La grippe espagnole a connu une deuxième vague beaucoup plus meurtrière que la première. En mars 1918, les premiers foyers ont été détectés, alors qu'il y a eu beaucoup plus de morts en novembre, de nombreux autres décès sont survenus. Au total - au début de 1919, une troisième vague a suivi - 20 à 100 millions de personnes dans le monde sont mortes de cette grippe ; on comptait de manière moins précise qu'aujourd'hui.
...

La grippe espagnole a connu une deuxième vague beaucoup plus meurtrière que la première. En mars 1918, les premiers foyers ont été détectés, alors qu'il y a eu beaucoup plus de morts en novembre, de nombreux autres décès sont survenus. Au total - au début de 1919, une troisième vague a suivi - 20 à 100 millions de personnes dans le monde sont mortes de cette grippe ; on comptait de manière moins précise qu'aujourd'hui.La crainte d'un scénario similaire semble absente aujourd'hui. Les assouplissements du confinement se succèdent. Jusqu'à récemment, le nombre de nouvelles infections et d'hospitalisations a également diminué rapidement, après un pic au début du mois d'avril. Beaucoup de Belges semblent penser que le pire est derrière nous. Peu à peu, nous retournons dans un monde qui commence à ressembler à celui d'autrefois. À partir de cette semaine, nous pouvons même aller chez le coiffeur ou au musée. Dans le meilleur des cas, seuls des masques buccaux et une distance d'un mètre et demi restent des souvenirs du printemps 2020.Toutefois, la grippe espagnole n'est pas la seule pandémie dont la deuxième vague a été encore plus dévastatrice que la première. Cela s'est également produit, par exemple, lors de la pandémie de grippe de 1957 et 1958. Dans un article largement cité, des scientifiques de l'université du Minnesota concluent qu'une seconde vague, plus importante, pourrait réellement être l'un des futurs scénarios du covid-19. Une autre possibilité est que la première vague soit suivie de toute une série de vagues plus petites, ou d'une période prolongée de petites flambées et de nouveaux foyers.Grippe russe Le coronavirus restera longtemps avec nous, certainement jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible. L'assouplissement du confinement pourrait déjà augmenter à nouveau le nombre d'infections. Ce chiffre ne baisse pas aussi vite depuis la reprise de l'économie. Que nous réserve l'avenir ? Personne n'ose faire de prédiction concrète."Tout dépend de l'évolution de la propagation du virus, et nous ne pouvons vraiment pas la prévoir des mois à l'avance", répond la ministre de la santé Maggie De Block (Open VLD), lorsque nous l'interrogeons à ce sujet. "Le 13 mai, le Conseil national de sécurité a décidé de ne pas proposer de nouvelles mesures avant le 8 juin, précisément pour pouvoir évaluer l'impact sur d'éventuelles nouvelles infections et donc sur les admissions à l'hôpital."Les virologues ne sont pas non plus désireux de faire des prévisions sur le reste de l'année. "Personne ne peut dire à quoi ressemblera notre monde en septembre", déclare le professeur Marc Van Ranst (KU Leuven). "Tous les secteurs demandent maintenant : donnez-nous une perspective. Une date. Ils attendent des certitudes dans une situation incertaine. Si j'étais Premier ministre, j'insisterais beaucoup plus sur le fait que rien ne peut être dit avec certitude. Personne n'a de certitude. Ceux qui citent une date concrète leurrent les gens."Van Ranst ne veut pas non plus faire de déclarations sur la puissance éventuelle d'une deuxième vague redoutée. "Les comparaisons avec la grippe espagnole vous donneront certainement une place en première page des journaux, mais cela ne ferait de bien à personne", dit-il. "Je pense que vous feriez mieux de comparer cette pandémie avec la grippe russe de 1890, qui a tué 1 à 2 millions de personnes. Nous avons toujours pensé que c'était la grippe, alors que je soupçonne qu'il s'agit du cov-oc43, un autre coronavirus au nombre étonnant de symptômes similaires. Cette grippe russe était une épidémie qui s'est progressivement, en quelques années, répandue dans le monde entier. Bien sûr, cela ne dit pas grand-chose sur ce coronavirus, car les différences avec aujourd'hui sont énormes. En 1890, seulement 1,6 milliard de personnes vivaient sur cette planète. Les gens ne voyageaient pas non plus partout dans le monde, comme nous."En tout état de cause, le taux de reproduction R sera suivi de très près dans les semaines à venir. Ce chiffre indique le nombre moyen de nouvelles infections causées par les personnes ayant contracté le virus. Dès que le nombre est inférieur à 1, la courbe diminue, tout comme la puissance du virus. En Allemagne - l'un des pays qui publie ce chiffre quotidiennement - le R a légèrement dépassé le 1 la semaine dernière. Cela peut indiquer que le virus reprend des forces.Mais le taux de reproduction est-il le chiffre le plus important ? Niel Hens, biostatisticien et membre du groupe d'experts GEES qui doit élaborer la stratégie de sortie, n'est pas très confiant. "Ces calculs sont basés sur des hypothèses", dit-il. Nous calculons ce chiffre sur la base des nouvelles admissions à l'hôpital, tandis que nos collègues de Londres utilisent le nombre de nouveaux cas confirmés. Cela donne déjà une image différente, surtout si vous commencez soudainement à tester davantage. Le nombre de nouvelles admissions à l'hôpital reste pour moi la chose la plus importante, et nous continuons à suivre ces chiffres au quotidien".Immunité collective La plus grande différence entre la première et la possible deuxième vague du coronavirus ? La deuxième fois, une partie de la population sera immunisée contre le virus. C'est du moins ce que l'on espère. Car on ne sait pas encore grand-chose de cette immunité tant espérée. Au début de l'épidémie mondiale, le Premier ministre britannique Boris Johnson a été traité comme un paria parce que les scientifiques qui conseillaient son gouvernement préconisaient ouvertement l'immunité collective. Aujourd'hui, de nombreux pays espèrent une telle forme d'immunité de groupe. La Suède est louée pour sa forme plus légère de confinement. Le virologue suédois Anders Tegnell a affirmé la semaine dernière à Knack que 25% de la population suédoise est déjà immunisée contre le virus.Avec Pierre Van Damme, Heidi Theeten mène des recherches à l'Université d'Anvers sur l'immunité de la population belge. Ils cherchent des anticorps dans les milliers d'échantillons de sang prélevés après les examens médicaux. Celles-ci prouvent que le système immunitaire de l'organisme a déjà combattu le coronavirus. En avril, lorsque les résultats ont été publiés pour la première fois, seuls 3 % de la population semblaient posséder de tels anticorps. Ce mois-ci, ce chiffre est passé à 6 %.Pourtant, Theeten est très pessimiste quant à la possibilité que l'immunité nous protège contre une autre épidémie. "C'est plutôt angoissant", dit-elle. La situation est tout aussi dangereuse que lorsque la Belgique est entrée en confinement. Si tout le monde ne suit pas strictement les règles et les recommandations, nous risquons de nous retrouver dans le même scénario qu'en février et mars. C'est suspendu au-dessus de nos têtes comme une épée de Damoclès. J'espère sincèrement que les personnes sans anticorps peuvent également acquérir une certaine immunité. Nous ne le savons pas pour l'instant, et il n'y en aura sans doute peu. "Nous ne pourrons pas compter sur cette immunité."N'avons-nous rien à apprendre de la Suède ? Marc Van Ranst, qui a travaillé quelque temps comme professeur invité en Suède, est sceptique. "Je n'exclus pas l'immunité de groupe à Stockholm", dit-il. "Mais qu'en est-il des zones rurales en Suède ? Les comparaisons avec la Belgique n'ont pas beaucoup de sens de toute façon. La Suède n'a pas non plus totalement laissé libre cours au virus. Je connais un peu les coutumes de ce pays. Les Suédois sont déjà plus réservés. Là-bas, personne ne va travailler avec un rhume. De plus, la densité de population y est vingt fois plus faible et l'afflux d'infections a été beaucoup plus limité après les vacances de février. Une approche suédoise aurait probablement conduit à une catastrophe majeure".Cela ne veut pas dire que l'accumulation de notre immunité est complètement inutile. En tout cas, Niel Hens intègre les résultats de Theeten et Van Damme dans ses modèles. "Chaque petit geste compte", dit-il. "Nous nous dirigeons maintenant vers une immunité de 9 à 10 %. 10 % signifie également que le taux de reproduction diminue de 10 %, et que le virus est donc 10 % moins contagieux en raison des barrières érigées par les personnes immunisées.""L'immunité naturelle d'une population contre ce nouveau virus très contagieux n'est pas ce que nous avions espéré", admet Maggie De Block. Aujourd'hui, les scientifiques n'ont pas encore de réponse à la question de savoir si les personnes qui ont développé des anticorps contre le virus sont suffisamment protégées. Et supposons qu'ils le soient, pour combien de temps ? Un an ? Un an et demi ? Nous devons être honnêtes, nous n'en savons pas encore assez pour faire des déclarations fermes à ce sujet. "L'immunité de groupe est effectivement l'objectif, mais notre seule chance de l'atteindre plus rapidement est un vaccin."L'immunité n'est pas notre seule arme contre une deuxième vague. Nous avons également beaucoup appris de la première vague. Tous les experts sont d'accord : nous serons beaucoup mieux préparés. Il est essentiel de savoir que les personnes qui ne présentent aucun symptôme peuvent également être malades. Notre capacité de dépistage a été considérablement étendue.Tout cela conduit l'économiste de la santé Lieven Annemans, de l'université de Gand, à conclure qu'un confinement comme celui de mars et avril ne se reproduira peut-être plus. "Nous apprenons de nos erreurs", dit Annemans. "Tout le personnel des centres de soins résidentiels, par exemple, travaillera également avec le bon équipement de protection dès le début. Nous ferons également mieux de respecter les règlements les plus importants : un mètre et demi et un masque buccal. J'espère aussi qu'il y aura une application pour détecter d'autres infections. Une telle application pourrait être très bien être plus sûre que WhatsApp, donc je ne vois pas pourquoi les gens ne lui feraient pas confiance".Une panique aveugle Autre différence avec la première fois : nous aurons beaucoup plus d'informations, et pas seulement sur le coronavirus. Fin mars, Annemans s'exprimait dans le quotidien De Tijd sur les considérations que nous faisons dans la lutte contre le virus. Avons-nous avons perdu de vue d'autres préoccupations et problèmes pendant le confinement ? "Pour être clair : il s'agit de mettre en balance la santé et la santé", dit-il. "Un confinement strict et prolongé entraîne de nombreux autres problèmes de santé. Une économie qui ne fonctionne pas augmente le chômage et la pauvreté, ce qui entraîne des problèmes de santé. Je ne peux blâmer personne d'avoir fait les mauvais choix, mais la prochaine fois, d'autres considérations entreront certainement en jeu".Pour beaucoup, c'est peut-être rassurant. L'idée même d'un deuxième confinement crée une panique aveugle chez les entrepreneurs, les chefs d'entreprise et les travailleurs indépendants qui n'ont même pas pu mesurer les dégâts du premier confinement. Aujourd'hui, il y a de l'espoir que nous pourrons peut-être compenser la chute économique de cette année dès l'année prochaine. S'il y a un deuxième confinement, il faudra faire une croix sur ce calcul.Et le gouvernement peut-il aider une deuxième fois d'une manière aussi inédite ? L'économiste André Decoster (KULeuven) a fait une première évaluation de l'impact de la crise du coronavirus sur les finances publiques. Il était d'un optimisme prudent. En tout cas, la facture n'était pas "inabordable", à condition que la croissance reprenne rapidement. Lorsque nous demandons aujourd'hui à Decoster de faire une estimation des effets d'une deuxième vague de contagion sur notre économie, il préfère s'abstenir de tout commentaire. "L'incertitude est si grande qu'on ne peut qu'en parler", estime-t-il. "Au fond, cette crise devient chaque jour plus étonnante."Dans ses prévisions économiques annoncées la semaine dernière, KBC prévoit déjà une nouvelle vague d'infections à l'automne. Cela a incité la banque à revoir ses prévisions à la baisse. KBC s'attend donc à une contraction de l'économie plus importante qu'on ne le pensait au départ. Mais un deuxième confinement sera moins sévère, les conséquences seront donc meilleures que prévu. "Lors du premier confinement, beaucoup d'entreprises ont continué à fonctionner sans que le virus ne se propage énormément", explique Lieven Annemans. "Si nous respectons les règles de sécurité, un plus grand nombre d'entreprises pourront rester ouvertes lors d'une seconde vague. Le confinement sera beaucoup moins drastique".Cela ne signifie pas que le confinement ne reviendra jamais. Annemans parle d'un "lockdown light ou même très light", et en avril, l'épidémiologiste Erika Vlieghe parlait déjà d'un "yo-yo" dans Knack. "Les mesures qui ont été assouplies peuvent devenir à nouveau plus strictes par la suite. Nous devons en tenir compte", déclare Niel Hens. "Bien sûr, nous préférerions ne pas le faire, car un tel changement mettrait la population à l'épreuve. Il faut aussi que les gens veuillent le suivre, ça reste très important".