Le sondage Le Vif/L'Express-Knack-LN24 révèle que près de 40% des Belges pensent que le gouvernement fédéral a mal géré la crise. Ce pourcentage passe à 60 lorsqu'il s'agit de la ministre de la Santé. Alors que Maggie De Block (Open VLD) est devenue la politicienne belge la plus populaire pendant la crise migratoire, c'est le contraire qui s'est produit pendant la crise du coronavirus. "Une différence importante est que Mme De Block était la seule ministre responsable pendant cette crise de l'immigration", déclare Van Ranst. Pendant cette crise, neuf ministres étaient responsables. Elle n'a pas réussi à se montrer comme la ministre en charge qui avait tout sous contrôle".
...

Le sondage Le Vif/L'Express-Knack-LN24 révèle que près de 40% des Belges pensent que le gouvernement fédéral a mal géré la crise. Ce pourcentage passe à 60 lorsqu'il s'agit de la ministre de la Santé. Alors que Maggie De Block (Open VLD) est devenue la politicienne belge la plus populaire pendant la crise migratoire, c'est le contraire qui s'est produit pendant la crise du coronavirus. "Une différence importante est que Mme De Block était la seule ministre responsable pendant cette crise de l'immigration", déclare Van Ranst. Pendant cette crise, neuf ministres étaient responsables. Elle n'a pas réussi à se montrer comme la ministre en charge qui avait tout sous contrôle".En Wallonie, l'insatisfaction est particulièrement importante.Je pense que c'est davantage lié à son style, qui est plutôt direct. Le francophone moyen utilise cinq fois plus de mots. Ce qui peut aussi jouer un rôle, c'est que de nombreux Wallons regardent beaucoup la France, le grand frère. Ils suivent l'actualité sur la RTBF et TF1. S'ils voient que la France prend une mesure et que la Belgique ne suit pas, il est difficile de la vendre en Wallonie. C'est aussi la raison pour laquelle nous avons dû fermer les écoles. Initialement, l'idée était de fermer les écoles maximum un mois, pendant le pic. Au cours de cette réunion, on a appris que la France allait procéder à une fermeture immédiate. Pour les politiciens francophones, il était apparemment impossible de ne pas faire de même.> La réaction de Maggie De Block au sondage: "J'accepte que les gens soient en colère"Le jugement sur la Première ministre Sophie Wilmès (MR) est un peu plus modéré alors qu'elle n'a pas toujours fait preuve d'un grand leadership dans les moments cruciaux.Cette conférence de presse sur les premiers assouplissements était un désastre. Je ne comprends pas pourquoi elle ne s'est pas adressée à la nation, comme l'ont fait Macron et Rutte dans leur pays. D'autre part, j'ai vu Wilmès grandir dans son rôle depuis cette misérable conférence de presse. Elle est plus déterminée aujourd'hui qu'au début de la crise.En Flandre, elle obtient, avec Jan Jambon (N-VA), le meilleur score. Pour une femme politique francophone inconnue jusqu'alors et sans soutien électoral, ce n'est pas mal.Wilmès a fait son travail avec beaucoup de sérieux. Vous n'avez jamais eu non plus l'impression qu'elle voulait tirer un profit électoral de cette crise. D'une certaine manière, elle était l'outsider. C'est ce qu'aiment les Flamands.Je vous pose la première question de l'enquête : dans quelle mesure êtes-vous satisfait de l'approche du gouvernement fédéral ?(long silence) Écrivez que mon jugement se situe quelque part au milieu. Certaines choses ont été bien gérées, d'autres mal. Ce gouvernement mérite certainement de bons points concernant sa décision de confiner le pays. Il a fallu du courage non-belge. Si nous avions abordé cette crise selon le processus décisionnel habituel, nous serions probablement entrés en confinement à la fin de la pandémie. Cependant, ce gouvernement a manqué des opportunités. Ainsi, j'ai suggéré de créer un Conseil de sécurité des enfants. Apparemment, ce n'était pas assez important. Plus fondamentalement, la plus grande erreur a été commise avant la crise. Ce pays n'était pas préparé à une pandémie. Nous n'avions pas suffisamment de masques et il n'y avait pas de système de suivi des contacts. Ce sont des mauvais points, même si je ne crois pas qu'une meilleure préparation aurait permis d'éviter un confinement. Les pays bien préparés ont dû le faire aussi.Dans ces pays, le virus a frappé moins fort.Cela ne sert à rien de faire une compétition internationale. Les comparaisons ne tiennent pas la route. Nous sommes une région densément peuplée. Vous aurez toujours plus de problèmes ici que, disons, dans le nord de la Suède, où les gens vivent à un kilomètre et demi l'un de l'autre. En outre, de nombreux Belges ont été skier dans le nord de l'Italie pendant les vacances de février. Cela nous a valu, contrairement aux Pays-Bas et à l'Allemagne, d'être contaminés dans des centaines foyers en même temps. C'était la recette d'une énorme catastrophe de la taille de la Lombardie multipliée par dix. Réduire une énorme catastrophe à une catastrophe, c'est tout ce que nous pouvions faire.Le virologue Marc Wathelet a déjà écrit une lettre d'avertissement à Maggie De Block pendant les vacances de février. Elle l'a traité de dramaqueen.Il n'était pas nécessaire de le traiter de dramaqueen. Mais je ne qualifierais pas Wathelet de virologue. Il a écrit deux articles sur la virologie dans toute sa carrière.Il avait raison.Oui, les gens font des prédictions tout le temps, et de temps en temps, ce genre de prévisionniste a raison.La vraie question est : sommes-nous intervenus trop tard ?Avec les connaissances dont nous disposons aujourd'hui, vous ne pouvez que répondre "oui" à cette question. Mais c'est facile. Il faut consulter les informations qui étaient disponibles pendant les vacances du carnaval. À l'époque où nos compatriotes ont été infectés dans le nord de l'Italie, il n'y avait pas un seul cas connu dans un rayon de trois cents kilomètres. Décider de mettre en quarantaine toutes les personnes qui revenaient des sports d'hiver aurait rencontré de fermes oppositions. En outre, c'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire. Nous n'avons pas de liste de qui est parti où en vacances. Cela aurait pu être le cas, si nous avions poussé le principe de précaution à l'extrême. Peut-être que l'ampleur aurait été plus faible, mais nous n'aurions pas pu éviter un confinement. Dans notre laboratoire, nous avons découvert qu'une grande partie des infections provenaient du nord de l'Italie, mais aussi des Pays-Bas, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne...Les Flamands sont presque aussi critiques à l'égard de l'approche du gouvernement flamand et du ministre compétent Wouter Beke (CD&V). Le drame dans les maisons de repos y est probablement pour quelque chose.Je ne suis pas la personne qui va relativiser en disant que ce sont des personnes âgées qui n'avaient plus de nombreuses années à vivre. Quand j'aurai 95 ans, tout ce que je souhaiterais, c'est en avoir 96. De plus, la façon dont ces personnes sont mortes est horrible. Pour elles-mêmes, mais aussi pour leurs proches.Wouter Beke en est-il responsable ?Chaque ministre est responsable de ce qui se passe dans son secteur, mais nous devons aussi oser nous regarder nous-mêmes. Nous avons externalisé nos soins aux personnes âgées, souvent à des sociétés commerciales. Nous avons permis qu'une couche à moitié pleine ne soit pas changée. C'était un désastre en devenir.Le désastre n'aurait pas été aussi grand si les travailleurs de la santé avaient eu suffisamment de masques à leur disposition.Bien sûr. Cela ne se justifie pas. Certains centres avaient encore un stock, d'autres ne trouvaient pas les 60 cents que coûte un masque un investissement responsable. Cela a certainement entraîné des foyers d'infection. Mais ce n'est pas la seule explication. Les soignants des établissements de soins sont des anges sous-payés. Il n'y a rien à reprocher à ces gens. Ils ne sont pas formés pour transformer une maison de repos en un petit hôpital. Ils savent comment laver ces personnes, leur donner à boire, les divertir et les réconforter. Ils le font très bien, mais ce ne sont pas des infirmiers. En outre, certains centres de soins résidentiels sont moins bien structurés.Les virologues alors. Votre travail est encore plus apprécié en Flandre qu'en Wallonie. C'est particulier pour quelqu'un que l'on qualifie parfois de communiste.Apparemment, la plupart des gens sont capables de faire la différence entre mon travail de virologue et mes convictions politiques. Je dois également dire que j'ai été un peu plus calme dans ma critique de la N-VA ces derniers mois. J'ai travaillé en étroite collaboration avec un certain nombre de membres de la N-VA. Nous avons appris à mieux nous connaître, et cela a certainement contribué à une sorte de cessez-le-feu. Le Vlaams Blok (sic), c'est autre chose. Avec eux, j'ai eu des prises de bec.Dans ce sondage, les virologues sont jugés bien mieux que les politiciens. Est-ce juste ? En fin de compte, c'était un travail d'équipe.Laissez les virologues travailler dans une telle fonction publique pendant cinq ans et nous ne ferons pas mieux que les politiciens. Nous avons l'avantage de pouvoir commencer cette crise avec une page blanche.L'idée d'un gouvernement d'experts est largement soutenue. Y compris par vous ?Mon idéal est un gouvernement qui se laisse informer par des experts et, de préférence, qui se réunit avec eux autant que possible. C'est ainsi que les choses se sont déroulées ces dernières semaines. Au début de la crise, nous avons donné notre avis, puis le gouvernement a fait ce qu'il avait à faire, sans autre intervention. À un certain moment, nous avons appris que les coiffeurs étaient toujours autorisés à rester ouverts. Apparemment, certains ministres ne pouvaient pas s'en passer. Au bout d'un certain temps, ils ont compris qu'il valait mieux se réunir et aussi nous impliquer dans la phase finale du processus de décision. Je pense que c'est une bonne chose que les politiciens prennent ensuite la décision finale. Il me semble préférable qu'une telle décision soit prise par quelqu'un qui est élu par la population.En plus des experts, il y avait apparemment aussi des groupes de pression qui décidaient. Comment expliquer autrement que les jardineries soient restées ouvertes, alors que les enfants placés en institution ou en famille d'accueil ont dû attendre plus de deux mois avant de voir leurs parents ?En ce qui concerne ce dernier point, je suis malheureusement d'accord avec vous. Je suis sûr que nous aurions pu trouver une solution responsable au niveau virologique. Mais apparemment, il y avait d'autres priorités.