"Les chiffres continuent d'augmenter, ce n'est pas une surprise", a entamé le Premier ministre Alexander De Croo. Il indique que la plupart des provinces sont fortement touchées. "Neuf provinces sont dans le rouge, sauf le Limbourg. Mais il sera aussi bientôt au niveau 4. (...) L'objectif est de réduire les contacts non essentiels. Nous appuyons sur le bouton 'pause'."

Les mesures prises vendredi dernier sont "dures, elles réduisent la liberté de chacun." Ces mesures ont un grand objectif: éviter les contacts, veiller à ce que généralistes et hôpitaux puissent faire leur travail, que les enfants puissent continuer à aller à l'école, que les entreprises puissent fonctionner et que la santé mentale de la population puisse être préservée. "Ce que nous faisons, c'est créer une protection" autour de ces piliers, ces priorités. "Nous ne pourrons faire cela qu'en prenant des mesures plus strictes dans d'autres domaines."

"Aucune loi ne peut battre le virus. Seuls nous le pouvons, avec notre comportement collectif. Tous les Belges ensemble, une équipe solide de 11 millions"

Il y aura des règles plus strictes pour les évènements sportifs, culturels, les parcs d'attractions, le domaine de la jeunesse... Les mesures seront en place pour un mois, à partir d'aujourd'hui, jusqu'au 19 novembre. "La durée de ces mesures dépend de nos comportements. Aucune règle n'arrête le virus, seuls nous le pouvons, en adaptant nos comportements. Avec une grande équipe de 11 millions", insiste Alexander De Croo.

"Je sais que la période est difficile pour beaucoup: les personnes âgées qui reçoivent moins de visites, les indépendants qui voient le travail de toute une vie mis en péril... Nous mettons tout en oeuvre pour soutenir tous ceux qui sont touchés économiquement. C'est le fil conducteur de la politique menée par les différents niveaux de pouvoir", explique encore le Premier ministre. Il appelle aussi à penser aux autres, à être solidaires envers les personnes vulnérables, en difficulté. "Soyez prudents, limitez vos contacts, pensez à vous, aux autres, mais aussi à notre personnel soignant."

Les protocoles de différents secteurs vont donc changer dès aujourd'hui.

Ecole

L'ouverture des écoles est une priorité essentielle. La règle, ce sont les cours en présentiel pendant les cinq jours, explique le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet. "L'éducation et la formation sont essentielles pour notre jeunesse."

Sport

Professionnel: les compétitions vont se poursuivre, mais à huis clos, sans public, et ce dès ce soir.

Amateur: toutes les rencontres sont reportées, les compétitions sont suspendues jusqu'au 19 novembre. Les entrainements à l'extérieur peuvent se poursuivre. Pour les -18ans, les compétitions sont autorisées, avec maximum un accompagnateur. Il est interdit de consommer nourriture et boissons sur place. Le masque est obligatoire autour des terrains. En salle, le sport est autorisé si la distance peut être respectée ou pour les moins de 12 ans.

Enseignement supérieur

Le taux de présence dans les auditoires est limité à maximum 20%, avec port du masque,sauf pour les travaux pratiques où ce n'est pas possible. Une exception existe pour la première année: le taux de présence est amené à 50%. "Il est important de ne pas les laisser livrés à eux-mêmes devant l'ordinateur", annonce le ministre-président flamand Jan Jambon.

Culture

Les évènements culturels peuvent se poursuivre. Mais il y a des restrictions: 1,5m entre les différentes bulles dans la salle, port du masque obligatoire, pas possible de boire ou manger... On peut atteindre jusqu'à 200 personnes. L'exception pour aller au-delà des 200 personnes est annulée jusqu'au 19 novembre. Elle ne sera réintroduite que s'il y a un accord commun. "Ce n'est pas dans la culture qu'on voit des gros foyers de contamination. Beaucoup d'efforts ont été faits, de mesures ont été prises", indique Jeholet.

Evènements (culturels, religieux, éducatifs, associatifs)

Un maximum de 40 personnes est autorisé pour un événement, à la condition qu'il existe suffisamment de garanties de respect des gestes barrières. Là où il y a des protocoles, il existe une possibilité d'accueillir un public de 200 personnes. La vente de boissons et de nourriture sera interdite.

Transports

Dans les transports publics (trains, trams, bus...), la capacité devra être optimalisée pendant les heures de pointe.

Jeunesse

Les activités et camps de jeunesse peuvent se poursuivre, avec des règles plus strictes. Pour les +12 ans, les activités doivent être à l'extérieur. C'est conseillé pour les -12 ans. Toujours avec port du masque.

Les camps de jeunes avec nuitée pendant les vacances de Toussaint sont autorisés pour les moins de 12 ans, et seulement pour quatre nuits consécutives entre 12 et 14 ans.

Loisirs

Les parcs d'attractions seront fermés. Les zoos resteront ouverts, mais les zones intérieures seront fermées, comme les aquariums par exemple. Il sera interdit d'y vendre et d'y consommer de la nourriture et des boissons.

Travail

Le télétravail reste la règle.Il a été décidé avec les fédérations patronales de mettre en place un système de monitoring visant à responsabiliser, afin d'appliquer la règle du télétravail dès que possible. Le ministre de la Santé lance un appel aux chefs d'entreprise : "Misez au maximum sur le télétravail."

Rappel des mesures déjà d'application

Les mesures prises vendredi dernier sont maintenues. Les voici :

- Les contacts rapprochés sont limités à 1 personne maximum.

- Les rassemblements privés sont limités à 4 personnes pendant deux semaines, toujours les mêmes.

- Les rassemblements sur la voie publique sont limités à 4 personnes maximum.

- Les marchés et foires de petite envergure restent ouverts, mais la consommation de boissons et de denrées alimentaires est interdite. Les marchés aux puces, les brocantes et les petits marchés de noël sont interdits.

- Les cafés et restaurants seront fermés. Cette mesure vaut pour une période de quatre semaines et fera l'objet d'une évaluation après deux semaines. Le retrait sur place de plats à emporter reste possible jusqu'à 22h00. Les réceptions et banquets organisés par un service traiteur ou de catering professionnels sont interdits, sauf dans les hôtels pour les clients qui y séjournent et les réceptions dans le cadre de funérailles (maximum 40 personnes).

- Les nightshops doivent fermer à 22 heures. La vente d'alcool est interdite à partir de 20 heures.

- Interdiction de se trouver sur la voie publique entre 24h00 et 5h00, sauf pour les déplacements essentiels et non reportables, tels que les déplacements pour des raisons médicales urgentes, des déplacements professionnels et le trajet entre le domicile et le lieu de travail.

"Les chiffres ne montrent pas encore l'effet des mesures. C'est trop tôt. Les chiffres ne sont pas bons. Les personnes travaillant dans les hôpitaux sont fatiguées. Elles résistent mais n'ont aucune emprise sur les évènements. C'est nous qui devons prendre les choses en main, en nous protégeant nous-mêmes et en protégeant les autres", explique le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

Dès lundi, les opérations non-urgentes devront être reportées, mais les soins urgents sont maintenus et doivent avoir lieu. Le nombre de lits en soins intensifs pour les patients Covid devra être augmenté à 1200 lits d'ici le 2 novembre. Les hôpitaux travaillent également à la mise en place de 8 400 lits supplémentaires pour les patients Covid et de 300 lits supplémentaires pour les patients non-Covid en soins intensifs.

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS) a d'ores et déjà annoncé que le gouvernement wallon allait se réunir pour voir si des mesures supplémentaires doivent être prises au niveau régional.

"Les chiffres continuent d'augmenter, ce n'est pas une surprise", a entamé le Premier ministre Alexander De Croo. Il indique que la plupart des provinces sont fortement touchées. "Neuf provinces sont dans le rouge, sauf le Limbourg. Mais il sera aussi bientôt au niveau 4. (...) L'objectif est de réduire les contacts non essentiels. Nous appuyons sur le bouton 'pause'."Les mesures prises vendredi dernier sont "dures, elles réduisent la liberté de chacun." Ces mesures ont un grand objectif: éviter les contacts, veiller à ce que généralistes et hôpitaux puissent faire leur travail, que les enfants puissent continuer à aller à l'école, que les entreprises puissent fonctionner et que la santé mentale de la population puisse être préservée. "Ce que nous faisons, c'est créer une protection" autour de ces piliers, ces priorités. "Nous ne pourrons faire cela qu'en prenant des mesures plus strictes dans d'autres domaines." Il y aura des règles plus strictes pour les évènements sportifs, culturels, les parcs d'attractions, le domaine de la jeunesse... Les mesures seront en place pour un mois, à partir d'aujourd'hui, jusqu'au 19 novembre. "La durée de ces mesures dépend de nos comportements. Aucune règle n'arrête le virus, seuls nous le pouvons, en adaptant nos comportements. Avec une grande équipe de 11 millions", insiste Alexander De Croo. "Je sais que la période est difficile pour beaucoup: les personnes âgées qui reçoivent moins de visites, les indépendants qui voient le travail de toute une vie mis en péril... Nous mettons tout en oeuvre pour soutenir tous ceux qui sont touchés économiquement. C'est le fil conducteur de la politique menée par les différents niveaux de pouvoir", explique encore le Premier ministre. Il appelle aussi à penser aux autres, à être solidaires envers les personnes vulnérables, en difficulté. "Soyez prudents, limitez vos contacts, pensez à vous, aux autres, mais aussi à notre personnel soignant."Les protocoles de différents secteurs vont donc changer dès aujourd'hui. L'ouverture des écoles est une priorité essentielle. La règle, ce sont les cours en présentiel pendant les cinq jours, explique le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet. "L'éducation et la formation sont essentielles pour notre jeunesse."Professionnel: les compétitions vont se poursuivre, mais à huis clos, sans public, et ce dès ce soir. Amateur: toutes les rencontres sont reportées, les compétitions sont suspendues jusqu'au 19 novembre. Les entrainements à l'extérieur peuvent se poursuivre. Pour les -18ans, les compétitions sont autorisées, avec maximum un accompagnateur. Il est interdit de consommer nourriture et boissons sur place. Le masque est obligatoire autour des terrains. En salle, le sport est autorisé si la distance peut être respectée ou pour les moins de 12 ans. Le taux de présence dans les auditoires est limité à maximum 20%, avec port du masque,sauf pour les travaux pratiques où ce n'est pas possible. Une exception existe pour la première année: le taux de présence est amené à 50%. "Il est important de ne pas les laisser livrés à eux-mêmes devant l'ordinateur", annonce le ministre-président flamand Jan Jambon.Les évènements culturels peuvent se poursuivre. Mais il y a des restrictions: 1,5m entre les différentes bulles dans la salle, port du masque obligatoire, pas possible de boire ou manger... On peut atteindre jusqu'à 200 personnes. L'exception pour aller au-delà des 200 personnes est annulée jusqu'au 19 novembre. Elle ne sera réintroduite que s'il y a un accord commun. "Ce n'est pas dans la culture qu'on voit des gros foyers de contamination. Beaucoup d'efforts ont été faits, de mesures ont été prises", indique Jeholet. Un maximum de 40 personnes est autorisé pour un événement, à la condition qu'il existe suffisamment de garanties de respect des gestes barrières. Là où il y a des protocoles, il existe une possibilité d'accueillir un public de 200 personnes. La vente de boissons et de nourriture sera interdite.Dans les transports publics (trains, trams, bus...), la capacité devra être optimalisée pendant les heures de pointe.Les activités et camps de jeunesse peuvent se poursuivre, avec des règles plus strictes. Pour les +12 ans, les activités doivent être à l'extérieur. C'est conseillé pour les -12 ans. Toujours avec port du masque. Les camps de jeunes avec nuitée pendant les vacances de Toussaint sont autorisés pour les moins de 12 ans, et seulement pour quatre nuits consécutives entre 12 et 14 ans.Les parcs d'attractions seront fermés. Les zoos resteront ouverts, mais les zones intérieures seront fermées, comme les aquariums par exemple. Il sera interdit d'y vendre et d'y consommer de la nourriture et des boissons.Le télétravail reste la règle.Il a été décidé avec les fédérations patronales de mettre en place un système de monitoring visant à responsabiliser, afin d'appliquer la règle du télétravail dès que possible. Le ministre de la Santé lance un appel aux chefs d'entreprise : "Misez au maximum sur le télétravail.""Les chiffres ne montrent pas encore l'effet des mesures. C'est trop tôt. Les chiffres ne sont pas bons. Les personnes travaillant dans les hôpitaux sont fatiguées. Elles résistent mais n'ont aucune emprise sur les évènements. C'est nous qui devons prendre les choses en main, en nous protégeant nous-mêmes et en protégeant les autres", explique le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. Dès lundi, les opérations non-urgentes devront être reportées, mais les soins urgents sont maintenus et doivent avoir lieu. Le nombre de lits en soins intensifs pour les patients Covid devra être augmenté à 1200 lits d'ici le 2 novembre. Les hôpitaux travaillent également à la mise en place de 8 400 lits supplémentaires pour les patients Covid et de 300 lits supplémentaires pour les patients non-Covid en soins intensifs. Le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS) a d'ores et déjà annoncé que le gouvernement wallon allait se réunir pour voir si des mesures supplémentaires doivent être prises au niveau régional.