La plainte, révélée par Le Monde et que l'AFP a pu consulter, a été déposée vendredi auprès de la procureure de Paris. Elle vise le préfet maritime Philippe Dutrieux, le directeur du Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris-Nez Marc Bonnafous, et la directrice des secours maritimes anglais (Her Majesty's Coastguards) Claire Hugues.

"Selon les témoignages des deux personnes rescapées, de proches de personnes décédées et de personnes ayant réussi la traversée le même jour, 'des appels de détresse auraient été portés aux services de secours français et anglais' avant la découverte des corps par un bateau de pêche", a expliqué dans un communiqué Utopia 56. "Aucun secours ne leur aurait été immédiatement apporté", dénonce l'association.

Les corps de 27 migrants - dix-huit hommes, sept femmes, un adolescent de 16 ans et une enfant de 7 ans, en majorité des Kurdes irakiens - avaient été repêchés le 24 novembre dans la Manche. Ils étaient partis dans la nuit à bord d'un bateau pneumatique de Loon-Plage, près de Grande-Synthe (Nord), vers les côtes anglaises.

Deux hommes seulement, un Kurde irakien et un Soudanais, selon le ministère de l'Intérieur, ont pu être secourus.

D'après le rescapé kurde irakien, 33 personnes se trouvaient à bord. Il avait rapporté à la chaîne kurde irakienne Rudaw que les migrants avaient téléphoné aux secours français et britanniques quand leur embarcation avait commencé à couler.

Les secours n'avaient pas été déclenchés, français et anglais se renvoyant la responsabilité de l'intervention, avait assuré le rescapé. Ses propos ont été confirmés par le second rescapé, précise la plainte.

Utopia 56 dénonce dans cette plainte "des négligences des services de secours en mer français et britanniques" que l'association constate "régulièrement".

Utopia 56 souhaite qu'avec cette procédure "toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce naufrage". Elle déplore que l'enquête ouverte en France paraisse "se concentrer essentiellement sur le rôle des passeurs", et que le Royaume-Uni ne semble avoir lancé aucune investigation.

L'enquête pour "aide à l'entrée et au séjour irréguliers en bande organisée", "homicide et blessures involontaires" et "association de malfaiteurs" a été confiée vendredi à des juges d'instruction.

La plainte, révélée par Le Monde et que l'AFP a pu consulter, a été déposée vendredi auprès de la procureure de Paris. Elle vise le préfet maritime Philippe Dutrieux, le directeur du Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris-Nez Marc Bonnafous, et la directrice des secours maritimes anglais (Her Majesty's Coastguards) Claire Hugues. "Selon les témoignages des deux personnes rescapées, de proches de personnes décédées et de personnes ayant réussi la traversée le même jour, 'des appels de détresse auraient été portés aux services de secours français et anglais' avant la découverte des corps par un bateau de pêche", a expliqué dans un communiqué Utopia 56. "Aucun secours ne leur aurait été immédiatement apporté", dénonce l'association. Les corps de 27 migrants - dix-huit hommes, sept femmes, un adolescent de 16 ans et une enfant de 7 ans, en majorité des Kurdes irakiens - avaient été repêchés le 24 novembre dans la Manche. Ils étaient partis dans la nuit à bord d'un bateau pneumatique de Loon-Plage, près de Grande-Synthe (Nord), vers les côtes anglaises. Deux hommes seulement, un Kurde irakien et un Soudanais, selon le ministère de l'Intérieur, ont pu être secourus. D'après le rescapé kurde irakien, 33 personnes se trouvaient à bord. Il avait rapporté à la chaîne kurde irakienne Rudaw que les migrants avaient téléphoné aux secours français et britanniques quand leur embarcation avait commencé à couler. Les secours n'avaient pas été déclenchés, français et anglais se renvoyant la responsabilité de l'intervention, avait assuré le rescapé. Ses propos ont été confirmés par le second rescapé, précise la plainte. Utopia 56 dénonce dans cette plainte "des négligences des services de secours en mer français et britanniques" que l'association constate "régulièrement". Utopia 56 souhaite qu'avec cette procédure "toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce naufrage". Elle déplore que l'enquête ouverte en France paraisse "se concentrer essentiellement sur le rôle des passeurs", et que le Royaume-Uni ne semble avoir lancé aucune investigation.L'enquête pour "aide à l'entrée et au séjour irréguliers en bande organisée", "homicide et blessures involontaires" et "association de malfaiteurs" a été confiée vendredi à des juges d'instruction.