoire reste d'application. La possibilité de se rendre une fois par semaine sur le lieu de travail est prolongée jusqu'au 19 décembre. À partir du 20 décembre, et non plus du 13, il sera possible de revenir au travail à raison de deux jours par semaine.Pas de bulles, mais du bon sens Le Premier ministre a exhorté à "utiliser les autotests". "Si nous devons rencontrer quelqu'un, un auto-test au préalable peut nous permettre de recevoir cette personne chez nous, là où aucune règle particulière n'est en vigueur. Une excellente ventilation est également une manière efficace pour casser la chaîne de contamination."Testing et 3e doseLe Codeco a aussi décidé d'ouvrir des centres de testing dans lesquels on peut se rendre librement pour se faire tester. "Avec les Communautés et les Régions, nous allons voir comment organiser cela", a déclaré le Premier ministre. Afin de limiter les hospitalisations, le Comité de concertation a en outre décidé vendredi "d'accélérer le tempo" de la campagne d'administration de la troisième dose ("booster") du vaccin contre la Covid-19. La conférence interministérielle santé se réunira demain/samedi matin à ce sujet. "Aujourd'hui, 1.250.000 personnes ont déjà reçu leur dose booster. Cette troisième dose est très importante. On va venir avec un plan élaboré", a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo lors de la conférence de presse consécutive au Comité de concertation. "Sciensano a fait le calcul. Grâce aux vaccins, nous avons pu éviter un très grand nombre d'hospitalisations. La vaccination réduit les risques d'hospitalisations de 88% et les risques de soins intensifs de plus de 94%", a-t-il illustré. "La troisième dose augmente encore cette protection.""Nous avons toutes les cartes en main" "Les activités peuvent avoir lieu", a conclu Alexander De Croo. "Mais nous ne voulons pas qu'il y ait des activités où nous sommes trop près les uns des autres. C'est un moment qui n'est pas évident, mais je suis convaincu qu'on peut y parvenir. Nous avons toutes les cartes en main." "On souffle le chaud et le froid. Et on est dans un moment où c'est plutôt le froid qui souffle", a commenté le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. De son côté, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles a critiqué les "commentateurs de salon". "Qui aujourd'hui a encore des certitudes par rapport à l'épidémie ? Les experts, les scientifiques, les politiques, nous devons tous avoir l'humilité de reconnaître que non." "Nous vivons à nouveau des moments difficiles", a renchéri le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. "Nous sommes conscients que ces mesures, et le virus en soi, ont un impact considérable sur le secteur de l'événementiel, les discothèques et l'horeca. Il faut prendre des mesures de soutien. Et nous allons d'emblée nous mettre au travail pour que ce soit le cas."