Travailler un peu moins en période de pandémie est très difficile pour une sommité comme Peter Piot. Mais à 72 ans, le codécouvreur du virus Ebola fait une tentative héroïque. En août, il déménagera à Bruxelles avec sa femme, l'anthropologue américaine Heidi Larson, et il a fait un pas de côté à la prestigieuse London School of Hygiene and Tropical Medicine, qu'il dirigeait depuis 2010. Depuis, le covid-19 domine la vie de Piot, devenu il y a un an conseiller de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Piot a personnellement fait l'expérience du virus. Après avoir été infecté l'année dernière, il a été mis sous oxygène à l'hôpital et a craint pour sa vie. Il ressent toujours les séquelles de la maladie.
...

Travailler un peu moins en période de pandémie est très difficile pour une sommité comme Peter Piot. Mais à 72 ans, le codécouvreur du virus Ebola fait une tentative héroïque. En août, il déménagera à Bruxelles avec sa femme, l'anthropologue américaine Heidi Larson, et il a fait un pas de côté à la prestigieuse London School of Hygiene and Tropical Medicine, qu'il dirigeait depuis 2010. Depuis, le covid-19 domine la vie de Piot, devenu il y a un an conseiller de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Piot a personnellement fait l'expérience du virus. Après avoir été infecté l'année dernière, il a été mis sous oxygène à l'hôpital et a craint pour sa vie. Il ressent toujours les séquelles de la maladie.L'année dernière, vous craigniez que nous ne soyons pas en mesure d'arrêter la crise. Cependant, les vaccins fonctionnent. Êtes-vous plus confiant maintenant ?Peter Piot : Sans les vaccins, nous ne nous en sortirions effectivement pas et je serais pessimiste. Mais le fait qu'ils soient là et fonctionnent ne signifie pas que tout sera bientôt terminé. Nous pouvons toujours nous attendre à des reprises, car tout le monde ne sera pas vacciné ou ne voudra pas l'être et les vaccins ne sont pas efficaces à 100 %. Ensuite, il y a les variants du virus, ce qui signifie que nous devons continuer à adapter les vaccins. Nous ne savons pas non plus combien de temps les vaccins protègent. Je suis peut-être un peu plus optimiste à ce sujet que d'autres, qui disent que nous devrions avoir un nouveau vaccin chaque année. Mais nous entrons dans une nouvelle ère : une société qui vit avec le covid. Certaines habitudes resteront, comme le port du masque en cas de rhume. Cela devrait faire partie de l'étiquette, comme au Japon.Mais nous avons échappé au pire ? Nous ne sommes pas encore tout à fait tirés d'affaire. Surtout si nous organisons des réunions de masse maintenant, alors que tout le monde est loin d'avoir été vacciné. Par conséquent, nous aurons à nouveau des problèmes. Regardez le Chili, où la campagne de vaccination a démarré très rapidement, et qui était même l'un des leaders mondiaux. Mais ils ont commencé à se relâcher dès le mois de février, et maintenant ils ont un gros problème. Nous devons faire preuve d'un peu de patience, mais ce n'est clairement pas notre meilleure qualité.Les rassemblements sur la place Flagey ne vous ont pas échappé ? Non, et j'étais très choqué. Ces personnes ne se mettent pas seulement elles-mêmes en danger. La plupart d'entre elles n'ont peut-être pas été vaccinés, et peuvent donc propager le virus. Cela irait à l'encontre du but recherché. J'aime faire la fête aussi, mais là, c'est totalement irresponsable. Même les jeunes peuvent avoir le covid-19. On voit ça dans les unités de soins intensifs. L'âge des patients de l'hôpital a déjà fortement diminué par rapport aux vagues précédentes.La police a à peine osé intervenir, en raison de la force du nombre.Ce n'est pas facile à gérer. Je comprends parfaitement que ce soit difficile à réprimer. Cependant, c'est possible en Australie, à Singapour ou au Vietnam. Des sanctions sévères sont prévues en cas d'infraction. Je ne dis pas que nous devons emprunter cette voie, mais les gens doivent prendre leurs responsabilités. Ce n'est pas facile, et certainement pas dans un pays comme la Belgique.Est-ce une mauvaise idée d'autoriser des festivals d'été ? (hésitant) ça dépend. Il existe des expériences aux Pays-Bas, en Angleterre et à Singapour, entre autres, où l'on admet les personnes vaccinées ou testées, ou les deux. Nous devrions essayer de nous rapprocher le plus possible d'une "vie normale". Bien qu'il soit illusoire de penser que cette vie normale soit identique à celle d'avant la crise. Cette nouvelle normalité comportera beaucoup plus de tests et de vaccins. Il s'agira de trouver un compromis entre ce qui est sûr et ce qui est amusant.Le variant indien commence à circuler. Il est même plus contagieux que le britannique, qui était déjà plus contagieux. Vous attendez-vous à ce que cela aille crescendo, à ce que cela devienne une sorte de jeu du chat et de la souris avec le virus ?Oui. C'est ce que font les virus. C'est comme la grippe. Pour la grippe aussi, il faut un vaccin différent chaque année. Un exemple extrême est le VIH, qui cause le sida. Une personne infectée par le VIH peut être porteuse de cent mille virus différents, tous des variants. La plupart d'entre eux sont inoffensifs ou n'ont aucun rapport avec notre biologie. La question est de savoir combien de variants de ce virus seront pertinents pour nous. Quatre ? Dix ? L'industrie suit cela de très près, car il y a déjà des vaccins en préparation qui couvriront les variantes. Donc scientifiquement, je ne suis pas trop inquiet à ce sujet. Bien sûr, cela signifie une énième campagne de vaccination coûteuse.La récente vague d'infections en Inde a également coûté la vie à des enfants de cinq ou dix ans. Un scénario d'apocalypse ?Cette mortalité massive en Inde est même sous-enregistrée. Officiellement, on parle de 400 000 infections par jour. Mais comme tout le monde ne se fait pas tester, il est possible que certains jours, jusqu'à un million de personnes soient infectées. Par jour ! Il en résulte automatiquement beaucoup plus d'enfants malades. Le risque de se retrouver à l'hôpital avec le covid n'est pas nul parce que vous n'avez que dix ans. D'ailleurs, même sans ce variant, l'Inde aurait été en difficulté, avec toutes ces réunions électorales, ces matchs de cricket et ces fêtes religieuses. C'est la preuve que nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers. Tant que l'Inde et le reste de l'Asie, de l'Afrique et de l'Amérique latine ne seront pas vaccinés, nous ne serons jamais tranquilles. Ce sont des foyers de variants. C'est pour moi une priorité absolue.Faut-il partir du principe que davantage d'enfants se retrouveront à l'hôpital en raison du variant indien ?Probablement. Nous devons nous demander si nous devons également vacciner les enfants. La réponse est oui, si nous voulons nous protéger tous pleinement. Mais vu la rareté actuelle des vaccins, cela signifie également que les personnes dans les pays en voie de développement, beaucoup plus vulnérables, ne reçoivent pas le vaccin. D'un point de vue éthique, c'est difficile. L'année prochaine, nous aurons assez de vaccins pour tout le monde, mais pour l'instant, c'est loin d'être le cas.L'été approche à grands pas. Les frontières s'ouvriront, et le tourisme reprendra. Là aussi vous avez peur. Oui, même si je sais qu'on ne peut pas continuer à fermer les frontières, surtout en Europe. La pression est trop forte. Je ne parle pas seulement du tourisme, mais aussi des voyages d'affaires. Pour la Belgique, qui vit d'exportations, il y a une limite à ce que l'on peut faire via Zoom ou d'autres vidéoconférences. Il faut le faire en toute sécurité, bien sûr. C'est pourquoi il est si important que le certificat corona européen soit instauré le plus rapidement possible. Cela fera partie de la nouvelle normalité. Et, très franchement, si je veux aller au Sénégal, par exemple, il me faut maintenant aussi un livret avec mon certificat de vaccination contre la fièvre jaune. Je pense que le certificat arrivera en juin. Techniquement, c'est possible, mais il faut que tous les pays de l'UE soient d'accord. En soi, c'est difficile, mais en plus, le Royaume-Uni souhaite son propre laissez-passer, tout comme les États-Unis et la Chine. Là, c'est reparti. Tout doit être sécurisé et compatible, car pour voyager, on ne reste pas dans le cercle restreint des pays européens.Ce certificat Covid européen sera-t-il maintenu à long terme ? Oui, à moins que dans dix ans nous soyons débarrassés complètement de ce virus. Mais dans un avenir prévisible, il fera partie de nos vies. Nous pouvons également l'utiliser pour les événements de masse. Il y a des pays où c'est déjà le cas.Lire aussi: Peter Piot, médecin et microbiologiste: "Cette crise ne fait que commencer" L'une de vos interventions régulières s'intitulait "Sommes-nous prêts pour la prochaine pandémie ? Pas à l'époque. Aujourd'hui si?Si nous n'avons pas encore compris que nous devons être mieux préparés, je ne sais pas ce que nous devons faire d'autre. Heureusement, de nombreuses discussions et mesures sont déjà en cours pour mieux nous armer contre la prochaine épidémie. Cette semaine (NDLR : le 21 mai), le G20 et l'UE organisent un sommet virtuel sur la santé mondiale. Elle se concentrera sur les leçons à tirer de nos échecs et de nos réussites, et sur la manière de mieux se préparer. Nous devons agir au plus vite, car une fois que cette crise ne fera plus la une des journaux, on ne lui consacrera plus aucun argent.On pourrait pourtant penser que le monde politique se rendrait enfin compte qu'il faut investir davantage dans la prévention des pandémies ?Ce n'est pas une évidence. D'énormes sommes d'argent ont déjà été dépensées, y compris en Belgique, pour absorber plus ou moins le choc social de la pandémie. Par conséquent, après la crise, nous nous retrouverons tous avec des montagnes de dettes d'une ampleur incroyable. Et c'est exactement la raison pour laquelle nous devons adopter une approche beaucoup plus préventive.Que pensez-vous de la discussion sur la levée temporaire des brevets sur les vaccins ?Je ne pense pas que nous aurons soudain assez de vaccins. Je suis également assez cynique quant à l'annonce faite par les États-Unis de soutenir cette idée. Mettons que nous levons les brevets. Cela signifie que nous ne produirons pas un seul vaccin supplémentaire cette année, et peut-être même pas l'année prochaine. Elle aurait toutefois un effet immédiat si les États-Unis levaient leur interdiction d'exporter des ingrédients pour les vaccins, les microfiltres, etc. Ils l'ont abandonné de manière sélective pour l'Inde, mais pas encore de manière générale. Cependant, c'est l'une des raisons pour lesquelles les vaccins ne peuvent pas être fabriqués partout. Il est ironique de constater que c'est précisément l'Inde, pays en développement, qui fabrique le plus de vaccins au monde. Le brevet n'est donc manifestement pas le problème. La production de vaccins en Afrique est également très importante, mais désormais impossible. Pour ma part, je ne m'attendais pas à un nationalisme vaccinal. Non seulement Donald Trump, mais aussi Joe Biden, affirment que les États-Unis doivent d'abord vacciner leur propre population et qu'aucun vaccin ne doit quitter le pays. L'Inde a également fermé ses frontières, alors que l'ensemble de l'Afrique dépend de ces vaccins indiens. L'Europe est l'exception : elle exporte environ la moitié de ses vaccins, mais surtout vers l'Angleterre.Ce mois-ci, la Commission européenne a ordonné à Pfizer de fournir 1,8 milliard de vaccins supplémentaires. En tant que conseiller d'Ursula von der Leyen, demandez-vous que l'on insiste davantage sur ce vaccin ?Non. Une telle décision n'est pas prise par une seule personne ou par la Commission, mais par un comité composé de tous les États membres. Les conseillers scientifiques se réunissent tous les quinze jours. Je préside cette réunion et Steven Van Gucht y siège pour la Belgique. Nous parlons de la prochaine génération de vaccins, par exemple, car nous ne savons pas combien de temps l'immunité durera pour cette génération. Mais nous n'intervenons pas dans les négociations avec les fabricants. Je ne voudrais pas. Je ne serais pas bon.AstraZeneca s'est manifestement tiré une balle dans le pied. Devons-nous le regretter ? En Europe, les vaccins à ARNm de Pfizer/BioNTech et Moderna, et bientôt CureVac, donnent de bons résultats. Le MRNA est désormais la base de la stratégie vaccinale en Europe. Il y a eu des déboires avec AstraZeneca, qui avait auparavant échoué à produire des vaccins. Nous avons vu que J&J a également eu des problèmes avec un contractant, à la suite desquels 15 millions de vaccins ont dû être jetés. Mais ce vaccin aussi aura sa place dans la politique vaccinale. Bien que J&J soit en proie à cette interdiction d'exportation aux États-Unis. C'est de la politique. Je ne m'en mêle pas. Et puis il y aura les vaccins dits protéiques, comme celui de Novavax et peut-être plus tard ceux de Sanofi et GSK. Nous devons continuer à parier sur ces différentes approches, car nous ne savons pas vraiment ce qui va se passer avec les variants du virus.Vous avez reçu le vaccin de Pfizer. Êtes-vous soulagé que ce ne soit pas l'AstraZeneca ?Je ne m'en suis jamais inquiété. Quand les gens me demandent quel vaccin choisir, je leur réponds : "prenez celui qu'on vous propose, car il vous sauvera la vie". Pfizer donne des résultats légèrement meilleurs avec sa technologie ARNm, mais AstraZeneca et J&J protègent également contre les hospitalisations et les décès.Vous vous attendez encore à des pandémies, en partie à cause de la déforestation qui augmente le contact entre les humains et les animaux, et donc la transmission des virus.Cela arrivera certainement, mais nous y sommes mieux préparés scientifiquement. Malheureusement, il y a aussi des aspects politiques, comme les interdictions d'exportation, qui n'ont rien à voir avec la science.Devrions-nous apprendre à vivre avec l'idée que notre monde est devenu à jamais un endroit plus dangereux ?Oui. Mais nous apprenons aussi à mieux la gérer, et grâce aux vaccins, ce sera faisable. Surtout pour nous, parce que nous sommes énormément privilégiés ici. Dans de grandes parties du monde, il n'y a pas encore de vaccins. C'est ce qui m'inquiète le plus. Nous avons besoin de ces vaccins maintenant, pas dans un an ou deux. C'est ce qui m'empêche de dormir la nuit.Depuis Londres, quel regard portez-vous sur l'approche belge?En matière de vaccination, nous pouvons tirer un enseignement du Royaume-Uni. Là-bas, ils planifient la campagne depuis juin-juillet l'année dernière, et on a déployé l'armée. Cependant, il ne faut pas oublier qu'ici, plus de 127 000 personnes sont mortes du covid, et que le chiffre réel est probablement supérieur à 200 000. Bref, à la fin de l'année dernière, la Belgique était l'un des pires élèves d'Europe. C'est sûrement différent maintenant. Ça va dans la bonne direction.