Il est "plus que probable" que Jürgen Conings se soit donné la mort dans les premiers jours qui ont suivi sa disparition, le 17 mai. C'est ce qu'a déclaré le procureur fédéral Frédéric De Leeuw dans une interview sur Radio 1. Les enquêteurs sont arrivés à cette conclusion après avoir analysé le podomètre du téléphone portable du soldat fugitif.

Le corps du soldat fugitif Jürgen Conings a été retrouvé dans le parc national de la Haute Campine le dimanche 20 juin, après une chasse à l'homme de 35 jours, dans un état de décomposition avancé. Les enquêteurs ne sont toujours pas certains de la date de son décès. Même l'analyse des mouches et des asticots trouvés sur le corps ne peut donner une réponse définitive. "Nous ne connaissons pas encore l'heure exacte du décès, car au mois de mai, il y a eu beaucoup de variations de température, avec d'abord 9 degrés et ensuite plus de 30 degrés", explique le procureur fédéral. Le jour du décès a donc jusqu'à présent été estimé entre une et quatre semaines avant la découverte du corps.

Mais le téléphone portable de Conings semble apporter plus de clarté. "Nous savons que son téléphone portable enregistrait encore environ 800 pas le 18 mai, après quoi il s'est arrêté. Il est donc plus que probable qu'il se soit donné la mort dans les premiers jours qui ont suivi sa disparition", explique M. De Leeuw. Deux mois après la découverte du corps, l'enquête suit toujours son cours.

Il est "plus que probable" que Jürgen Conings se soit donné la mort dans les premiers jours qui ont suivi sa disparition, le 17 mai. C'est ce qu'a déclaré le procureur fédéral Frédéric De Leeuw dans une interview sur Radio 1. Les enquêteurs sont arrivés à cette conclusion après avoir analysé le podomètre du téléphone portable du soldat fugitif.Le corps du soldat fugitif Jürgen Conings a été retrouvé dans le parc national de la Haute Campine le dimanche 20 juin, après une chasse à l'homme de 35 jours, dans un état de décomposition avancé. Les enquêteurs ne sont toujours pas certains de la date de son décès. Même l'analyse des mouches et des asticots trouvés sur le corps ne peut donner une réponse définitive. "Nous ne connaissons pas encore l'heure exacte du décès, car au mois de mai, il y a eu beaucoup de variations de température, avec d'abord 9 degrés et ensuite plus de 30 degrés", explique le procureur fédéral. Le jour du décès a donc jusqu'à présent été estimé entre une et quatre semaines avant la découverte du corps. Mais le téléphone portable de Conings semble apporter plus de clarté. "Nous savons que son téléphone portable enregistrait encore environ 800 pas le 18 mai, après quoi il s'est arrêté. Il est donc plus que probable qu'il se soit donné la mort dans les premiers jours qui ont suivi sa disparition", explique M. De Leeuw. Deux mois après la découverte du corps, l'enquête suit toujours son cours.