"Le Premier ministre Sophie Wilmès choisit la méthode douce, mais nous n'avons pas beaucoup de temps, et nous allons devoir courir un marathon pendant les 18 prochains mois". Avant le Conseil de Sécurité, Pierre Van Damme avait plaidé pour une réduction des bulles sociales de 15 à 10, mais cette proposition n'a pas abouti.

Une politique du yo-yo

Van Damme reste sceptique quant à l'"approche douce" du gouvernement. "Ils disent avoir gagné une première bataille, ce qui fait probablement référence à l'approche de la première vague, mais la guerre n'est pas encore terminée". " J'ai peur que nous nous engagions dans une politique du yo-yo qui consiste à adoucir puis à resserrer les consignes. Ce n'est pas bon. Nous devons trouver un autre équilibre".

"Le Premier ministre Sophie Wilmès choisit la méthode douce, mais nous n'avons pas beaucoup de temps, et nous allons devoir courir un marathon pendant les 18 prochains mois". Avant le Conseil de Sécurité, Pierre Van Damme avait plaidé pour une réduction des bulles sociales de 15 à 10, mais cette proposition n'a pas abouti. Une politique du yo-yoVan Damme reste sceptique quant à l'"approche douce" du gouvernement. "Ils disent avoir gagné une première bataille, ce qui fait probablement référence à l'approche de la première vague, mais la guerre n'est pas encore terminée". " J'ai peur que nous nous engagions dans une politique du yo-yo qui consiste à adoucir puis à resserrer les consignes. Ce n'est pas bon. Nous devons trouver un autre équilibre".