Le CNS était réuni depuis 09h00 au Palais d'Egmont à Bruxelles, en présence des principaux ministres du gouvernement fédéral, des ministres-présidents des entités fédérées. A sa sortie, la Première ministre Sophie Wilmès, a précisé plusieurs nouvelles mesures.

Rebond, certaines provinces plus touchées

"Les chiffres doivent être pris extrêmement au sérieux. Plusieurs indicateurs nous montrent un rebond. Cela doit rester sous contrôle", indique la Première ministre Sophie Wilmès pour entamer la conférence de presse post-CNS. Le taux de reproduction est toujours au-dessus de 1, ce qui montre que le virus se propage.

"Ce sont surtout les jeunes adultes qui sont le plus souvent touchés. Mais il y a aussi des différences géographiques: certaines provinces sont bien plus touchées que d'autres", détaille-t-elle. Le plus souvent, c'est le fait d'évènements particuliers.

En raison de ces chiffres, la phase 5 du déconfinement ne sera donc pas activée: pas d'augmentation de limite de personnes pour les réceptions et autres, pas de foire et de salon,...

Les six "règles d'or", qui restent d'application

  • Respecter les mesures d'hygiène.
  • Favoriser les activités en extérieur.
  • Rester vigilants vis-à-vis des personnes vulnérables.
  • Garder une distance de sécurité (1m50).
  • Limiter les contacts à 15 personnes par semaine.
  • Limiter les rassemblements à 15 personnes.

Port du masque élargi, des mesures locales envisagées

Il faut agir au niveau national et local. "Nous préférons prendre des mesures aujourd'hui, que d'avoir des regrets demain", justifie la Première ministre. "Chacun doit être acteur dans cette crise." La Première ministre a également rappelé les règles d'or, et encouragé les Belges à les observer davantage : lavage de mains, port du masque, distance physique, réduction des contacts sociaux... Les contrôles concernant l'application des mesures seront renforcés.

"Nous préférons prendre des mesures aujourd'hui, que d'avoir des regrets demain." - Sophie Wilmès, Première ministre

Au niveau national :à partir du samedi 25 juillet, les masques seront aussi obligatoires dans les marchés, brocantes, fêtes foraines, rues commerçantes... Ettout endroit privé ou public à forte fréquentation tels que définis par les autorités locales. Ils seront aussi obligatoires dans les zones publiques, des bâtiments publics, dans l'horeca sauf quand le client est assis à table. Dans tous les autres cas, il reste fort recommandé, surtout quand la distance ne peut être respectée. L'heure de fermeture des nightshops sera 22h. Les clients de l'horeca devront donner leurs coordonnées (adresse mail, numéro de téléphone) pour pouvoir être contactés en cas d'infection. Ces données seront conservées 14 jours et ne pourront pas être utilisées à d'autres fins que le contrôle de l'épidémie.

Au niveau local:les bourgmestres disposeront d'une marge de manoeuvre, en fonction de foyers locaux. Certains bourgmestres l'ont déjà fait, comme Bart De Wever à Anvers. Dans certains cas, certains confinements locaux peuvent être possibles. Si le bourgmestre veut prendre d'autres mesures que les mesures nationales, il doit contacter les gouverneurs et les autorités nationales pour conserver une cohérence. C'est le bourgmestre qui devra communiquer les mesures locales.

Bulle sociale maintenue à 15

"Beaucoup trop de gens multiplient les contacts", regrette Sophie Wilmès. Cependant, la bulle personnelle de 15 personnes est maintenue. "15 personnes par semaine, pas par jour", insiste-t-elle. Cette bulle n'est pas définitive, et son maintien dépend du comportement de chacun. "Ce ne sont pas des conseils, mais des consignes." Sophie Wilmès explique également l'importance de noter ou se souvenir des contacts qu'on a eu pour un tracing plus efficace en cas de contamination.

Les règles d'or et de contact s'appliquent aussi à l'étranger. Elle évoque notamment les vidéos de fêtes dans la rue ou autour de piscines partagées sur les réseaux sociaux. Elle somme les Belges de bien respecter les règles au retour de vacances (zones vert-orange-rouge, disponibles sur le site des Affaires étrangères), avec respect des tests et quarantaines, recommandés ou obligatoires selon la zone. Il y aura un formulaire à remplir, pour avoir un système digitalisé et automatisé, afin de s'assurer du bon suivi des voyageurs de retour en Belgique. Ce formulaire est disponible via ce lien.

Le CNS était réuni depuis 09h00 au Palais d'Egmont à Bruxelles, en présence des principaux ministres du gouvernement fédéral, des ministres-présidents des entités fédérées. A sa sortie, la Première ministre Sophie Wilmès, a précisé plusieurs nouvelles mesures. "Les chiffres doivent être pris extrêmement au sérieux. Plusieurs indicateurs nous montrent un rebond. Cela doit rester sous contrôle", indique la Première ministre Sophie Wilmès pour entamer la conférence de presse post-CNS. Le taux de reproduction est toujours au-dessus de 1, ce qui montre que le virus se propage. "Ce sont surtout les jeunes adultes qui sont le plus souvent touchés. Mais il y a aussi des différences géographiques: certaines provinces sont bien plus touchées que d'autres", détaille-t-elle. Le plus souvent, c'est le fait d'évènements particuliers.En raison de ces chiffres, la phase 5 du déconfinement ne sera donc pas activée: pas d'augmentation de limite de personnes pour les réceptions et autres, pas de foire et de salon,...Il faut agir au niveau national et local. "Nous préférons prendre des mesures aujourd'hui, que d'avoir des regrets demain", justifie la Première ministre. "Chacun doit être acteur dans cette crise." La Première ministre a également rappelé les règles d'or, et encouragé les Belges à les observer davantage : lavage de mains, port du masque, distance physique, réduction des contacts sociaux... Les contrôles concernant l'application des mesures seront renforcés. Au niveau national :à partir du samedi 25 juillet, les masques seront aussi obligatoires dans les marchés, brocantes, fêtes foraines, rues commerçantes... Ettout endroit privé ou public à forte fréquentation tels que définis par les autorités locales. Ils seront aussi obligatoires dans les zones publiques, des bâtiments publics, dans l'horeca sauf quand le client est assis à table. Dans tous les autres cas, il reste fort recommandé, surtout quand la distance ne peut être respectée. L'heure de fermeture des nightshops sera 22h. Les clients de l'horeca devront donner leurs coordonnées (adresse mail, numéro de téléphone) pour pouvoir être contactés en cas d'infection. Ces données seront conservées 14 jours et ne pourront pas être utilisées à d'autres fins que le contrôle de l'épidémie. Au niveau local:les bourgmestres disposeront d'une marge de manoeuvre, en fonction de foyers locaux. Certains bourgmestres l'ont déjà fait, comme Bart De Wever à Anvers. Dans certains cas, certains confinements locaux peuvent être possibles. Si le bourgmestre veut prendre d'autres mesures que les mesures nationales, il doit contacter les gouverneurs et les autorités nationales pour conserver une cohérence. C'est le bourgmestre qui devra communiquer les mesures locales. "Beaucoup trop de gens multiplient les contacts", regrette Sophie Wilmès. Cependant, la bulle personnelle de 15 personnes est maintenue. "15 personnes par semaine, pas par jour", insiste-t-elle. Cette bulle n'est pas définitive, et son maintien dépend du comportement de chacun. "Ce ne sont pas des conseils, mais des consignes." Sophie Wilmès explique également l'importance de noter ou se souvenir des contacts qu'on a eu pour un tracing plus efficace en cas de contamination.Les règles d'or et de contact s'appliquent aussi à l'étranger. Elle évoque notamment les vidéos de fêtes dans la rue ou autour de piscines partagées sur les réseaux sociaux. Elle somme les Belges de bien respecter les règles au retour de vacances (zones vert-orange-rouge, disponibles sur le site des Affaires étrangères), avec respect des tests et quarantaines, recommandés ou obligatoires selon la zone. Il y aura un formulaire à remplir, pour avoir un système digitalisé et automatisé, afin de s'assurer du bon suivi des voyageurs de retour en Belgique. Ce formulaire est disponible via ce lien.