Nous aurions tellement aimé dans ces quelques lignes pouvoir vous présenter un bilan 2021 en mode conte de Noël avec, comme dernier tableau, une famille réunie et apaisée, un patron de boîte de nuit qui remplirait sa cave de champagne et ses seaux de glace pilée, un urgentiste dont la seule préoccupation serait le goût de la bûch...

Nous aurions tellement aimé dans ces quelques lignes pouvoir vous présenter un bilan 2021 en mode conte de Noël avec, comme dernier tableau, une famille réunie et apaisée, un patron de boîte de nuit qui remplirait sa cave de champagne et ses seaux de glace pilée, un urgentiste dont la seule préoccupation serait le goût de la bûche à commander - caramel beurre salé ou citron meringué? Ce bilan merveilleux de mièvrerie restera l'apanage des séries américaines. L'espoir né il y a un an, avec le début de la campagne de vaccination, s'est heurté de plein fouet à une réalité toute autre et la pandémie de coronavirus ne se conjugue toujours pas au passé. Loin de là. Le virus circule encore intensément et la vaccination n'a pas empêché sa transmission autant qu'espéré. En Belgique, des secteurs entiers de l'économie, dont l'événementiel, la culture, le monde de la nuit, continuent à souffrir durement. En Europe, des confinements plus ou moins stricts ont à nouveau été décrétés. En enclenchant le mode avancée rapide, on sait déjà, et sans rien dévoiler, que la suite s'annonce intense et complexe. Omicron mobilisera les énergies et reléguera encore au second plan le montant de la facture énergétique, la transition écologique, la crise des migrants ou la perte de pouvoir d'achat. Entre autres. A côté de ce scénario déprimant, quelques bonus apportent malgré tout un brin d'espoir. Ces notes d'espoir sont fragiles, certes, mais elles existent. C'est en espérant qu'elles soient annonciatrices d'un véritable happy end que je vous souhaite au nom de toute la rédaction du Vif le meilleur pour 2022. Merci de votre confiance. Merci de nous lire.