En juillet, toutes les organisations coupoles du secteur des soins, dont Zorgnet-Icuro, où Balthazar est collaborateur, ont demandé une obligation vaccinale pour le personnel soignant. Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) s'est montré hésitant. Il a d'abord voulu encourager les hôpitaux en publiant un classement de la couverture vaccinale de leur personnel. Mais vendredi dernier, le Comité de concertation a finalement décidé de faire réaliser une étude sur la manière d'introduire une obligation de vaccination pour les prestataires de soins de santé. En attendant, il demande à tous les ministres de la Santé de présenter au plus vite les chiffres de couverture vaccinale dans les établissements de soins.
...

En juillet, toutes les organisations coupoles du secteur des soins, dont Zorgnet-Icuro, où Balthazar est collaborateur, ont demandé une obligation vaccinale pour le personnel soignant. Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) s'est montré hésitant. Il a d'abord voulu encourager les hôpitaux en publiant un classement de la couverture vaccinale de leur personnel. Mais vendredi dernier, le Comité de concertation a finalement décidé de faire réaliser une étude sur la manière d'introduire une obligation de vaccination pour les prestataires de soins de santé. En attendant, il demande à tous les ministres de la Santé de présenter au plus vite les chiffres de couverture vaccinale dans les établissements de soins.Balthazar pense que c'est une mauvaise idée. "Nous ne résoudrons pas le problème en faisant subir la honte et le blâme. Surtout que les hôpitaux et les centres de soins résidentiels essaient justement de convaincre les gens de se faire vacciner en créant une atmosphère positive. Le problème, c'est qu'une telle annonce est potentiellement une attaque contre la réputation d'une institution, alors qu'elle n'a qu'un contrôle limité sur celle-ci."Cependant, Balthazar considère que l'évolution vers une vaccination obligatoire du personnel de santé est une bonne nouvelle. "Cela peut être justifié et est presque inévitable, car les soignants sont en contact étroit avec des personnes vulnérables. Nous constatons que certaines institutions sont à la traîne. Lorsque tant de patients sont vaccinés, il est difficile de comprendre pourquoi le personnel ne l'est pas. C'est un secteur par excellence où il faut penser non seulement à sa propre santé, mais aussi à celle de ceux pour qui on le fait. Une injection est une procédure relativement mineure avec des risques très limités. Il existe déjà une vaccination obligatoire : celle de l'hépatite B. Il ne s'agit donc pas d'une mesure si difficile, et fondamentale."L'avocat Walter Van Steenbrugge a annoncé, au nom de centaines de personnes, une enquête visant à déterminer si une telle obligation de vaccination est compatible avec la Constitution belge et les droits de l'homme.Tom Balthazar : Il est toujours bon d'avoir des juristes vigilants dans le domaine des droits fondamentaux. Mais je pense que c'est une violation justifiable au droit à l'intégrité physique. Le grand débat porte sur la proportionnalité : cette mesure est-elle strictement nécessaire pour atteindre le but recherché ? Je prévois qu'il passera ce test. La vaccination obligatoire ne consiste pas à attacher quelqu'un à une chaise et à lui planter une aiguille dans le bras. Cela signifie qu'il y aura une sanction pour ceux qui ne se font pas vacciner ; dans le cas de l'hépatite B, un candidat à un emploi qui annonce qu'il ne veut pas être vacciné ne peut déjà pas être recruté. En ce qui concerne la vaccination contre le covid, nous devons encore réfléchir à la meilleure façon de l'ancrer dans le cas d'une personne qui travaille déjà.Le comité de concertation ne parle que d'une obligation dans le secteur des soins. Y a-t-il d'autres secteurs où celle-ci est une évidence?Dans les lieux où il y a un contact très étroit avec le public, et avec les personnes vulnérables. Je peux imaginer qu'elle soit nécessaire dans les prisons et les institutions pour handicapés. Là, le contact est presque inévitable, et il n'est pas toujours possible de prendre d'autres mesures de protection, telles que le maintien de la distance.Et qu'en est-il de l'éducation ? Marc Noppen, directeur général de l'Universitair Ziekenhuis Brussel, a déclaré dans Knack que pour lui, la vaccination obligatoire des étudiants était une évidence.Il est difficile de comprendre pourquoi des étudiants, qui apprennent à pratiquer la science, rejettent la science quand il s'agit de vaccination. Cependant, étant donné qu'il s'agit de jeunes gens, la probabilité qu'ils tombent gravement malades est beaucoup plus faible que dans le cas des patients vulnérables dans les hôpitaux. Toutefois, le risque existe que le virus continue à circuler plus longtemps si le groupe de jeunes non vaccinés est trop important. Mais si vous parlez de la vaccination obligatoire des étudiants, vous devez discuter de l'ensemble de la population. Parce que pourquoi s'en prendre aux étudiants ? Ce faisant, vous courez le risque de créer une polarisation beaucoup plus grande, qui pourrait donner de l'eau au moulin aux opposants à la vaccination.Les soins de santé et l'éducation sont des secteurs publics. Les entreprises privées ont-elles le droit d'exiger la vaccination de leur personnel, comme le font déjà les grandes entreprises technologiques telles que Microsoft en Amérique ?Pour l'instant, il n'existe pas de base juridique permettant aux entreprises de demander systématiquement si les gens ont été vaccinés. En ce qui me concerne, cela devrait être fait. Il ne s'agit que d'une invasion très limitée de la vie privée. Cela peut être justifié, et il est également nécessaire pour l'organisation de savoir qui a été vacciné et qui ne l'a pas été. Une autre question est de savoir si une entreprise peut rendre obligatoire la vaccination de son personnel. Dans la plupart des secteurs, on ne peut pas dire qu'ils fournissent un service absolument essentiel qui justifie une obligation.Dans le secteur de la restauration, les gens sont en contact étroit avec les clients. Un propriétaire de café peut-il sommer son personnel de se faire vacciner?Cela me semble aller assez loin. Le raisonnement qui s'applique aux soins de santé est très difficile à appliquer au secteur de l'horeca.Depuis la semaine dernière, seules les personnes munies d'un Covid Safe Ticket sont autorisées à entrer dans les stades de football belges. Est-ce raisonnable ?Cela me semble justifiable. Ce n'est pas comme si vous alliez vous priver d'un service essentiel. Ce Covid Safe Ticket permet aux autres d'aller au football en toute sécurité. En France, les policiers se promènent sur les terrasses pour contrôler les gens.C'est évidemment une image terrible. Les gens ne comprennent vraiment pas. Tout le monde dit que le danger dans les zones extérieures est beaucoup plus faible que dans les zones intérieures non ventilées, et puis vous voyez quelque chose comme ça. C'est très autoritaire.La liberté morale de prendre des décisions concernant son propre corps est un droit fondamental. Pourquoi utiliser la coercition pour le petit groupe de personnes qui refusent de se laisser convaincre, alors que la couverture vaccinale est déjà très élevée ?Ce petit groupe est encore trop important du point de vue de la santé générale, et cela signifie que nous devons maintenir un certain nombre de mesures restrictives gênantes. Les personnes vaccinées ont également le droit de bénéficier de ces avantages. Elles ont le droit à l'insouciance, même sans masque. De pouvoir s'embrasser, se câliner et s'asseoir les uns contre les autres.Après, l'intégrité physique est certainement très importante. Un tabou tout à fait justifié est la stérilisation des personnes atteintes d'un handicap mental. Il faut également être très prudent lorsqu'on administre de force des médicaments à des personnes souffrant de troubles psychiatriques. Mais l'administration ponctuelle d'un vaccin inoffensif constitue une atteinte très limitée à l'intégrité physique qui se fait dans l'intérêt de la santé publique.Quant à l'obligation de vaccination dans certains secteurs, si certaines personnes trouvent cette obligation problématique, elles peuvent refuser le vaccin. Mais elles doivent aussi accepter certaines conséquences. La vie en commun s'accompagne de responsabilités. Une responsabilité importante est de ne pas mettre en danger la santé de ses concitoyens.La question reste de savoir s'il vaut mieux augmenter les taux de vaccination par la coercition ou la tentation. Le président américain Joe Biden souhaite que les États et les villes donnent 100 dollars aux personnes qui se font vacciner.Les gens ne se font souvent pas vacciner pour des raisons irrationnelles, par peur et par méfiance. Ce ne sont pas des raisons que l'on élimine en leur donnant 100 dollars. Je ne pense pas qu'il soit immoral de payer une telle indemnité, mais alors il faut la verser à tout le monde.Alors comment surmonter la peur et la méfiance?Je ne connais pas la recette parfaite. Une communication très ciblée dans différentes langues est certainement importante. Il faut faire la distinction entre les antivax délibérés et les personnes mal informées et méfiantes. Je ne crois pas que beaucoup de personnes qui n'ont pas encore été vaccinées à Bruxelles soient des anti-vax convaincus et enragés. C'est là qu'il est judicieux de faire appel à des associations socioculturelles et religieuses dans différentes langues. Il faudra utiliser d'autres canaux de communication et de persuasion que pour les personnes instruites, à l'esprit rationnel et à l'aise avec les formulaires en ligne. Il faut apporter le vaccin aux gens, et non attendre que les gens viennent au vaccin.Quel est le remède à la fragmentation et à la complexité des soins de santé en Belgique?La fragmentation doit être réduite. Le manque de clarté quant à savoir quel gouvernement est compétent pour quoi doit être éliminé. Et nous devons réduire autant que possible la nécessité d'une consultation permanente. Bien sûr, dans chaque pays, il existe différentes autorités compétentes, mais il est important que les compétences soient claires. Ce n'est pas le cas ici, par exemple, dans les soins de santé mentale et dans les hôpitaux. Certains aspects sont également irrationnels. Zorgnet-Icuro pense qu'il est préférable de transférer autant que possible la politique de santé aux trois régions. Cela ne veut pas dire que la sécurité sociale ne peut pas rester fédérale, et nous pouvons distribuer l'argent à partir de là.La solution consiste-t-elle à rendre tout régional ?Certains disent : "On peut refédéraliser". Nous pensons que le transfert aux régions est une solution plus claire. Ce qui pose problème, surtout à Bruxelles et en Wallonie, ce sont les compétences des communautés. Ils fournissent également les fameux neuf ministres qui ont un rapport avec la santé publique. Il est illusoire de penser que nous pouvons rendre un seul niveau politique responsable de tout. Mais il peut certainement être plus simple et plus clair.Selon votre réseau de soins, les hôpitaux sont structurellement sous-financés. Avez-vous l'espoir que la demande d'argent supplémentaire sera entendue maintenant que la crise de Corona a laissé des trous supplémentaires dans le budget ?Nous avons raison de demander cet argent. Pendant la pandémie, il y a les mesures compensatoires, espérons qu'elles soient temporaires. Ensuite, il y a un problème structurel : les hôpitaux ne sont pas financés correctement pour leurs tâches et leur fonctionnement de base. Nous devons éviter qu'ils soient contraints de compenser leurs pertes en demandant aux médecins des honoraires plus élevés, en augmentant les contributions des patients et en devenant dépendants des marges sur les médicaments.Combien d'argent faut-il ajouter?Je ne veux pas improviser avec les chiffres, mais nous parlons d'une augmentation de 6 à 8 %. Cela ne signifie pas que le budget global de la santé doive augmenter d'autant. Le problème est qu'une partie des fonds est d'abord donnée aux médecins et ne revient qu'ensuite aux hôpitaux par le biais de transferts de fonds. Il serait plus sain, plus transparent et plus clair s'il venait directement des hôpitaux. Pour les soins du futur, avec tous les défis technologiques et le vieillissement de la population qui les accompagnent, il est inévitable d'augmenter le budget.