Le Conseil national de sécurité s'est terminé à 22h25 avec un message de condoléances et de soutien aux familles des victimes du coronavirus de la part de la Première ministre Sophie Wilmès (MR). Et un autre message de soutien au personnel médical. "La situation évolue et nous la suivons de près", a-t-elle insisté. "Nous avons toujours été vigilants pour prendre les mesures au bon moment."

Le Conseil national de sécurité a décidé le passage en phase fédérale. "Elle assure une meilleure coordination" dit Sophie Wilmès. Nous devons traverser cette crise ensemble. J'espère que cet appel sera entendu". L'Etat fédéral prend des mesures fortes obligatoires sur l'ensemble du territoire pour freiner la propagation de l'épidémie de coronavirus. Le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), va monter en puissance dans la gestion de la crise aux côtés de Maggie De Block (Open VLD, Santé) et la Première ministre, Sophie Wilmès (MR).

La gestion de la crise reste en phase 2 - pas la phase 3 comme on le croyait. L'objectif est d'éviter que les personnes ne devant pas rentrer en contact les unes avec les autres ne le fassent pas. Toutes les activités récréatives annulées. Il en va de même avec les discothèques, les cafés, les restaurants. Les magasins fournissant des services essentiels resteront ouverts - pharmacie, alimentaire - les autres resteront ouverts la semaines, mais fermés le week-end.

En ce qui concerne les écoles, les cours sont suspendus. L'encadrement des enfants sera assuré pour les parents qui travaillent dans le domaine des soins, ceux qui ne peuvent pas être gardés par d'autres personnes que leurs grands-parents. Ces mesures seront d'applicartion à partir de vendredi à minuit et valables jusqu'au 3 avril.

Après deux heures et demi, la réunion était toujours en cours, laissant supposer que des discussions délicates ont lieu, avec de potentiels relents communautaires. Les décisions à prendre sont, aussi, complexes. Les présidents Jean-Marc Nollet (Ecolo) et Georges-Louis Bouchez ont été envlyés en pompier pour préciser qu'il était normal de discuter longuement ces décisions, le second précisant que les divergences de vue ne sont pas que communautaires.

"Le résultat, ce sont des mesures claires et qui s'appliquent sur l'ensemble du territoire de la Belgique", a précisé Georges-Louis Bouchez

La fermeture des écoles a divisé

Le débat se prolonge au sujet de la fermeture des écoles. A l'entrée du Conseil national de sécurité, le ministre-président flamand a souligné que ce ne serait pas une bonne idée de les fermer. "Parce qui s'occuperait des enfants, dans ce cas? Les grands-parents." C'est le message qui a également été donné par la province du Brabant wallon. Elles pourraient toutefois être fermées, d'ici lundi prochain, si des mesures sont prises en matière de garderies. En tout état de cause, cette décision a divisé les politiques, potentiellement entre Nord et Sud. "Le fait que des expressions politiques aient eu lieu avant la réunion du Conseil national de sécurité complique la décision", souligne Maxime Prévot, président du CDH, à la RTBF. "La N-VA a une fébrilité qui ne sied pas à la situation", ajoute Philippe Close, bourgmestre PS de Bruxelles

Au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnsons a pour sa part annoncé que les écoles ne seraient pas fermées. Les experts scientifiques, a-t-il souligné, ne le recommandaient pas. En France, par contre, le président Emmanuel Macron vient d'annoncer que les écoles seraient fermées.

Universités: auditoires fermés, cours poursuivis

Réunis jeudi après-midi, les recteurs des différentes universités francophones ont décidé de fermer les portes des salles de cours aux étudiants à partir de lundi pour une durée de six semaines (jusqu'au terme des vacances de Pâques en fait). Mais les cours seront donnés à distance.

La propagation se poursuit, appel à l'unité

Deux jours à peine après l'organisation d'un Conseil de national de sécurité recommandant des mesures de "distanciation sociale", cette nouvelle réunion de cette instance centrale pour la gestion de la crise du coronavirus a été rendue indispensable après la la révélation de 85 nouveaux cas ce matin, un chiffre certainement sous-estimé, et la mise en quarantaine d'une maison de repos à Watermael-Boitsfort, notamment.

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) avait appellé à une "phase fédérale" de la gestion de la crise, au lendemain de l'appel de son président de parti à la mise en place du plan catastrophe. La Première ministre Sophie Wilmès (MR) lui a répondu indirectement: "J'ai pris la décision de réunir à nouveau le Conseil National de Sécurité en fin de journée afin d'analyser, ensemble, les recommandations et conclusions de ces différents organes. J'insiste sur le mot 'ensemble' puisque le CNS est étendu aux Ministres-Présidents." La Première ministre avait insisté lors d'un débat au parlement jeudi après-midi pour que les mesures soient prises pour l'ensemble du territoire.

Palais et église annulent

Le palais a annoncé quant à lui l'annulation de toutes les visites du couple royal et l'église catholique a supprimé toutes ses manifestations publiques. Les funérailles, mariages et baptêmes pourront avoir lieu en cercle restreint.

La plupart des institutions culturelles bruxellois ferment leurs portes ainsi que certains cinémas.

Danemark, Irlande, Pays-Bas: fermetures d'écoles, de crèches, d'universités etc

Le petit territoire de la Belgique rend la gestion et le confinement de parties du territoire plus compliquée qu'en France ou en Italie. A titre d'exemple, l'Irlande avait annoncé ce jeudi la fermeture des crèches, écoles, universités, institutions culturelles, l'interdiction des rassemblements intérieurs de plus de 100 personnes (500 personnes en plein air) et recommande à la majorité des salariés de télétravailler. Le Danemark a pris des mesures supplémentaires dans le même sens et les Pays-Bas se préparent à en faire de même.

Estaimpuis et Knokke montrent l'exemple

Chez nous, certains édiles locauxo ont pris les devants en cours de journée, jeudi. Le bourgmestre d'Estaimpuis Daniel Senesael a pris une ordonnance pour interdire les rassemblements de plus de 200 personnes. Celui de Knokke, Maurice Lippens, affirmait dans Het Laaste Nieuws qu'il fermera magasins et restaurants s'il le faut. Il est passé à l'acte: Knokke sera la première commune belge à décider d'un "lockdown" jusqu'au 30 avril.

Le Conseil national de sécurité s'est terminé à 22h25 avec un message de condoléances et de soutien aux familles des victimes du coronavirus de la part de la Première ministre Sophie Wilmès (MR). Et un autre message de soutien au personnel médical. "La situation évolue et nous la suivons de près", a-t-elle insisté. "Nous avons toujours été vigilants pour prendre les mesures au bon moment." Le Conseil national de sécurité a décidé le passage en phase fédérale. "Elle assure une meilleure coordination" dit Sophie Wilmès. Nous devons traverser cette crise ensemble. J'espère que cet appel sera entendu". L'Etat fédéral prend des mesures fortes obligatoires sur l'ensemble du territoire pour freiner la propagation de l'épidémie de coronavirus. Le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), va monter en puissance dans la gestion de la crise aux côtés de Maggie De Block (Open VLD, Santé) et la Première ministre, Sophie Wilmès (MR).La gestion de la crise reste en phase 2 - pas la phase 3 comme on le croyait. L'objectif est d'éviter que les personnes ne devant pas rentrer en contact les unes avec les autres ne le fassent pas. Toutes les activités récréatives annulées. Il en va de même avec les discothèques, les cafés, les restaurants. Les magasins fournissant des services essentiels resteront ouverts - pharmacie, alimentaire - les autres resteront ouverts la semaines, mais fermés le week-end.En ce qui concerne les écoles, les cours sont suspendus. L'encadrement des enfants sera assuré pour les parents qui travaillent dans le domaine des soins, ceux qui ne peuvent pas être gardés par d'autres personnes que leurs grands-parents. Ces mesures seront d'applicartion à partir de vendredi à minuit et valables jusqu'au 3 avril.Après deux heures et demi, la réunion était toujours en cours, laissant supposer que des discussions délicates ont lieu, avec de potentiels relents communautaires. Les décisions à prendre sont, aussi, complexes. Les présidents Jean-Marc Nollet (Ecolo) et Georges-Louis Bouchez ont été envlyés en pompier pour préciser qu'il était normal de discuter longuement ces décisions, le second précisant que les divergences de vue ne sont pas que communautaires."Le résultat, ce sont des mesures claires et qui s'appliquent sur l'ensemble du territoire de la Belgique", a précisé Georges-Louis BouchezLe débat se prolonge au sujet de la fermeture des écoles. A l'entrée du Conseil national de sécurité, le ministre-président flamand a souligné que ce ne serait pas une bonne idée de les fermer. "Parce qui s'occuperait des enfants, dans ce cas? Les grands-parents." C'est le message qui a également été donné par la province du Brabant wallon. Elles pourraient toutefois être fermées, d'ici lundi prochain, si des mesures sont prises en matière de garderies. En tout état de cause, cette décision a divisé les politiques, potentiellement entre Nord et Sud. "Le fait que des expressions politiques aient eu lieu avant la réunion du Conseil national de sécurité complique la décision", souligne Maxime Prévot, président du CDH, à la RTBF. "La N-VA a une fébrilité qui ne sied pas à la situation", ajoute Philippe Close, bourgmestre PS de BruxellesAu Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnsons a pour sa part annoncé que les écoles ne seraient pas fermées. Les experts scientifiques, a-t-il souligné, ne le recommandaient pas. En France, par contre, le président Emmanuel Macron vient d'annoncer que les écoles seraient fermées.Réunis jeudi après-midi, les recteurs des différentes universités francophones ont décidé de fermer les portes des salles de cours aux étudiants à partir de lundi pour une durée de six semaines (jusqu'au terme des vacances de Pâques en fait). Mais les cours seront donnés à distance.Deux jours à peine après l'organisation d'un Conseil de national de sécurité recommandant des mesures de "distanciation sociale", cette nouvelle réunion de cette instance centrale pour la gestion de la crise du coronavirus a été rendue indispensable après la la révélation de 85 nouveaux cas ce matin, un chiffre certainement sous-estimé, et la mise en quarantaine d'une maison de repos à Watermael-Boitsfort, notamment. Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) avait appellé à une "phase fédérale" de la gestion de la crise, au lendemain de l'appel de son président de parti à la mise en place du plan catastrophe. La Première ministre Sophie Wilmès (MR) lui a répondu indirectement: "J'ai pris la décision de réunir à nouveau le Conseil National de Sécurité en fin de journée afin d'analyser, ensemble, les recommandations et conclusions de ces différents organes. J'insiste sur le mot 'ensemble' puisque le CNS est étendu aux Ministres-Présidents." La Première ministre avait insisté lors d'un débat au parlement jeudi après-midi pour que les mesures soient prises pour l'ensemble du territoire.Le palais a annoncé quant à lui l'annulation de toutes les visites du couple royal et l'église catholique a supprimé toutes ses manifestations publiques. Les funérailles, mariages et baptêmes pourront avoir lieu en cercle restreint.La plupart des institutions culturelles bruxellois ferment leurs portes ainsi que certains cinémas.Le petit territoire de la Belgique rend la gestion et le confinement de parties du territoire plus compliquée qu'en France ou en Italie. A titre d'exemple, l'Irlande avait annoncé ce jeudi la fermeture des crèches, écoles, universités, institutions culturelles, l'interdiction des rassemblements intérieurs de plus de 100 personnes (500 personnes en plein air) et recommande à la majorité des salariés de télétravailler. Le Danemark a pris des mesures supplémentaires dans le même sens et les Pays-Bas se préparent à en faire de même.Chez nous, certains édiles locauxo ont pris les devants en cours de journée, jeudi. Le bourgmestre d'Estaimpuis Daniel Senesael a pris une ordonnance pour interdire les rassemblements de plus de 200 personnes. Celui de Knokke, Maurice Lippens, affirmait dans Het Laaste Nieuws qu'il fermera magasins et restaurants s'il le faut. Il est passé à l'acte: Knokke sera la première commune belge à décider d'un "lockdown" jusqu'au 30 avril.