Depuis des mois, tout n'est qu'urgence.

Sur le plan sanitaire, il a fallu trouver des masques, produire du gel hydroalcoolique en quantité industrielle et, surtout, achever la mise au point d'un vaccin contre la Covid-19. Puis l'adapter dare-dare aux variants, organiser au pas de charge une campagne vaccinale dans l'ensemble du pays et solliciter les marchés pour financer droit passerelle et chômage corona.

Au coeur de l'été en Wallonie, l'urgence a été dictée par des pluies diluviennes qui ont sinistré une région entière et ont laissé derrière elles la mort et des villages dévastés. Agir rapidement pour sauver des vies, d'abord. OEuvrer ensuite mais tout aussi vite pour reloger les sinistrés ou rendre habitables des logements sans eau, gaz ou électricité. Indemniser également, et sans tarder.

A l'international, on a assisté à la périlleuse et intense évacuation de l'aéroport de Kaboul, après la prise éclair de la capitale afghane par les talibans. A l'échelle de la planète, c'est l'urgence climatique qui a, une nouvelle fois, été au coeur des débats.

Gérer ces urgences est inévitable et indispensable. Prendre le temps de "dezoomer" l'est tout autant.

C'est pourquoi, dans ce numéro, Le Vif a actionné le mode pause et a choisi de...

... prendre le temps de mettre nos pas dans ceux de la plus jeune (co)présidente d'un parti francophone qui, Covid oblige, passe beaucoup de temps sur Zoom. Sauf quand les taxis sont en colère, c'est-à-dire souvent ;

... prendre de l'espace pour raconter l'histoire des frères Francis et Marco Gottschalk, accusés d'avoir tué Sébastien Welsch en 1992. Rien ne prouve qu'ils l'ont fait. Rien ne prouve non plus qu'ils ne l'ont pas fait ;

... prendre des bottes, son courage et un appareil photo pour témoigner de la solidarité sans faille de ces bénévoles qui, depuis des mois, soutiennent les sinistrés de la vallée de la Vesdre ;

... prendre du recul pour voir quelles traces laissera cette pandémie dans notre mémoire collective ;

... prendre conscience du quotidien de ces Kényans, descendants d'esclaves, qui, partis dans la Péninsule arabique pour "devenir riches", en reviennent brisés ;

... prendre de la hauteur et embarquer pour un voyage interstellaire ;

... prendre la tangente pour explorer la nature sauvage du Val d'Aoste en compagnie des cinéastes Felix van Groeningen et Charlotte Vandermeersch ;

... prendre un moment pour interroger le contenu de notre assiette et se demander si, finalement, décrocher un prix littéraire change vraiment la vie.

Reportages, grands récits, nouvelle, roman graphique, Le Vif prend de la hauteur. Et du temps.

Bienvenue dans le premier mook du Vif.

Depuis des mois, tout n'est qu'urgence. Sur le plan sanitaire, il a fallu trouver des masques, produire du gel hydroalcoolique en quantité industrielle et, surtout, achever la mise au point d'un vaccin contre la Covid-19. Puis l'adapter dare-dare aux variants, organiser au pas de charge une campagne vaccinale dans l'ensemble du pays et solliciter les marchés pour financer droit passerelle et chômage corona. Au coeur de l'été en Wallonie, l'urgence a été dictée par des pluies diluviennes qui ont sinistré une région entière et ont laissé derrière elles la mort et des villages dévastés. Agir rapidement pour sauver des vies, d'abord. OEuvrer ensuite mais tout aussi vite pour reloger les sinistrés ou rendre habitables des logements sans eau, gaz ou électricité. Indemniser également, et sans tarder. A l'international, on a assisté à la périlleuse et intense évacuation de l'aéroport de Kaboul, après la prise éclair de la capitale afghane par les talibans. A l'échelle de la planète, c'est l'urgence climatique qui a, une nouvelle fois, été au coeur des débats. Gérer ces urgences est inévitable et indispensable. Prendre le temps de "dezoomer" l'est tout autant. C'est pourquoi, dans ce numéro, Le Vif a actionné le mode pause et a choisi de... ... prendre le temps de mettre nos pas dans ceux de la plus jeune (co)présidente d'un parti francophone qui, Covid oblige, passe beaucoup de temps sur Zoom. Sauf quand les taxis sont en colère, c'est-à-dire souvent ; ... prendre de l'espace pour raconter l'histoire des frères Francis et Marco Gottschalk, accusés d'avoir tué Sébastien Welsch en 1992. Rien ne prouve qu'ils l'ont fait. Rien ne prouve non plus qu'ils ne l'ont pas fait ; ... prendre des bottes, son courage et un appareil photo pour témoigner de la solidarité sans faille de ces bénévoles qui, depuis des mois, soutiennent les sinistrés de la vallée de la Vesdre ; ... prendre du recul pour voir quelles traces laissera cette pandémie dans notre mémoire collective ; ... prendre conscience du quotidien de ces Kényans, descendants d'esclaves, qui, partis dans la Péninsule arabique pour "devenir riches", en reviennent brisés ; ... prendre de la hauteur et embarquer pour un voyage interstellaire ; ... prendre la tangente pour explorer la nature sauvage du Val d'Aoste en compagnie des cinéastes Felix van Groeningen et Charlotte Vandermeersch ; ... prendre un moment pour interroger le contenu de notre assiette et se demander si, finalement, décrocher un prix littéraire change vraiment la vie. Reportages, grands récits, nouvelle, roman graphique, Le Vif prend de la hauteur. Et du temps. Bienvenue dans le premier mook du Vif.