Le sujet polémique post-Codeco de la semaine porte sur les modalités pratiques des fêtes organisées à domicile, notamment dans un jardin. Le Codeco du 11 mai dernier n'avait pas donné de précisions sur les modalités pratiques de ces réunions privées en extérieur, ni sur le nombre maximum de personnes présentes autorisées.
...

Le sujet polémique post-Codeco de la semaine porte sur les modalités pratiques des fêtes organisées à domicile, notamment dans un jardin. Le Codeco du 11 mai dernier n'avait pas donné de précisions sur les modalités pratiques de ces réunions privées en extérieur, ni sur le nombre maximum de personnes présentes autorisées.Selon les premières informations données dimanche dernier sur la télé locale anversoise ATV par le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), au-delà de 10 personnes, à partir du 9 juin, il fallait obligatoirement faire appel à un traiteur professionnel pour veiller au respect des règles sanitaires, similaires à celles qui régissent l'horeca. Cette mesure a soulevé de nombreuses réactions, car elle est discriminatoire envers les familles qui n'ont pas les moyens de faire appel à un traiteur, ainsi que pour celles qui n'ont pas de jardin (ou pas d'espace suffisamment grand pour accueillir autant de personnes dans l'espace défini).Mardi soir, rebelote, Jan Jambon fait de nouveau cavalier seul et annonce dans un talk-show flamand qu'après avoir consulté le Premier ministre Alexander De Croo, la mesure serait assouplie. "Nous allons autoriser les garden-parties jusqu'à 50 personnes à partir du 9 juin, prochaine date à laquelle un assouplissement supplémentaire pourra avoir lieu", déclare le nationaliste flamand. "Traiteur ou pas traiteur, ça n'a pas d'importance. Le protocole de restauration qui s'applique aujourd'hui aux terrasses s'appliquera également aux événements dans les jardins." Cela signifie, entre autres, quatre personnes assises par table et une distance de 1,5 mètre entre les tables.Le procès-verbal actant les décisions du Codeco du 11 mai n'avait à ce moment pas encore été ratifié par toutes les parties, explique Le Soir. C'est ce qui a permis à Jambon et De Croo d'ajouter un nouveau paragraphe stipulant cet assouplissement, qui ne figurait pas dans les versions précédentes. L'annonce a suscité pas mal de critiques, à la fois de la part de certains partenaires du Codeco, qui n'avaient pas été consultés au préalable sur le sujet. Le président du CD&V, Joachim Coens, a critiqué sur Twitter la façon de communiquer de Jambon: "Est-ce une façon d'informer les gens?". D'autres interrogations restent encore en suspens fait remarquer Joachim Coens : "Il est dit que les règles de la restauration s'appliquent. Mais le secteur de la restauration ferme à 22 heures. Cela s'applique-t-il aussi à la garden-party ?". Ou, suivant les règles des terrasses, ces fêtes devront-elles s'arrêter à 23h30 ? Jan Jambon assure que "oui", sans plus de certitudes. Pour Coens, annoncé des assouplissements par le biais d'un talk-show accroît, par ailleurs, la confusion chez les citoyens concernant les règles à suivre et la façon dont elles sont annoncées, a-t-il regretté mercredi matin, dans l'émission de radio De Ochtend de la VRT. D'autres observateurs se posent la question de savoir si le chef de file flamand parlait aussi au nom des francophones, tenus à l'écart de cette discussion post-Codeco ?L'assouplissement ne plaît pas non plus à l'épidémiologiste Erika Vlieghe. La présidente du GEMS partage son inquiétude alors qu'une grande partie de la population n'a pas encore été vaccinée. Elle déclare dans Het Laatste Nieuws : "Je me demande vraiment comment une telle garden-party avec 50 personnes ira dans la bonne direction. Je suis vraiment très inquiète. On dirait que chaque jour, une nouvelle mesure de relâchement est annoncée. L'épidémie de coronavirus n'est vraiment pas encore terminée. " À partir de 50 personnes, il est en effet plus compliqué de vérifier que les invités restent bien assis par quatre, à table. L'épidémiologiste craint aussi le mélange de tranches d'âge qui pourrait menacer des personnes plus vulnérables qui n'ont pas encore été vaccinées.Selon la présidente du Gems, les choses vont trop vite maintenant : "Faisons tout étape par étape. Une bulle extérieure de 10 personnes ne devrait pas soudainement devenir des groupes de 50 personnes. Il y a déjà suffisamment d'assouplissements qui entrent en vigueur le 9 juin. On ferait mieux de s'en tenir à ça."Mercredi soir, après quelques tensions, plusieurs sources confirmaient que cet ajout de dernière minute avait fini par être validé par tous les membres du Codeco, révèle Le Soir. Le cabinet du Premier ministre l'a confirmé au quotidien francophone : "Cela va être traduit dans un arrêté ministériel. Si le texte est solide juridiquement, il sera d'application dès le 9 juin et nous le communiquerons."